OMEYYADES ou UMAYYADES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

600 à 700. Islam

600 à 700. Islam
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Omeyyades

Omeyyades
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Administration intérieure et vie culturelle

Le régime, à l'exception de ‘Umar b. ‘Abd al-‘Aziz, était taxé d'impiété par ses adversaires. Impie, il l'était parce qu'il avait usurpé la place et versé le sang de la famille du Prophète. En fait, ce régime, né à une époque où les Arabes n'avaient aucune tradition administrative et où eux seuls étaient musulmans, avait par la force des choses dû laisser les services aux mains des indigènes non musulmans, appliquant des règles et usages indépendants de l'islam, sauf en ce qui concernait les musulmans eux-mêmes : à mesure que s'approfondissait chez ceux-ci l'exigence d'un régime véritablement informé par l'islam, celui des Omeyyades, malgré leurs efforts, ne pouvait plus convenir ; mais cela est sans rapport avec une prétendue indifférence religieuse de leur part, qui en fait n'a jamais existé. Au début, le régime omeyyade n'est qu'une armée arabe de garnison superposée aux indigènes vivant selon leurs traditions. Le calife, dont l'entourage est encore simple, assure l'unité de la communauté, dirige l'expansion de l'islam, la répartition des profits. Sous son autorité, les gouverneurs de vastes provinces ont une grande autonomie de fait. Assez vite pourtant, les transformations se dessinent.

Ainsi, le début d'islamisation des indigènes posa un grave problème. Ceux d'entre eux qui étaient propriétaires devaient payer des impôts où se combinaient variablement un droit sur leur terre et une capitation ; les Arabes, eux, payaient sur leurs biens de tous genres une dîme moins lourde. La conversion pouvait paraître tentante, mais, en raison de la responsabilité solidaire des communautés villageoises devant le fisc, elle n'était possible qu'à condition de fuir en ville et d'y adopter un nouveau mode de vie. Si le mouvement s'intensifiait, il compromettait la mise en valeur et par conséquent le rendement de l'impôt. Sous ‘Abd al-Malik, le gouverneur d'Irak, Ḥallādj, interdit la désertion des campagnes aussi bien que la conversion à l'islam : conclusion paradoxale assurément. Les successeurs de ‘Abd al-Malik s'orientèrent vers une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  OMEYYADES ou UMAYYADES  » est également traité dans :

CALIFAT OMEYYADE DE DAMAS

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 228 mots
  •  • 1 média

Dans le contexte troublé de la succession de Mahomet, Mu‘awiya, un membre éminent des Banū Omeyya, le clan qurayshite qui dominait la Mecque au début du viie siècle, s'impose aux dépens des Alides qui revendiquent pour ‘Alī, gendre et cousin du Prophète, l'héritage polit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-omeyyade-de-damas/#i_6350

DYNASTIE DES OMEYYADES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 362 mots

657 Bataille et arbitrage de Siffīn : ‘Alī est discrédité au profit du gouverneur de Damas, Mu‘awiya660 Mu‘awiya est proclamé calife par ses troupes.661 ‘Alī est assassiné par un khāridjite, c'est-à-dire un ancien Alide pour qui ‘Alī s'est délégitimé en acceptant l'arbitrage de Siffīn. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-des-omeyyades-reperes-chronologiques/#i_6350

‘ABD AL-ḤAMĪD IBN YAḤYĀ (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gérard LECOMTE
  •  • 972 mots

Dans le chapitre « La tradition des « secrétaires » arabes »  : […] La dynastie omeyyade qui, en 661 de notre ère (41 de l'hégire), prend la direction de la communauté islamique et choisit Damas pour capitale, se signale par l'implantation d'une administration centrale cohérente et hiérarchisée, notamment à partir du début de notre viii e  siècle, sous le règne du calife ‘Abd al-Malik (685-705). La réforme fondame […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-al-hamid-ibn-yahya/#i_6350

ABŪ MUSLIM (mort en 755)

