BAKOU-TBILISSI-CEYHAN OLÉODUC (B.T.C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (B.T.C.), du nom des trois villes clés de son tracé, permet d'acheminer le pétrole de la mer Caspienne, depuis l'Azerbaïdjan vers le grand port du sud-est de la Turquie, Ceyhan, via la Géorgie, puis de l'exporter sur les marchés mondiaux, évitant ainsi la Russie, l'Iran ou le passage par la mer Noire.

Ouvrage majeur de génie civil, le B.T.C. a nécessité un assemblage de 150 000 sections de tube de 12 mètres de longueur. Son poids total est de 594 000 tonnes pour une longueur totale de 1 760 kilomètres, dont 445 kilomètres en Azerbaïdjan, 245 kilomètres en Géorgie et 1 070 kilomètres en Turquie. Il traverse plusieurs chaînes de montagnes, atteignant une altitude de 2 830 mètres, croise 3 000 routes et voies ferrées, réseaux publics, enterrés ou aériens, ainsi que 1 500 cours d'eau dont certains, comme le fleuve Ceyhan en Turquie, ont jusqu'à 500 mètres de largeur. Il est composé de huit stations de pompage, deux stations intermédiaires de relayage et 101 postes de vannes d'arrêt. Pour le rendre moins vulnérable au sabotage ou tout simplement au vol, en plus de la présence de patrouilles dans chaque pays, il a été décidé son enfouissement qui s'est achevé en 2007. La section du tube est de 1 070 millimètres sur sa plus grande longueur, et 865 millimètres à l'approche de Ceyhan.

L'espérance de vie de l'ouvrage est estimée à 40 ans. Sa capacité nominale d'acheminement est d'1 million de barils par jour. Sa construction, qui a coûté 4 milliards de dollars et a employé près de 15 000 personnes, a commencé en septembre 2002. Les premiers volumes de pétrole ont été injectés dans le pipeline à Bakou le 10 mai 2006 pour arriver à Ceyhan le 28 mai 2006, puis exportés en juin 2006. Son inauguration officielle a eu lieu le 13 juillet 2006.

Le tracé du B.T.C. soul [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAKOU-TBILISSI-CEYHAN OLÉODUC (B.T.C.)  » est également traité dans :

OUVERTURE DU PIPELINE B.T.C.

  • Écrit par 
  • Arnaud BALVAY
  •  • 299 mots

Le pipeline B.T.C. (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) est un oléoduc qui a été inauguré le 13 juillet 2006. Il permet d'acheminer le pétrole de la mer Caspienne (troisième réserve mondiale de pétrole), depuis Bakou, la capitale de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouverture-du-pipeline-b-t-c/#i_53052

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enjeu des grandes voies de communications internationales »  : […] L'intégration économique, et donc spatiale, des pays asiatiques entre eux rend cruciale la question des voies de communications internationales. Outre les aéroports internationaux construits dans les grandes métropoles et dont le trafic est en augmentation constante, trois espaces sont éminemment stratégiques : les détroits de Malacca et d'Insulinde, le Moyen-Orient, le centre sino-indien et tibét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-espaces-et-societes/#i_53052

AZERBAÏDJAN

  • Écrit par 
  • Raphaëlle MATHEY, 
  • Ronald Grigor SUNY
  • , Universalis
  •  • 6 516 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La « guerre des oléoducs » »  : […] L’acheminement des hydrocarbures vers les marchés européens est un enjeu géopolitique important pour la région, les pays riverains de la Caspienne détenant de 3 à 5 p. 100 des réserves mondiales de pétrole et de 6 à 10 p. 100 des réserves mondiales de gaz. La situation géographique de l’Azerbaïdjan lui confère un rôle stratégique pour le transport des hydrocarbures centre-asiatiques vers l’Europe, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azerbaidjan/#i_53052

CASPIENNE, géopolitique

  • Écrit par 
  • Garik GALSTYAN
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Le désenclavement de la Caspienne en matière d'énergie »  : […] Selon la Statistical Review of World Energy (2009), les réserves prouvées de pétrole des pays caspiens sont estimées à 35,6 milliards de tonnes (dont de 2,36 à 6 milliards pour la seule région caspienne), soit 19,4 p. 100 du total mondial. La plus grande part revient à l'Iran (18,9 milliards de tonnes), suivi par la Russie (10,2 milliards), le Kazakhstan (5,3 milliards) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caspienne-geopolitique/#i_53052

PÉTROLE - Le transport

  • Écrit par 
  • Pierre HOUSSIN, 
  • Georges WESSELS
  •  • 6 966 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le transport du pétrole par pipeline »  : […] C'est aux États-Unis en 1865 que fut utilisée, pour la première fois, une conduite pour évacuer la production d'un gisement. Depuis lors, l'emploi de ce mode de transport des hydrocarbures liquides ou gazeux s'est généralisé, d'abord aux États-Unis, puis dans le reste du monde. À l'heure actuelle, le réseau mondial en service atteint plus de 1 million de kilomètres de conduites, dont près des troi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-le-transport/#i_53052

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Julien VERCUEIL
  •  • 5 350 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La réaffirmation de l’État dans l’économie russe »  : […] Dans ce contexte de rééquilibrage de l’économie, l’État russe de Vladimir Poutine entreprend de reconquérir certains secteurs industriels stratégiques. L’alourdissement de la fiscalité sur le secteur énergétique lui donne un levier pour la reprise en main du secteur : en 2003, sous prétexte d’arriérés fiscaux, il intente un procès à Ioukos, entreprise pétrolière à capitaux privés, la troisième du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-economie/#i_53052

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le choix stratégique de s'intégrer à l'Occident »  : […] Pendant longtemps, Ankara a privilégié ses relations, essentiellement d'ordre militaire et stratégique, avec les États-Unis. En effet, la puissance américaine et les bases militaires que celle-ci avait établies sur le territoire étaient indispensables à la sécurité de la Turquie vis-à-vis de l'U.R.S.S. Le rapport à l'Europe concernait moins les questions de sécurité que celles de la démocratie et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_53052

Pour citer l’article

Marie KNAPIK, « BAKOU-TBILISSI-CEYHAN OLÉODUC (B.T.C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oleoduc-bakou-tbilissi-ceyhan/