OEDÈME

CHARBON MALADIE DU

  • Écrit par 
  • Agnès FOUET, 
  • Michèle MOCK
  •  • 1 931 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les toxines »  : […] Les toxines représentent l'arme « spécifique » de B. anthracis , responsable des deux caractéristiques de la maladie : l'œdème et la mort. Trois protéines, sécrétées par la bactérie, donnent par combinaison binaire deux toxines, l'une œdématogène et l'autre létale (cf. figure) . Les trois gènes sont portés par le plasmide pXO1. L'antigène protecteur (PA) est le composant comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-du-charbon/#i_11729

COMA

  • Écrit par 
  • Marie-Elisabeth FAYMONVILLE, 
  • Geneviève LABORIT, 
  • Henri LABORIT, 
  • Steven LAUREYS, 
  • Pierre MAQUET
  •  • 3 189 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiopathogénie et traitement »  : […] Quelle que soit l'étiologie, il existe une perturbation métabolique des neurones dont on connaît la dépendance étroite à l'égard des processus oxydatifs, lesquels peuvent être perturbés soit par l'action directe d'un toxique endogène ou exogène, soit par l'anoxie, le plus souvent provoquée par l'œdème cérébral. Celui-ci, que l'on doit distinguer de la turgescence d'origine purement vaso-motrice, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coma/#i_11729

CONJONCTIF TISSU

  • Écrit par 
  • Albert POLICARD
  •  • 3 015 mots

Dans le chapitre « Anatomie pathologique »  : […] On peut schématiquement considérer trois types fondamentaux d'altération du tissu conjonctif : des infiltrations, des dégénérescences structurales ou biochimiques des éléments normaux, des nécroses massives d'un territoire conjonctif. En pratique, les altérations conjonctives habituellement les plus observées sont les suivantes : – Les infiltrations peuvent être le fait de diverses substances. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissu-conjonctif/#i_11729

DÉNUTRITION

  • Écrit par 
  • Jean TRÉMOLIÈRES
  •  • 3 900 mots

Dans le chapitre « Signes physiques »  : […] L' œdème est rare et très labile chez l'adulte. La langue du patient reflète bien en général ce qui se passe au niveau des muqueuses digestives. Typiquement, elle est dépapillée et lisse. Les papilles repoussent vite lorsque le sujet se renourrit. Au stade le plus grave, la muqueuse est fine et se crevasse. La peau est fine, sèche, squameuse. Les anomalies de la pigmentation sont en général très f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denutrition/#i_11729

DIURÈSE

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 3 238 mots
  •  • 3 médias

Les diurétiques sont les substances qui permettent d'augmenter le débit urinaire. On reconnaît deux causes essentielles aux variations de la diurèse, toutes deux liées au maintien de la composition chimique du milieu intérieur, donc de l'homéostasie. La réabsorption de l'eau, qui dépend surtout de l'action de l'hormone antidiurétique posthypophysaire, permet le contrôle de la masse sanguine et, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diurese/#i_11729

ÉRYTHRODERMIES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 354 mots

Lésions érythématosquameuses caractérisées par leur étendue et par leur durée. Parmi les érythrodermies, on distingue par leur aspect : l'érythrodermie pityriasiforme de Hebra-Jadassohn, à desquamation fine ; le type Wilson-Brocq, desquamant par larges lambeaux ; les érythrodermies œdématovésiculeuses, où à la rougeur et à la desquamation s'associe une infiltration œdémateuse susceptible de provoq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erythrodermies/#i_11729

INFLAMMATION ou RÉACTION INFLAMMATOIRE

  • Écrit par 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 3 486 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phénomènes vasculaires »  : […] La réponse vasculaire est complexe, comportant une vasoconstriction toute initiale très brève de nature réflexe, suivie d'une vasodilatation durable avec ralentissement du courant sanguin et augmentation de la perméabilité vasculaire, fuite de liquide plasmatique dans la matrice interstitielle et œdème. Ces phénomènes vasculaires sont sous la dépendance de médiateurs qui agissent séquentiellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inflammation/#i_11729

LARYNX, pathologie

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  •  • 1 981 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les laryngites »  : […] Les laryngites aiguës sont banales, elles peuvent être dues aux virus (grippe) ou aux microbes, comme la classique laryngite diphtérique ( croup). Elles se manifestent par un enrouement et une douleur à la déglutition. L'image laryngoscopique montre un larynx rouge dans son ensemble, spécialement au niveau des cordes vocales qui peuvent être plus ou moins infiltrées. Le rep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/larynx-pathologie/#i_11729

RÉACTION INFLAMMATOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc CAVAILLON
  •  • 4 576 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Médiateurs et effecteurs de la réaction inflammatoire  »  : […] Comment les cellules concernées agissent-elles sur les tissus endommagés et les microbes ? On distingue la production de médiateurs qui agissent à distance, et les effecteurs qui agissent localement sur les tissus lésés. Les cytokines sont des médiateurs protéiques solubles permettant le dialogue entre les cellules. Le tumor necrosis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-inflammatoire/#i_11729

REIN

  • Écrit par 
  • Paul JUNGERS
  •  • 15 497 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le syndrome néphrotique »  : […] Le syndrome néphrotique se définit par la conjonction de quatre éléments : une protéinurie abondante, supérieure à 3g/24 h ; une baisse du taux des protéines du plasma sanguin, affectant électivement l'albumine, dont le taux s'abaisse au-dessous de 30 g/l ; une élévation du taux des graisses plasmatiques, et notamment du cholestérol ; enfin, une tendance aux œdèmes. L'œdème n'est pas absolument c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rein/#i_11729

SCLÉRODERMIE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 1 035 mots

Sous le nom de sclérodermie on groupe des faits disparates jusqu'ici uniquement définissables en termes anatomo-cliniques : un épaississement particulier de la peau évoluant dans la plupart des cas vers l'atrophie. Cette lésion, circonscrite et localisée, caractérise une maladie purement dermatologique. Dans d'autres cas, les atteintes sont diffuses et peuvent s'accompagner de déterminations viscé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sclerodermie/#i_11729

VAISSEAUX SANGUINS ET LYMPHATIQUES

  • Écrit par 
  • Claude ELBAZ, 
  • Didier REINHAREZ
  •  • 14 781 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Lymphœdèmes du membre inférieur »  : […] Cliniquement, les lymphœdèmes du membre inférieur réalisent l'aspect classique d'une « grosse jambe » avec œdème ferme, envahissant la totalité ou l'extrémité du membre, peu influencé par le repos et la surélévation, et surtout non accompagné de dilatations veineuses. C'est la lymphographie qui a permis de distinguer les lymphœdèmes secondaires et les lymphœdèmes primitifs. Les premiers sont seco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaisseaux-sanguins-et-lymphatiques/#i_11729