  • Écrit par 
  • Michèle ÉPINETTE
  •  • 302 mots

Chef du mouvement révolutionnaire ‘abbāside qui éclata dans le Khurāsān en 747, Abū Muslim joue un rôle important dans la chute de la dynastie umayyade. Abū Muslim serait un esclave d'origine persane. Il entre au service des Banū ‘Idjl à Kūfa, où il aura son premier contact avec le shī‘isme. Emprisonné quelque temps, il sera libéré par les membres du mouvement ‘abbāside qui utiliseront ses convict […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-muslim/#i_6350

ABŪ HANĪFA (700 env.-767)

  • Écrit par 
  • Zafar Ishaq ANSARI
  •  • 725 mots

Juriste et théologien musulman, Abū Hanīfa an-Nu'mān ibn Thābit est le fondateur de la doctrine hanafite du droit musulman, système d'interprétation reconnu comme l'une des quatre principales écoles du droit canonique de l'islam. Le droit hanafite jouit d'un grand prestige, et la plupart des dynasties musulmanes l'ont adopté. Aujourd'hui encore, il fait autorité en Inde, au Pakistan, en Turquie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-hanifa/#i_6350

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 664 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Afrique septentrionale »  : […] Après la mort du Prophète, les Arabes, maîtres du Proche-Orient, envahissent l'Égypte en 640, puis la Cyrénaïque d'où ils lancent des reconnaissances jusqu'aux abords du lac Tchad. En 670, ils fondent Kairouan, dans l'ancienne province d'Africa, alors dénommée Ifriqiya. Ayant vaincu les résistances berbères les plus dures, en 711, les Arabes passent en Espagne. En Ifriqiya, point d'appui fort des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-de-l-entree-dans-l-histoire-a-la-periode-contemporaine/#i_6350

AL-ANDALUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 277 mots

711 Arrivée des Omeyyades en Espagne. 756 ‘Abd al-Rahm̄an I er fonde l'émirat omeyyade de Cordoue. 859 Exécution d'Euloge de Cordoue, qui prônait le martyre contre l'arabisation de la société. 929 ‘Abd al-Rahm̄an III proclame le califat de Cordoue. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-andalus-reperes-chronologiques/#i_6350

‘ALĪ IBN ABĪ ṬĀLIB (600 env.-661)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 661 mots

Cousin de Muḥammad, et l'un des premiers convertis à l'islam. En 623 (ou 624), ‘Alī épouse Fāṭima, fille du Prophète et de sa première épouse, Khadīdja. À la mort du Prophète, en 632, il ne lui succède pas à la tête de la communauté : ce n'est qu'en 656 qu'il sera élu calife. La légende et la dispute théologique se sont rapidement emparées du personnage. Ainsi, certaines sectes shī‘ites extrémiste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ali-ibn-abi-talib/#i_6350

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 387 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Cordoue, capitale du royaume omeyyade »  : […] La conquête de la majeure partie de l'Espagne par les musulmans, en 711, et surtout l'installation à Cordoue d' ‘Abd al-Raḥmān, dernier descendant de la famille califale des Omeyyades de Syrie, imprimèrent à l'histoire de l'art dans l'ancienne Bétique une orientation toute nouvelle : un art musulman d'Espagne allait naître. ‘Abd al-Raḥmān apportait avec lui la nostalgie de sa Syrie natale, pays d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andalousie/#i_6350

ARABE (MONDE) - Langue

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 9 436 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'arabe littéraire classique »  : […] La naissance de l'islam devait avoir pour l'arabe une double conséquence d'une grande portée. L'usage de l'« arabe koinique » dans la littérature essentiellement orale de l'ère antéislamique ne pouvait pas être absolument unitaire. En tout cas, malgré ses tendances archaïsantes, il relevait de normes relativement fluides dans la mesure où elles étaient déterminées en partie au moins par le dialec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-langue/#i_6350

