ŒUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pillage des nazis

En Allemagne, les nazis ont dès 1933 transgressé ces règles en mettant en œuvre, par exemple, l'opération de proscription des œuvres d'art condamnées au nom de leur idéologie ; un certain nombre d'entre elles furent réunies à Munich en 1937 à l'exposition Entartete Kunst (« art dégénéré »). Ils ont alors retiré des collections publiques des œuvres d'art moderne et les ont vendues. Ils ont de plus saisi de nombreuses œuvres d'art appartenant à des Juifs pour les transférer dans des musées ou leur donner une « affectation » privée. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, cette politique fut poursuivie à une échelle encore plus grande dans les territoires occupés. En Europe de l'Ouest, contrairement à ce qui avait été projeté initialement, aucun musée public ou presque ne fut l'objet de ces saisies, mais là comme ailleurs l'occupant pilla principalement les collections appartenant à des Juifs. D'autres collectionneurs qui possédaient des biens artistiques intéressant les Allemands furent souvent contraints de les vendre. En revanche, en Europe de l'Est, des biens artistiques, des archives et des livres furent déplacés à grande échelle vers l'Allemagne.

Art officiel

Photographie : Art officiel

L'Allemagne nazie met sous tutelle la vie culturelle, organisant à Munich en 1937 une célèbre exposition d'art dégénéré (Entartete Kunst) et soutenant - ici, par la visite de Hitler et de Goebbels - les manifestations d'art officiel. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Le monde occidental eut rapidement connaissance de la politique allemande et des innombrables cas de confiscation opérées dans les pays d'Europe adversaires de l'Allemagne. Aussi le thème du vol des œuvres d'art tint-il une place importante dans les conférences tenues par les Alliés pendant la guerre et enfin à Yalta lorsque fut abordée la question des réparations auxquelles l'Allemagne devait procéder. Les Alliés étaient convenus que les biens culturels détournés devaient être restitués à leur pays d'origine et que ceux qui n'auraient pas été retrouvés dans un délai de six mois à compter de la fin de la guerre devraient être compensés par des biens culturels allemands de qualité équivalente. Compensation qui concernait surtout les biens présentant un « intérêt national ». La compensation par des biens allemands des biens étrangers perdus du fait de l'Allemagne fut définie comme une restitution in kind (compensation en nature). Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, on devait procéder, mais avec beaucoup plus d'ampleur, selon ce qu'avait stipulé le traité de Versailles à propos de la destruction de la bibliothèque de Louvain : le traité prévoyait que l'Allemagne devait « livrer des objets de collection en valeur et nombre égaux à ceux qui ont été détruits ».

L'Union soviétique ainsi que les États-Unis commencèrent dès 1943 à mettre à exécution leur politique commune de « compensation en nature » par des travaux préliminaires systématiques. Aux États-Unis, on élabora parallèlement les premiers projets de protection militaire des œuvres d'art sur le théâtre européen des opérations : une commission qui avait été réunie par le président Roosevelt, la Roberts Commission, en vue de la préservation des biens culturels mobiliers ou immobiliers, a dressé systématiquement, avec l'aide d'un grand nombre d'historiens d'art, des listes de biens culturels ayant « un caractère précieux pour la nation ». Les archives ont conservé le classement de tous les édifices dignes d'être protégés et présentant un intérêt historique dans les pays d'Europe touchés par la guerre. Cette liste a certainement contribué à préserver de la destruction beaucoup de monuments importants pendant les combats qui ont suivi les débarquements, notamment en Italie. La liste des biens culturels mobiliers d'importance nationale établie par les Américains n'a été retrouvée, jusqu'à aujourd'hui, dans aucune archive publique, alors que la liste soviétique homologue est désormais connue. Cette dernière mentionnait en particulier le Trésor de la cathédrale de Quedlinburg (dans le nord du Harz), qui devait être transporté après la guerre dans un musée des trophées que les Soviétiques avaient en projet. Plusieurs joyaux ont été volés en 1945 dans la salle du Trésor par un officier américain ; ils ont été restitués en 1992. D'autres pièces importantes sont restées à Quedlinburg ; si elles n'ont pas été saisies par l'Armée rouge, c'est sans doute parce que l'Union soviétique voulait répondre au souhait, exprimé par Pie XII en 1945, de ne pas faire figurer les trésors des églises allemandes dans les « compensations ». Il e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Spoliation des œuvres d'art

Spoliation des œuvres d'art
Crédits : Hulton Getty

photographie

Art officiel

Art officiel
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Néfertiti, Égypte

Néfertiti, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : Oberkustos, Museum für Vor- und Frühgeschichte Staatliche Museen zu Berlin, Preussischer Kulturbesitz, Vorsitzender : Museumdorf Düppel e.V., Berlin

Classification

Autres références

«  OEUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945)  » est également traité dans :

RESTITUTION DES BIENS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Krzysztof POMIAN
  •  • 6 768 mots

Dans le chapitre « Les pillages pendant la Seconde Guerre mondiale »  : […] Le dossier des œuvres d'art pillées par les nazis dans les pays qu'ils ont occupés est clos pour l'essentiel, la plupart des œuvres ayant été restituées dans l'immédiat après-guerre. Restent toutefois des familles juives spoliées auxquelles leurs biens n'ont pas été rendus et qui ont dû parfois intenter des procès pour les récupérer. En France, afin de permettre aux éventuels ayants droit de reco […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

30 novembre - 3 décembre 1998 États-Unis. Conférence internationale sur la spoliation des juifs pendant la guerre

La Russie crée la surprise à ce sujet en annonçant que les œuvres d'art prises à l'ennemi ne seraient plus considérées comme des « prises de guerre ». La conférence évoque également l'indemnisation du travail forcé imposé aux juifs, le dédommagement des confiscations foncières en Europe de l'Est et le remboursement des polices d'assurance souscrites avant la guerre par des juifs et tombées en déshérence. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Klaus GOLDMANN, « ŒUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-d-art-et-prises-de-guerre/