OPALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dioxyde de silicium hydreux, l'opale (ou gel de silice) se distingue des minéraux des autres groupes du quartz par une structure cristalline toujours amorphe. Elle se présente donc en masses informes. La beauté des reflets irisés qu'elle arbore parfois en fait une gemme très recherchée parmi les pierres fines.

formule : SiO2 ;

système : rhomboédrique ;

dureté : de 5,5 à 6,5 ;

poids spécifique : de 1,9 à 2,2 ;

éclat : de vitreux à nacré (opalescent) ;

transparence : de transparente à opaque ;

cassure : conchoïdale, esquilleuse.

Son nom vient du sanscrit upala, « pierre précieuse ». L'opale fut appréciée de tout temps, les plus anciens objets connus taillés dans ce gel de silice datant de cinq siècles avant notre ère. La pièce la plus connue, faisant partie du trésor de la Couronne de France, est probablement le Feu troyen, ancien joyau de l'impératrice Joséphine, conservé désormais au Muséum national d'histoire naturelle à Paris.

Les opales contiennent en moyenne de 5 à 10 p. 100 d'eau, mais cette teneur peut atteindre 30 p. 100. En vieillissant, l'opale peut perdre son eau (l'opale est alors appelée hydrophane) et se fissurer. Il suffit de la tremper dans de l'huile ou du blanc de baleine pour qu'elle retrouve son éclat et sa structure opaline. Les pièces de valeur sont ainsi parfois conservées dans de la ouate humide, d'autant que l'opale est fragile, sensible aux chocs et qu'elle peut être attaquée par des acides.

Les opales se forment dans les laves acides (andésites, trachytes) par altération hydrothermale des silicates ; elles pseudomorphosent aussi les tests des diatomées (algues unicellulaires) et les spicules des spongiaires, et interviennent dans les processus de silicification des « végétaux pétrifiés ».

On distingue les opales communes, très répandues, les opales « nobles » et les opales de feu utilisées comme pierres fines.

L'opale commune peut être incolore et transparente (appelée alors hyalite), de couleur jaune, laiteuse, nacrée (le cacho [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  OPALE  » est également traité dans :

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 539 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Causes macro- et microscopiques de la couleur »  : […] L'homogénéité physique d'un échantillon joue toutefois un grand rôle. Ainsi, le sulfate de cuivre, qui est bleu, devient blanc une fois réduit en poudre. Ce changement complet de couleur provient du phénomène de diffusion de la lumière qui devient prépondérant quand la taille des grains est suffisamment petite. Le même phénomène se produit avec le marbre blanc de Paros, ou celui de Carrare, et av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur-des-mineraux/#i_20891

CRISTAUX PHOTONIQUES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 346 mots

Les cristaux photoniques sont des nanostructures périodiques de matériaux qui ont sur la propagation des photons les mêmes effets que les cristaux usuels ont sur celle des électrons : certaines longueurs d'onde peuvent se propager tandis que d'autres non. Selon que la périodicité existe le long d'un, de deux ou de trois axes, on qualifie le cristal d'uni-, de bi- ou de tridimensionnel. L'opale es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux-photoniques/#i_20891

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Opale »  : […] L'opale est une gemme laiteuse constituée de silice hydratée (et amorphe aux rayons X), dont les belles variétés montrent des irisations de vives couleurs. L'« opale noire », à irisations vertes, bleues, mauves et rouges, se rencontre en Australie, l'« opale de feu » , orangé vif, au Mexique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_20891

SILICE

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Jean WYART
  •  • 5 731 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Autres espèces »  : […] La tridymite et la cristobalite, comme il a été dit plus haut, ne se forment pas dans les conditions de pression du plutonisme, et leurs gisements naturels se trouvent typiquement dans les roches volcaniques « acides » : rhyolites, obsidiennes, tufs rhyolitiques, dacites, trachytes, andésites, rarement dans les basaltes. Ces minéraux apparaissent surtout dans des cavités, souvent associés (bien q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silice/#i_20891

SPONGIAIRES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 3 924 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] Le squelette des Spongiaires est formé de spicules de calcite (CO 3 Ca) ou d' opale (SiO 2 hydratée), auxquels peuvent s'adjoindre une scléroprotéine (spongine) ou des fibres de calcite ou d'aragonite (deux formes cristallines différentes de CO 3 Ca). Tous ces éléments sont sécrétés à l'intérieur de cellules spéciales du mésohyle, les scléroblastes. La formation des spicules siliceux diffère de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spongiaires/#i_20891

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « OPALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/opale/