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 290 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le modèle oriental »  : […] En vérité, il était difficile de lutter contre l'influence de Bagdad, qui s'exerçait par l'intermédiaire des pèlerins et des voyageurs d'un côté, des immigrés en Espagne de l'autre. Parmi ces derniers, le plus célèbre est Ziryāb (173-243/789-857) qui, arrivé à Cordoue en 206/821, y introduisit la musique irakienne et, en matière de soins corporels, de vêtements, de cuisine ou d'usages mondains, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_6350

BURDJ

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF
  •  • 601 mots

Élément principal des fortifications élevées en terre d'Islam dans les années postérieures à la conquête, le burdj subit comme celles-ci les transformations successives imposées par l'évolution de la technique militaire. Le terme désigne tantôt une tour qui flanque le rempart, tantôt un ouvrage haut et solide, donjon, bastion ou tour isolée. On trouve en Orient des tours massives et arrondies dès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burdj/#i_6350

CALIFAT ou KHALIFAT

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 2 031 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le califat omeyyade (661-750) »  : […] Le dernier de ces califes légitimes, Ali, cousin et gendre de Mahomet, vit s'insurger contre lui son préfet de Syrie, Mo'awiya, lequel, après un arbitrage suspect, fut proclamé calife, dignité qu'il conserva à la suite de l'assassinat d'Ali. Damas devenait la capitale de l'empire naissant. Tels furent les débuts de la nouvelle dynastie, celle des Omeyyades, du nom d'Omeyya, arrière-grand-père du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-khalifat/#i_6350

KAIROUAN CALIFAT FATIMIDE DE (910-969)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 280 mots

En 910, la dynastie des Aghlabides, qui règne en Ifrīqiya (la Tunisie actuelle) tout en reconnaissant l'autorité nominale du calife abbasside de Bagdad depuis 800, est renversée par un soulèvement des tribus berbères Kutāma, qui proclament ‘Ubayd Allāh seul calife légitime. Ces Berbères ont été convertis au chiisme par un prédicateur missionnaire comme il y en avait beaucoup à cette époque. En ef […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-fatimide-de-kairouan/#i_6350

CORDOUE CALIFAT DE (929-1031)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

Au début du x e  siècle, cela fait bientôt deux siècles que les émirs omeyyades de Cordoue dirigent les destinées d'al-Andalus, de manière totalement indépendante, sans avoir prétendu eux-mêmes au titre de calife, que porte seul le souverain abbasside de Bagdad. Plusieurs événements vont modifier cette situation : à l'extérieur, la proclamation à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-de-cordoue/#i_6350

CALIFAT OMEYYADE DE CORDOUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 270 mots

929 Proclamation du califat omeyyade de Cordoue. 936 Les travaux pour la construction de la ville palatiale de Madīnat al-Zahra' débutent. 947 Premières émissions monétaires califales (dinars d'or) à Madīnat al-Zahra'. 961 Al-Hakam II succède à son père à la tête du califat. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-omeyyade-de-cordoue-reperes-chronologiques/#i_6350

CORDOUE

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Henri TERRASSE
  •  • 1 907 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Capitale musulmane »  : […] Un événement imprévu allait mettre fin à cette semi-éclipse et permettre à Cordoue, en connaissant des destins nouveaux, d'atteindre son apogée : en 711, les armées de l'Islam réalisaient la conquête de la péninsule Ibérique, sauf dans ses confins nord-ouest, et bientôt effectuaient des raids en Gaule. Cordoue fut prise par une colonne musulmane après un siège de trois mois, tandis que Tarik et M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cordoue/#i_6350

DAMAS

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 3 389 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'époque omeyyade »  : […] À l'avènement du calife Mu'āwiya, en 656, Damas devient la capitale de l'Empire omeyyade ( umayyade) qui s'étendit de la Caspienne à l'Atlantique. C'est à al-Walīd I er que l'on doit le premier et un des plus impressionnants chefs-d'œuvre de l'architecture musulmane : la Grande Mosquée omeyyade de Damas  ; sur son origine, il y eut jadis bien des controverses ; à présent, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/damas/#i_6350

