ODONTOSTOMATOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Canine humaine

Canine humaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Caries

Caries
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Massif facial

Massif facial
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Divisions palatines

Divisions palatines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Chirurgie maxillo-faciale

La chirurgie maxillo-faciale constitue, au sein de la stomatologie, une spécialité assez particulière, puisque pour l'exercer il importe d'avoir à la fois : une formation chirurgicale générale, car les interventions ont lieu dans une région riche en vaisseaux (carotide et ses branches), en nerfs (nerfs crâniens) et en organes fonctionnels importants (langue, axe aéro-digestif, globes oculaires, etc.) ; une formation odontologique, car nombre d'interventions sont dues à des affections d'origine dentaire, et, en outre, la denture est un point d'appui très utile dans la restauration chirurgicale de certains éléments de la face.

On peut admettre, schématiquement, que la chirurgie maxillo-faciale se divise en trois grandes branches : la traumatologie, la chirurgie d'exérèse, la chirurgie correctrice des malformations, enfin, une chirurgie orthopédique afin de pouvoir reconstituer le squelette facial osseux en cas de fracture.

Traumatologie

Autrefois, la traumatologie faciale était essentiellement constituée par le traitement des blessures de guerre. Depuis quelques années, du fait de l'accroissement considérable des transports mécaniques et de l'augmentation régulière des accidents de la circulation, cette chirurgie a pris un essor important et s'est beaucoup perfectionnée.

Considérée sous l'angle de la traumatologie, la tête peut être divisée en trois étages : supérieur ou crânien, moyen ou facial, inférieur ou mandibulaire. L'étage supérieur comprend l'encéphale (cerveau, bulbe rachidien, cervelet, origine des nerfs crâniens), et les traumatismes qui intéressent cette région relèvent de la neurochirurgie. Seuls les deux étages moyen et inférieur sont du domaine de la chirurgie maxillo-faciale proprement dite, mais les traumatismes graves intéressent très souvent plusieurs étages et la collaboration est fréquente entre le neuro-chirurgien et le chirurgien maxillo-facial.

Fractures de l'étage facial

L'orientation et le siège des traits de fracture sont, dans une certaine mesure, déterminés par l'architecture osseuse de la face. Cette région du squele [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire de clinique stomatologique et de chirurgie maxillo-faciale à la faculté de médecine de Paris, membre de l'Académie nationale de médecine
  • : professeur au Collège de médecine, chef de service à l'hôpital de la Salpêtrière, Paris
  • : professeur de prothèse à l'U.E.R. de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, hôpital de la Pitié-Salpêtrière
  • : praticien hospitalier, professeur des Universités
  • : chef de clinique assistant à l'hôpital Saint-Antoine

Classification


Autres références

«  ODONTOSTOMATOLOGIE  » est également traité dans :

GINGIVITE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 190 mots

Affection touchant la muqueuse des gencives, la gingivite, d'étiologie extrêmement variée, traduit des états pathologiques souvent profonds. L'examen de la muqueuse buccale est donc un temps essentiel de l'examen clinique. En dehors des causes infectieuses locales, certaines gingivites sont dues à des anomalies dentaires diverses et entrent ainsi dans le cadre des parodontopathies, dont elles sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gingivite/#i_89284

TÊTE ET COU

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 13 400 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Cavité buccale, langue et glandes salivaires »  : […] Quelques exemples illustreront certains aspects de la pathologie de la cavité buccale, de la langue et des glandes salivaires. Les fractures du corps de la mandibule doivent être réduites, pour rétablir l'articulé dentaire. La luxation de la mâchoire entraîne une sanction identique. Les lésions dentaires doivent être traitées sans négligence : un simple granulome, lésion infectée de la racine d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tete-et-cou/#i_89284

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DECHAUME, Michel BENOIST, Jacques ROUOT, Bernard MEYER, Frédéric CHABOLLE, « ODONTOSTOMATOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/odontostomatologie/