ŒIL HUMAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anatomie et histologie

L'œil est de faible volume (6,5 cm3 ) ; il pèse 7 grammes, pour un diamètre de 24 millimètres. Situé dans la face, communiquant avec l'endocrâne, tributaire de six nerfs crâniens parmi les douze qui existent, l'œil avec ses annexes forme un système organique complexe.

L'œil est un organe creux dont le développement et la forme sont réglés par la résistance que ses parois offrent à l'accroissement de son contenu (principalement l'augmentation du corps vitré).

La paroi du globe oculaire est formée de trois tuniques, fibreuse, uvéale et nerveuse (rétine), qui enferment les milieux transparents : humeur aqueuse, cristallin, corps vitré (fig. 1).

Œil humain

Dessin : Œil humain

Coupe de l'œil humain. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Tunique fibreuse

La tunique fibreuse, externe, comprend la sclère opaque en arrière, la cornée transparente en avant. La sclère (ou sclérotique), de couleur blanchâtre, est entourée par la capsule de Tenon faite de deux feuillets à l'adhérence lâche, facilitant les mouvements du globe. Les fibres sclérales sont élastiques et collagènes. Elles assurent une grande résistance mécanique. La sclère est faiblement innervée et vascularisée.

La cornée est enchâssée dans l'ouverture antérieure de la sclérotique, dont elle ne diffère que par sa transparence. Elle est à la fois une enveloppe résistante et un milieu transparent. La frontière entre cornée et sclère, appelée limbe, est une zone semi-transparente, qui a la particularité d'adhérer à la conjonctive, fine membrane qui couvre la face interne des paupières et la portion antérieure de la sclère. Tandis que la cornée est avasculaire, le limbe est richement innervé et vascularisé. La cornée est faite de cinq couches qui sont, de l'extérieur vers l'intérieur : l'épithélium, composé de sept à huit strates cellulaires, la membrane de Bowman, le stroma cornéen, la membrane de Descemet sur laquelle s'étale la dernière couche, unicellulaire, l'endothélium. Un agencement régulier des fibres du stroma est essentiel pour la transparence cornéenne. Les fibres sont constituées de fibrilles relativement uniformes par opposition à celles de la sclère dont la disposition et la taille sont très variables. Faites de collagène, ces fibrilles sont noyées dans une substance fondamentale formée par différents mucopolysaccharides. Cette texture ne suffit pas à elle seule pour assurer la transparence de la cornée de l'homme : encore faut-il que celle-ci soit maintenue en état de sous-hydratation relative. Cela est assuré par l'endothélium cornéen, véritable pompe à eau, dont c'est le rôle essentiel. Toute défaillance endothéliale se traduira par un œdème cornéen entraînant la perte de la transparence.

Tunique uvéale

La tunique uvéale, ou uvée, groupe trois éléments : l'iris en avant, le corps ciliaire, la choroïde en arrière, sous la rétine.

L'iris est la portion la plus antérieure de l'uvée. C'est un diaphragme pigmenté dont la contraction ou la dilatation réflexes règlent la quantité de lumière pénétrant dans l'œil par la pupille. La couleur de l'iris, variable selon les individus, du brun foncé au bleu clair ou au vert, dépend du nombre et de la distribution des cellules pigmentées.

L'iris est formé de deux sortes de muscles lisses : le premier, circulaire, sphinctérien, circonscrit le bord de la pupille ; le second, radiaire, ou dilatateur, a des fibres qui vont de la circonférence vers le centre. Ces deux formations, involontaires et opposées, sont commandées par deux systèmes antagonistes : la contraction sphinctérienne dépend du parasympathique dont les filets empruntent le trajet du nerf moteur oculaire commun, troisième paire de nerfs crâniens, et la dilatation est commandée par les filets du sympathique cervical.

La couche antérieure de l'iris se raccorde à l'endothélium cornéen, également mésodermique. Les vaisseaux viennent d'une formation annulaire (située dans le corps ciliaire), le grand cercle artériel de l'iris, d'où partent des vaisseaux radiaires vers le bord pupillaire, où leurs anastomoses peuvent, dans certains cas, réaliser un petit cercle.