DIRHEM ou DIRHAM

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 210 mots

Mot arabe venant du grec drachmè et désignant la monnaie d'argent islamique. Les plus anciens dirhems, frappés par les Omeyyades, le furent à l'imitation des drachmes sassanides portant l'effigie du souverain et un temple de feu auquel on adjoignait quelques mots arabes. La réforme de ‘Abd al-Malik en 698 transforma cette pièce en une monnaie de type purement islamique, avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dirhem-dirham/#i_6350

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ville omeyyade et abbasside, ville de gouvernement »  : […] Un peu plus tard, on vit naître, par le fait d'une symbiose qui ne mit pas plus d'un demi-siècle à se réaliser, le type de la ville omeyyade, qui, pour une part, allait servir de modèle aux réalisations abbassides. Ses traits d' urbanisme les plus caractéristiques tenaient à ses liens avec les villes antiques qui l'avaient précédée, parfois sur le même site : ainsi à Alep, Damas ou Lattakiye, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution-de-la-ville-islamique/#i_6350

GRANDE MOSQUÉE DE CORDOUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 478 mots

710 La première incursion d'armées musulmanes dans la péninsule Ibérique est dirigée par un berbère du nom de Tarīf, et suivie, au printemps 711, par une expédition beaucoup plus massive, commandée par un autre berbère du nom de Tāriq (de là les noms de Tarifa et de Gibraltar : Djabal al-Tāriq, la montagne de Tāriq). Puis le dignitaire arabe Mūsā ibn Nusayr prit les rên […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-mosquee-de-cordoue-reperes-chronologiques/#i_6350

ḤUSAYN (626-680)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 394 mots

Deuxième fils de ‘Alī, troisième imām et l'un des principaux « martyrs » ( shahīd ) des shī‘ites. Après l'assassinat de ‘Alī (661), l'affermissement du pouvoir omeyyade sous le règne énergique et avisé de Mu‘āwiya amène, pour les descendants de ‘Alī et leurs partisans contraints d'accepter le fait accompli, une période de relative mise en veilleuse. À la mort de Mu‘āwiya (680 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/husayn/#i_6350

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « mosquée lointaine » »  : […] Visitant la ville, ‘Umar demanda à voir le « sanctuaire [ masjid ] de David » ; on le conduisit en des lieux qui ne correspondaient point à la description du sanctuaire par le Prophète. Il finit par parvenir à l'esplanade du vieux temple, qu'il trouva couverte d'immondices que « les Byzantins y avaient jetées en haine des fils d'Israël. Il étendit son manteau et se mit à bala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-pratiques-et-rituels/#i_6350

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] L'ensemble du message de Mahomet constitue le livre sacré de l'islam appelé Coran (Qur'ān). Mais le Coran ne contient qu'un nombre dérisoire de textes ayant un caractère proprement juridique. En l'an 660, la dynastie des Omeyyades créa un royaume arabe ayant pour capitale Damas, mais le centre de gravité de l'État musulman passa ensuite à Bagdad où les Abbassides fondèrent l'empire qui devait do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_6350

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 444 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La deuxième expansion et l'empire omeyyade »  : […] Après la première phase d'expansion et la période d'adaptation nécessaire à la situation nouvelle, le jeune État musulman a connu quelques décennies assez troublées, qui ont correspondu à la lutte pour le pouvoir entre plusieurs clans arabes. La victoire des Omeyyades, avec Mu‘āwiya, en 660-661, marque le succès d'une fraction de l'aristocratie mekkoise et une transformation, encore timide, de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-de-mahomet-a-la-fin-de-l-empire-ottoman/#i_6350

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les exemples de l'État de Médine et des empires »  : […] Deux exemples illustrent, aux yeux des juristes, philosophes et théologiens, les moments privilégiés de la cité musulmane : celui de l'État de Médine et celui des empires. Institué par le Prophète tout au début de l'ère hégirienne, l'État de Médine devait durer jusqu'en l'an 37, date de la bataille de Ṣiffīn, où se consommèrent les schismes. Après la mort de Muḥammad, il fut gouverné par les quat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_6350

