ŒUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Spoliation des œuvres d'art

Spoliation des œuvres d'art
Crédits : Hulton Getty

photographie

Art officiel

Art officiel
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Néfertiti, Égypte

Néfertiti, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Les transgressions des Alliés

Après la capitulation « sans conditions » du Reich, 80 p. 100 des sites utilisés par les Allemands pendant la guerre pour cacher les biens culturels d'« importance nationale » se retrouvèrent sur des territoires occupés par les Américains. De tels sites existaient également dans les Länder de Thuringe et de Saxe-Anhalt, situés au cœur de l'Allemagne, qui avaient été attribués à l'Union soviétique comme futures zones d'occupation par la conférence de Yalta. Les trois puissances alliées (U.R.S.S., États-Unis et Grande-Bretagne) étaient convenues, à propos des réparations allemandes, que chaque signataire du traité pourrait prendre, dans sa zone d'occupation, la part de réparations qui lui revenait. Mais cela ne signifiait pas pour autant que des biens culturels devant revenir ultérieurement à une puissance d'occupation puissent être retirés des territoires conquis. Après que la 3e armée américaine eut trouvé dans la mine de potasse de Merkers-Kaiseroda en Thuringe, future zone d'occupation soviétique, les réserves d'or du Reich et les trésors des musées berlinois (parmi lesquels 1 400 toiles de maîtres anciens), le commandant en chef, le général Eisenhower, reçut l'ordre impératif de transférer immédiatement toutes les valeurs et tous les biens culturels du territoire conquis dans une zone d'ultérieure occupation américaine, sans tenir compte des accords passés. Ainsi se retrouvaient entre les mains des Américains les plus belles collections des musées berlinois qui auraient dû rester en zone d'occupation et qui comptaient le buste de Néfertiti et le trésor des Welfen ainsi que les collections des châteaux de Prusse avec le cercueil et les ossements de Frédéric II le Grand. Les collections des musées berlinois furent d'abord recueillies dans la salle des coffres de l'ancienne Reichsbank, à Francfort-sur-le-Main, et administrées par la Finance Division du ministère américain des Finances. Puis on les remit, afin qu'elles soient transportées dans un camp central de rassemblement des biens culturels si [...]

Néfertiti, Égypte

Néfertiti, Égypte

Photographie

Buste de la reine Néfertiti, épouse d'Aménophis IV-Akhenaton. Plâtre peint sur âme de calcaire. XVIIIe dynastie. Staatliche Museen, Ägyptisches Museum, Berlin. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : Oberkustos, Museum für Vor- und Frühgeschichte Staatliche Museen zu Berlin, Preussischer Kulturbesitz, Vorsitzender : Museumdorf Düppel e.V., Berlin

Classification


Autres références

«  OEUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945)  » est également traité dans :

RESTITUTION DES BIENS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Krzysztof POMIAN
  •  • 6 768 mots

Dans le chapitre « Les pillages pendant la Seconde Guerre mondiale »  : […] Le dossier des œuvres d'art pillées par les nazis dans les pays qu'ils ont occupés est clos pour l'essentiel, la plupart des œuvres ayant été restituées dans l'immédiat après-guerre. Restent toutefois des familles juives spoliées auxquelles leurs biens n'ont pas été rendus et qui ont dû parfois intenter des procès pour les récupérer. En France, afin de permettre aux éventuels ayants droit de reco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restitution-des-biens-culturels/#i_85621

Voir aussi

Pour citer l’article

Klaus GOLDMANN, « ŒUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-d-art-et-prises-de-guerre/