ŒUVRE D'ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La non-œuvre dans l'art contemporain

Ce qu'il y a de plus provocant dans l'art contemporain semble se rallier sous le drapeau du non-art. Non-art, cela ne signifie pas seulement refus d'accorder à l'art un statut particulier réservé à une élite, au sens où l'entendait Marx disant que dans une société communiste il n'y aura plus de peintres, mais seulement des hommes qui peignent ; cela signifie aussi refus de produire des œuvres, c'est-à-dire des objets pleins, achevés, s'épanouissant dans le champ de la présence. Objets bâclés, graffiti ou paraphes, toiles lacérées, musique mise en pièces, poèmes réduits aux phonèmes, textes déconstruits, on n'en finirait pas de donner des exemples de ce refus. Au moins faut-il marquer quelques étapes de la désagrégation de l'œuvre.

On pourrait évoquer d'abord les temps de l'iconoclasme ; mais ce n'est pas de lui qu'il s'agit ici. Car l'iconoclasme interdisait l'œuvre au nom du sacré, c'est-à-dire d'une loi extérieure à l'art ; ici l'interdit est intérieur, et sans résulter d'une intériorisation : c'est l'œuvre qui s'interdit à elle-même d'être œuvre, et qui parfois se produit sous forme de non-œuvre dans cet interdit, comme si s'accomplissait ainsi une sorte de logique de l'art. La première étape de ce développement apparaît au temps de l'art le plus classique : c'est le non-finito. Lorsque le xixe siècle entreprit de constituer le musée imaginaire, dit Malraux, alors que « le fini était un caractère commun à toutes les œuvres traditionnelles », le caractère commun de tous les arts dont commença la discrète résurrection fut d'abord l'absence du fini. D'où la découverte, que Baudelaire allait rappeler à propos de Corot, « qu'une œuvre faite n'était pas nécessairement finie, ni une œuvre finie nécessairement faite » ; le fini, ajoute Malraux, n'est qu'un moyen d'expression. D'où l'intérêt que Delacroix, Corot et tant d'autres – mais déjà Rubens et Vélasquez – attachaient aux esquisses, aux ébauches : non pas les états premiers d'un travail à faire, des représentations inachevées, mais des expressions plastiques, complètes, indifférentes à la représentation, « où le peintre [...] réduit un spectacle réel ou imaginaire à ce par quoi il est peinture : tache, couleur, mouvement » (A. Malraux, Le Musée imaginaire). Cependant chez ces peintres, l'œuvre n'est pas encore en question. Des esquisses que conserve Delacroix, Malraux peut dire : « Leur qualité d'œuvre [c'est lui qui souligne] est égale à celle de ses plus beaux tableaux. » C'est plutôt une nouvelle idée de l'œuvre qui apparaît, et de sa finalité propre : « La peinture devient maîtresse de l'objet et non plus soumise à lui », l'art cesse d'être au service de la représentation, « la volonté d'annexion du monde prend la place immense qu'avait prise la volonté de transfiguration ». Cette prise de conscience de la spécificité de l'art se poursuit plus tard avec la non-figuration. D'une œuvre « abstraite », comment juger qu'elle est finie ? Bien commode était le critère qui subordonnait l'achèvement à la perfection du rendu. Lorsque l'œuvre porte au contraire en elle sa vérité, comment l'apprécier ? Pourtant l'œuvre abstraite peut se recommander encore d'une nécessité interne qui garantisse son autonomie et sa perfection ; elle est encore un irrécusable objet, devant lequel il faut dire, comme Hegel devant la montagne : Es ist so. Et cela peut se dire aussi des autres arts qui ont rencontré la non-figuration sur leur propre route : non seulement la littérature en renonçant à parler pour dire autre chose qu'elle-même, la poésie en cessant de nommer le monde, le roman en cessant de raconter une histoire, le film en cessant d'être récit ou image du monde, et même les arts naturellement abstraits, en renonçant à une familiarité qui était l'équivalent d'une image ou d'une parole, l'architecture en s'ordonnant à la fonctionnalité, la musique en rompant avec l'harmonie.