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La genèse et le premier art islamique. L'art des Califes, l'art de l'empire (du VIIe à la fin du IXe s.) »  : […] L'art du premier demi-siècle islamique est mal connu. Mais n'oublions pas que les chefs du nouvel État avaient alors d'autres préoccupations que la création artistique. Aucun vestige matériel n'a subsisté de la maison du Prophète à Médine, la première grande mosquée du monde islamique, dont il est attesté qu'elle n'était qu'une construction modeste mais qui, du point de vue fonctionnel, préfigura […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/#i_6350

KHĀRIDJISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 1 855 mots

Les khāridjites (en arabe khawāridj ) sont les adeptes d'une secte musulmane qui remonte aux origines de l' islam et qui a joué un grand rôle d'opposition sous les califes umayyades de Damas ; leur zèle s'est manifesté, sous des formes déjà moins violentes, pendant l'époque ‘abbāside, surtout en Afrique du Nord. Ils furent progressivement réduits et maîtrisés, et ils ne form […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kharidjisme/#i_6350

MARTYRE DE ḤUSAYN

  • Écrit par 
  • Jacqueline CHABBI
  •  • 183 mots
  •  • 1 média

Ḥusayn, petit-fils de Mahomet par sa fille Fạ̄tima, chef de la famille du Prophète après le décès de son frère aîné Ḥasan, est appelé en 680 par les habitants de la ville irakienne de Koufa pour prendre la tête de la révolte contre la dynastie omeyyade de Damas. Venu de sa résidence de Médine, il est encerclé, assoiffé puis massacré avec nombre de ses parents et partisans par les troupes du gouver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martyre-de-husayn/#i_6350

MECQUE LA

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 1 085 mots
  •  • 4 médias

Ville sainte de l'islam vers laquelle se tournent tous les musulmans pour prier et en laquelle ils doivent, s'ils en ont les moyens, se rendre en pèlerinage au moins une fois dans leur vie. Avant l'établissement de l'islam, La Mecque (de l'arabe Makka ) est essentiellement une cité commerçante. Bien que son existence soit plus ancienne, ce n'est qu'au vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-mecque/#i_6350

MOSQUÉE

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 680 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La mosquée basilicale »  : […] ‘Abd al-Malik (685-705) et surtout al-Walīd I er (705-715) furent de grands constructeurs. Le centre du pouvoir ayant été transféré de Médine à Damas, les aspirations architecturales et artistiques des seigneurs omeyyades furent fortement marquées par les monuments du Proche-Orient classique et byzantin. L'influence de ces édifices prestigieux dépasse de loin le simple r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mosquee/#i_6350

MURDJISME

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 582 mots

Doctrine islamique qui s'épanouit avec la dynastie umayyade à Damas dans la seconde moitié du ii e  siècle de l'hégire, le murdjisme qui, d'après certains historiens, aurait dû son apparition à des influences chrétiennes développa un climat de tolérance religieuse grâce auquel la dynastie umayyade, pendant un temps assez court, fut un centre de ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/murdjisme/#i_6350

MŪSĀ IBN NUṢAYR (640-716/17)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 340 mots

Général umayyade qui s'illustre dans la conquête du Maroc et de l'Espagne. D'abord haut fonctionnaire en Orient, Mūsā ibn Nuṣayr est nommé gouverneur de l'Ifrīqiyya (Tunisie actuelle) aux environs de 698. Il organise alors plusieurs campagnes et, aidé de ses fils, soumet les Berbères du Maroc. Il a l'habileté de pratiquer une large politique d'assimilation, faisant entrer des Berbères dans l'armée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musa-ibn-nusayr/#i_6350

MU‘TAZILISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 5 844 mots

Dans le chapitre « L'époque de Wāṣil »  : […] Si l' i‘tizāl , par suite de ses origines, s'exprime essentiellement par la doctrine de la demeure intermédiaire, on ne peut le limiter, même sur le plan des activités politiques, à cette idée et à cette attitude, sinon les mu‘tazilites n'auraient tous été que des abstentionnistes refusant de s'engager. En fait, même en se plaçant au-dessus de la mêlée, ils ne pouvaient évite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-tazilisme/#i_6350