Le corps ciliaire est représenté par un épaississement de l'uvée situé en couronne derrière l'iris. C'est une série d'environ quatre-vingts fins processus radiaires contenant des fibres musculaires lisses et des vaisseaux sanguins. La face interne du corps ciliaire est couverte de cellules, les unes pigmentées, les autres claires, dans lesquelles le microscope électronique met en évidence une activité sécrétoire qu'on sait liée à la formation de l'humeur aqueuse. Les fibres musculaires sont radiaires ou circulaires. Elles jouent un double rôle : dans l'accommodation de l'œil à la vision rapprochée, par leur action sur le cristallin, et dans la régulation du tonus, puisque le muscle ciliaire influence le drainage de l'humeur aqueuse en agissant, par sa traction, sur la taille et le volume du canal de Schlemm et du trabéculum (cf. Milieux transparents).

La choroïde est formée d'un feutrage particulièrement dense de capillaires sanguins et de cellules pigmentaires. Son rôle est de nourrir les cellules photoréceptrices rétiniennes (cônes et bâtonnets) accolées à la choroïde ; elle constitue, d'autre part, un écran opaque à l'intérieur de la paroi oculaire. Entre choroïde et sclérotique, on décrit un espace suprachoroïdien, virtuel mais facilement clivable, ce qui permet dans certaines conditions la formation d'un décollement choroïdien (à ne pas confondre avec le décollement de la rétine). La face interne de la choroïde se spécialise en une couche vasculaire où règne un très important débit sanguin (l'un des plus forts de l'organisme) : la chorio-capillaire qui adhère étroitement à la face externe de la rétine, autrement dit à son épithélium pigmentaire, par l'intermédiaire de la lame de Bruch ; ainsi, en cas de décollement de rétine, l'épithélium pigmentaire de la rétine reste appliqué sur la choroïde, tandis que l'épithélium sensoriel se soulève. Cela explique la perte de vision dans la portion de la rétine décollée dont les couches externes (cônes et bâtonnets) sont alors privées de leur nutrition et de leur écran pigmentaire.

Rétine et voies optiques

La rétine, tunique la plus interne, est aussi la couche neurosensorielle.

Situation

La rétine est directement en rapport avec le vitré. Sa limite antérieure s'appelle ora serrata, ce qui signifie « bord denté » en latin. En réalité, la rétine se poursuit en avant de l'ora, mais les éléments nobles sensoriels y disparaissent au profit des cellules de soutien (névroglie, cellules de Müller), avec adhérence très forte à la choroïde et au vitré. Ainsi, l'ora serrata, en toute rigueur, sépare dans la rétine la pars optica, en arrière, de la pars coeca (aveugle), en avant ; cette dernière se poursuit sur le corps ciliaire et la face postérieure de l'iris, jusqu'au bord pupillaire.

Origine

Embryologiqueme [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Sens : vue

Sens : vue
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Œil humain

Œil humain
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Rétine : structure histologique

Rétine : structure histologique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Voies optiques : structure

Voies optiques : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

  • : direction scientifique, Société française d'ophtalmologie
  • : professeur d'ophtalmologie à l'Hôtel-Dieu, titulaire de la chaire d'ophtalmologie à la faculté de médecine de Paris

Classification

Autres références

«  OEIL HUMAIN  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Le rôle respectif des différents types de récepteurs adrénergiques dans les effets tissulaires intégrés des catécholamines est parfois difficile à élucider. En effet, ces récepteurs transmettent le plus souvent des messages divergents et modulent de manière opposée l'activité de la cellule cible. Dans beaucoup de systèmes expérimentaux, le type d'effet observé dépend de la concentration en adréna […] Lire la suite

CERVELET

  • Écrit par 
  • Jean MASSION
  •  • 7 746 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Cervelet et mouvement oculaire »  : […] La motricité oculaire est perturbée de manière importante lors de lésions cérébelleuses. Les réseaux qui commandent les mouvements oculaires sont cependant localisés en dehors du cervelet, essentiellement au niveau du tronc cérébral. C'est donc par le biais d'un contrôle déficient de ces réseaux de nature tonique et phasique que s'explique la pathologie oculaire d'origine cérébelleuse. Les défic […] Lire la suite

