OH LES BEAUX JOURS (S. Beckett)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Encore une journée divine »

La pièce se compose de deux actes, le premier sensiblement plus long que le second. Elle s'ouvre sur la « sonnerie perçante » d'un réveil marquant le début de la journée de Winnie (« la cinquantaine »). Celle-ci entame alors un soliloque, fragmentaire et troué de silences, où se mêlent considérations sur l'existence (« Ça que je trouve si merveilleux… La façon dont l'homme s'adapte »), évocations de son état présent, mi-fatalistes (« pas pis – pas mieux, pas pis – pas de changement – pas de douleur – presque pas... ») mi-enjouées (« Oh le beau jour encore que ça va être ! ») et vagues souvenirs plus ou moins nostalgiques (« Mon premier bal !... Mon second bal !... Mon premier baiser !... »). Régulièrement, elle prend à témoin ou sollicite Willie (« la soixantaine »). Celui-ci, d'abord allongé derrière le mamelon, d'où émergent, par intermittence, une main, un bras, un crâne coiffé d'un canotier, puis enfoui au fond d'un trou, répond par quelques mots ou lit à haute voix les annonces du journal. Toute à son « babil », Winnie, pour autant que le lui permet sa situation, exécute des gestes banals (se brosser les dents, se limer les ongles), manipule ses accessoires (lunettes, ombrelle, chapeau...), extrait des objets de son sac (parmi lesquels un revolver), inspecte son environnement immédiat (une fourmi) ou son propre corps (« Mes cheveux !... Me suis-je coiffée ?... »).

Au début du second acte, la sonnerie et le réveil de Winnie suggèrent qu'une nouvelle journée commence, bien que la lumière comme le décor soient restés identiques. Seul changement : Winnie est désormais enterrée jusqu'au cou. Le soliloque reprend, à peine, par moments, plus inquiet ou mélancolique. Faute de pouvoir toucher les choses, Winnie se raccroche à ce qu'elle peut encore voir et entendre. Ses appels à Willie semblent se faire plus pressants, en vain. Dans un dernier effort, celui-ci parvient néanmoins à s'extirper de son trou et à ramper presque jusqu'à Winnie, qui le voit une dernière fois. Puis il « lâche prise, dégringo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « OH LES BEAUX JOURS (S. Beckett) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oh-les-beaux-jours/