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 041 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La domination arabe et la « révolution ‘abbāside » »  : […] Moins bien structuré que son rival byzantin, l'Empire sassanide fut détruit par l'expansion arabe dès les premières décennies du califat ; à l'exception des régions caspiennes et centre-asiatiques, le pays fut contrôlé par les Arabes dans le courant du vii e  siècle. Malgré les exactions commises par certains Arabes et la résistance de quelques ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-histoire/#i_6350

POITIERS BATAILLE DE (732/33)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

Le 25 octobre 732, les troupes du gouverneur omeyyade de Cordoue, 'Abd al-Rahmān al-Ghā fiqī, venues vraisemblablement faire du butin, sont défaites, près de Poitiers, par l'armée dirigée par le maire du palais Charles Martel. Les textes arabes appellent cette bataille Balāt al-Shuhadā' (« chaussée des martyrs »), en référence à la chaussée romaine près de laquelle la batail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-poitiers/#i_6350

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 141 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La période omeyyade »  : […] Les choses changèrent avec le calife Mu‘āwiyya, fils de Abū Sofrān l'un des conquérants de la Syrie et membre du clan illustre des Omeyyades, qui avait arraché le pouvoir à ‘Alī, cousin et gendre du prophète. Mu‘āwiyya déplaça le centre du califat de Kūfa, en Iraq, à Damas . Il se fit élire roi à Jérusalem, pria au Calvaire et sur le tombeau de Marie, épousa une Syrienne et gouverna son empire en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_6350

ṬĀRIQ IBN ZIYĀD (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 319 mots

Affranchi du général umayyade Mūsā ibn Nuṣayr, Ṭāriq ibn Ziyād conduit en 711 la première grande expédition musulmane en Espagne. Il est probablement d'origine berbère (certaines sources lui attribuent pourtant une ascendance persane). De nombreux récits légendaires entourent les motifs et le but de cette expédition (R. Dozy, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tariq-ibn-ziyad/#i_6350

TA'ZIYÈ, théâtre religieux persan

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 591 mots

Substantif verbal féminin d'origine arabe, le mot ta'ziyè signifie tout d'abord témoignage de condoléances. Pour les shī'ites, ce vocable est essentiellement lié aux commémorations du drame de Karbalā qui, au cours du temps, donnèrent naissance à une sorte de jeu de la Passion ; représenté de diverses manières durant les dix premiers jours du moharram […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ta-ziye-theatre-religieux-persan/#i_6350

WALĪD IBN ‘ABD AL-MALIK AL- (675 env.-715) calife omeyyade (705-715)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 161 mots

Calife omeyyade qui accède au pouvoir à la mort de son père ‘Abd al-Malik. Trois faits caractérisent le règne de Walīd Ibn ‘Abd al-Malik. Tout d'abord, l'extension de l'empire musulman se poursuit. À l'est, Qutayba s'empare de la Transoxiane (prise de Samarqand, 710-711) tandis que Muḥammad ibn al-Qāsim conquiert le Sind (basse vallée et delta de l'Indus), prend la ville de Multān et s'avance jusq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-walid-ibn-abd-al-malik/#i_6350

WALĪD II AL- (708/09-744) calife omeyyade (743)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 626 mots

Prince et poète arabe d'origine syrienne. Bien que fils du calife umayyade Yazīd, Al-Walīd II ne lui succéda pas directement car son oncle Hishām devint souverain des musulmans. Al-Walīd n'accéda au trône qu'en 743 et pour peu de temps, car il fut assassiné en 744. C'est un des personnages les plus controversés et les plus attachants de la littérature arabe. Les uns n'ont voulu voir en lui qu'un p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-walid-ii/#i_6350

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude CAHEN, « OMEYYADES ou UMAYYADES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/omeyyades-umayyades/