COLLYRES

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 139 mots

Préparations pharmaceutiques liquides qu'on instille dans le cul-de-sac conjonctival et qui sont destinées au traitement des affections des yeux. Le support est en principe constitué par un soluté minéral isotonique aux larmes. Additionné d'antiseptiques faibles (acide borique), ce liquide peut être utilisé couramment pour nettoyer les culs-de-sac conjonctivaux et les voies lacrymales, à des fins […] Lire la suite

DALTONISME

  • Écrit par 
  • Philippe LANTHONY
  •  • 1 591 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anomalies de la vision colorée  »  : […] La vision colorée normale est trichromatique. Du point de vue physiologique, cela signifie qu'elle est due à l'absorption des radiations lumineuses par trois types différents de pigments visuels, chacun contenu dans un type spécifique de cellules à cônes de la rétine. On distingue les S-cônes (S comme short ), les M-cônes (M comme middle ) et les L-cônes (L comme long ) dont les courbes d'absorpti […] Lire la suite

EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

  • Écrit par 
  • Cyril TARQUINIO
  •  • 2 813 mots
  •  • 1 média

C’est à Francine Shapiro que l’on doit la découverte et le développement de la psychothérapie EMDR ( e ye m ovement d esensitization and r eprocessing   ou, en français, « désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires »). Cette découverte se fit un peu par hasard en 1987 : alors qu’elle se promenait dans un parc, elle s’aperçut, en suivant des yeux un vol d’oiseaux et en opéra […] Lire la suite

KÉRATITE

  • Écrit par 
  • Marie-Christine STÉRIN
  •  • 97 mots

Atteinte inflammatoire ou infectieuse de la cornée. Ses causes sont extrêmement variables : bactérienne, virale, allergique. Selon le siège de la lésion, on distingue des kératites superficielles, des kératites profondes ou des kératites interstitielles. En général, cette affection se traduit par une rougeur de l'œil qui est douloureux, une photophobie, un larmoiement, une sensation de corps étran […] Lire la suite

LENTILLES DE CONTACT ou LENTILLES CORNÉENNES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 367 mots

Les lentilles de contact sont de fines lentilles artificielles portées à la surface de l'œil pour corriger des défauts de réfraction oculaire qui rendent la vision défectueuse. Les premières d'entre elles furent fabriquées en verre par Adolf Fick en 1887 afin de traiter un astigmatisme. Elles n'étaient pas confortables et ne pouvaient être portées longtemps. Jusqu'à la mise au point d'instruments […] Lire la suite

MALFORMATIONS CONGÉNITALES

  • Écrit par 
  • Jean de GROUCHY
  •  • 2 935 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Malformations des yeux »  : […] Elles comptent parmi les plus fréquentes. L' anophtalmie - microphtalmie s'accompagne souvent d'une encéphalopathie. Sa fréquence est de l'ordre de 2 p. 10 000. Elle fait partie du syndrome de la trisomie 13. La cataracte congénitale est un des principaux accidents de l'infection par le virus de la rubéole. Autres malformations  : colobome, ptosis des paupières, opacités cornéennes, mégalocornée […] Lire la suite

NAISSANCE - Prématurité

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RELIER
  •  • 3 750 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autres risques »  : […] L' hypoglycémie . L'insuffisance des réserves énergétiques explique le risque d'hypoglycémie et oblige à perfuser les prématurés avec une solution de glucose à 10 p. 100 dès la naissance. Il est en effet vraisemblable que les hypoglycémies même asymptomatiques peuvent être dangereuses pour le cerveau. Les mêmes remarques peuvent être faites pour l' hypocalcémie , qui doit être prévenue systématiqu […] Lire la suite

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 241 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les nerfs moteurs oculaires (III, IV, VI) »  : […] On interroge ici la fonction oculomotrice : – Le nerf moteur oculaire commun (III) émerge du tronc cérébral, au niveau des pédoncules cérébraux, et innerve essentiellement les muscles adducteurs et élévateurs du globe oculaire et le muscle releveur de la paupière. Il participe, par les fibres parasympathiques qui suivent son trajet, à l'innervation de la pupille. – Le nerf moteur oculaire extern […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Antoine BERNARD, Guy OFFRET, « ŒIL HUMAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oeil-humain/