Mais, de bien des façons, l'œuvre devient moins œuvre. Moins « finie », par exemple lorsqu'elle brise son cadre et semble se perdre dans un indéfini spatial ou temporel : lorsqu'une toile de Mondrian se prolonge sur la mer ou lorsqu'une tour de Schöffer se joint à l'environnement, lorsque la musique renonce à l'accord de résolution, lorsque le roman n'a pas de fin, heureuse ou non. Moins distante, en un autre sens, à l'égard du quotidien, lorsqu'elle s'identifie à lui comme le ready-made ou qu'elle le reproduit sans le métamorphoser comme le pop art. Plus précaire, lorsqu'elle est faite de matériaux fragiles ou ignobles. Moins préméditée, plus bâclée, lorsqu'elle jaillit d'une sorte de violence incontrôlée : écriture automatique ou sous mescaline, vitesse d'exécution, improvisation. Plus insaisissable aussi lorsque, même réfléchie, elle procède d'une volonté de déconstruction et refuse de jouer le jeu de nos habitudes et même de nos fantasmes : l'acte gratuit s'introduit dans la peinture, le silence s'insinue dans la musique jusqu'à la décomposer, les structures lexicales et syntactiques volent en éclats. Fini de la bonne forme chère aux gestaltistes ! Fini de la belle totalité ! Fini aussi de la déférence que nous devions à l'œuvre, de la « contemplation » qu'elle exigeait de nous !

Et en effet, si le public a d'abord été – est encore souvent – déconcerté par cette négation scandaleuse de l'œuvre, il en est venu à l'admettre et à l'attendre : il veut entrer dans le jeu, il veut être de la fête. La fête : c'est bien l'un des pôles qui aimante l'art contemporain et sa contestation de l'œuvre. Avec l'art cinétique, avec la musique stochastique, avec certains films d'animation, l'œuvre devient événement. Sans doute l'était-elle déjà, en un sens, dans les arts temporels, là où l'objet esthétique ne s'accomplit que le temps d'une exécution. Mais les œuvres plastiques semblent aussi renoncer à la substantialité et à la pérennité de l'objet pour ne durer que le temps d'une « expansion », d'une scintillation, d'un jeu ; cela est même vrai de l'objet architectural, lorsque l'habitat peut être indéfiniment modifié au gré de l'occupant. L'artiste rêve d'inscrire cet événement dans la vie quotidienne, pour y introduire de la fantaisie et du bonheur : la fête, certains disent la révolution. Et sans doute la notion de fête est-elle ambiguë : cérémonie – le premier des arts, disait Alain – ou orgie ? Apollon ou Dionysos ? Peut-être les deux à la fois, comme au temps des Grecs de Nietzsche. Mais la cité, cette autre totalité, est morte, et la fête n'en est plus la sè [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OEUVRE D'ART  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 297 mots
  •  • 4 médias

Parler d'œuvre aujourd'hui ne va pas sans difficulté. Certes, les œuvres d'art sont là : le Tadj Mahall, la tour Eiffel, la Vue de Delft par Vermeer, Guernica de Picasso, L'Homme qui marche de Giacometti, incontestables, objectives, plus sûrs témoins du passé que les actions des hommes ou leurs paroles, qui, elles, ont besoin de la mémoir […] Lire la suite

DÉMATÉRIALISATION DE L'ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Florence de MÈREDIEU
  •  • 1 626 mots

L'œuvre d'art est traditionnellement conçue comme l'incarnation d'une forme ou d'une idée dans une matière. Ou, plus précisément, dans un matériau, plus ou moins dense ou pesant, et doté de propriétés spécifiques – comme le bois, le marbre, la pierre ou les pigments de la peinture. Dès le départ, cependant, l'art se trouve marqué du sceau de la dématérialisation. Une œuvre d'art n'existe, pour […] Lire la suite

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes et le sens »  : […] Lorsque Kant oppose la « beauté adhérente », déterminée par la perfection de ce que doit être l'objet dans lequel elle se manifeste, à la « beauté libre », sans concept, il prend pour exemple de cette dernière non seulement les fleurs, le colibri, l'oiseau de paradis, les crustacés marins, les rinceaux ou les papiers peints, mais encore la « musique sans texte ». L'art abstrait tout entier ne ris […] Lire la suite

ACTIONNISME VIENNOIS

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 2 244 mots

Dans le chapitre « L'actionnisme viennois et l'« œuvre d'art total » »  : […] L'idée d'une œuvre d'art total, réunissant tous les arts sous la forme d'un spectacle, apparaît dès 1957 dans le grand projet d'art sacré d'Hermann Nitsch. Ce projet, intitulé Théâtre des orgies et mystères , fut joué en 1998 (du 3 au 8 août) dans la propriété de l'artiste à Prinzendorf en Autriche, mais il est le fruit de quarante années de travail, au cours desquelles chaque « action » avait val […] Lire la suite

ANNEXES - DE L'ŒUVRE D'ART (J.-C. Lebensztejn) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gilles A. TIBERGHIEN
  •  • 974 mots

Les éditions La Part de l'Œil, ont eu l'heureuse idée de publier, en 1999, dans la collection « Théorie », un recueil de textes de Jean-Claude Lebensztejn. Ces Annexes caractérisent bien la manière de Lebensztejn, car même ses grands livres –  L'Art de la tache (éditions du Limon, 1990 ), Jacopo da Pontormo (éditions Aldines, 1992) – se présentent, l'un, comme une introduction à La Nouvelle Mé […] Lire la suite

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « L'abolition de l'art »  : […] Si l'anti-art, ou Dada, n'est rien, l'art est-il encore quelque chose ? L'impossibilité d'une définition objective et universelle de l'art révèle l'étendue des dégâts opérés par Ball, Tzara, Picabia, Duchamp et leurs amis. Tous les systèmes formels que l'on a tenté de fonder après Dada ont échoué dans leur conquête de l'universalité. Face à cet ennemi insaisissable (l'anti-art), l'art a perdu le […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Nouvelle position du problème : la critique de la conscience esthétique »  : […] Ne faut-il pas cependant s'interroger sur cette réduction de la « forme » à l' objet  ? On se rappelle en quels termes le Heidegger de « l'époque des conceptions du monde » entreprenait – en 1938 – de se démarquer de Hegel : à la différence de ce dernier, l'auteur de Sein und Zeit refusait d'admettre que la relation sujet-objet, c'est-à-dire la conscience dans l'acception traditionnelle, gouvern […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Dans le chapitre « Le développement de la méthode : G. J. Hoogewerff et E. Panofsky »  : […] Dans la section « Iconographie » du Congrès international des sciences historiques à Oslo en 1928, Hoogewerff a présenté un rapport intitulé L'Iconologie et son importance pour l'étude systématique de l'art chrétien , qui fut publié ensuite dans la Rivista di archeologia cristiana en 1931. Hoogewerff fut le premier à proposer le nom ancien d'iconologie comme description d'une méthode d'analyse ap […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'anonymat dans l'art

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 1 099 mots
  •  • 4 médias

Un grand nombre d'œuvres d'art comportent une indication plus ou moins développée, explicite et visible qui permet d'en identifier l'auteur. Cette indication peut prendre la forme d'une signature , d'un monogramme , d'une inscription, parfois d'un cachet, d'une estampille, d'un poinçon ou d'une marque, plus exceptionnellement d'un signe conventionnel ou symbolique. En l'absence de toute indication […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La signature des œuvres d'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Avec le titre et la dédicace, la signature est l'un des « textes » fondamentaux qui encadrent l'œuvre et la présentent au spectateur. Elle ancre l'objet dans l'histoire individuelle aussi bien que collective et, par conséquent, elle est un repère non arbitraire pour la fondation du jugement esthétique. Cependant, la signature occupe une situation singulière, d'une part parce qu'elle apparaît à un […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 septembre 1981 Espagne. Arrivée du « Guernica » de Picasso à Madrid

l'œuvre à Madrid cause une certaine amertume au Pays basque, où l'on estime qu'elle revenait de droit à la ville de Guernica. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mikel DUFRENNE, « ŒUVRE D'ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art/