ODONTOSTOMATOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Odontologie restauratrice

Carie et traumatisme, lorsqu'ils surviennent, engendrent un processus de destruction qui est irréversible si l'on n'arrête l'évolution en éliminant les structures altérées et en les remplaçant par des restaurations. En l'absence de traitement, le processus pathologique progresse et, conjugué à la parodontose, il aura pour aboutissement l'extraction d'une, de plusieurs et finalement de toutes les dents.

Les restaurations thérapeutiques sont très variables suivant les structures à remplacer. Il pourra s'agir soit d'une simple « obturation », soit d'une restauration plus importante intéressant toute la couronne de la dent. Lorsqu'un ou plusieurs organes dentaires sont absents, les conséquences de l'édentation varient selon la nature et le nombre des dents manquantes. L'extraction d'une seule dent entraîne une « version » des dents voisines et une égression des dents antagonistes ; de ce fait, les espaces gingivo-dentaires se trouvent agrandis et deviennent des endroits de prédilection facilitant le dépôt de tartre et la rétention alimentaire ; par voie de conséquence, des poches parodontales et des caries peuvent apparaître. Si les extractions sont multiples, les troubles s'en trouvent aggravés : il s'y associe des troubles qui, en modifiant l'occlusion physiologique des dents et l'équilibre neuro-musculaire de la face, risquent d'entraîner des troubles de l'articulation temporo-maxillaire ; de plus, les fonctions auxquelles participe l'ensemble des dents (la denture) s'en trouvent altérées : il s'agit de la mastication, de la phonation, de l'aspect physionomique et de leur retentissement sur l'équilibre psychologique du patient.

Tout fragment d'édentation doit donc entraîner une thérapeutique prothétique qui, suivant le cas, fera appel à la prothèse conjointe ou fixe pour la réalisation de bridges, ou à la prothèse adjointe ou mobile.

Dentisterie restauratrice et prothèse conjointe unitaire

Si la couronne de la dent présente des qualités de résistance suffisantes, une obturation peut suffire. Ce type de restauration relève de ce qu'on a coutume [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Canine humaine

Canine humaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Caries

Caries
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Massif facial

Massif facial
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Divisions palatines

Divisions palatines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur au Collège de médecine, chef de service à l'hôpital de la Salpêtrière, Paris
  • : chef de clinique assistant à l'hôpital Saint-Antoine
  • : professeur honoraire de clinique stomatologique et de chirurgie maxillo-faciale à la faculté de médecine de Paris, membre de l'Académie nationale de médecine
  • : praticien hospitalier, professeur des Universités
  • : professeur de prothèse à l'U.E.R. de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Classification

Autres références

«  ODONTOSTOMATOLOGIE  » est également traité dans :

GINGIVITE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 190 mots

Affection touchant la muqueuse des gencives, la gingivite, d'étiologie extrêmement variée, traduit des états pathologiques souvent profonds. L'examen de la muqueuse buccale est donc un temps essentiel de l'examen clinique. En dehors des causes infectieuses locales, certaines gingivites sont dues à des anomalies dentaires diverses et entrent ainsi dans le cadre des parodontopathies, dont elles sont […] Lire la suite

TÊTE ET COU

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 13 400 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Cavité buccale, langue et glandes salivaires »  : […] Quelques exemples illustreront certains aspects de la pathologie de la cavité buccale, de la langue et des glandes salivaires. Les fractures du corps de la mandibule doivent être réduites, pour rétablir l'articulé dentaire. La luxation de la mâchoire entraîne une sanction identique. Les lésions dentaires doivent être traitées sans négligence : un simple granulome, lésion infectée de la racine d'u […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel BENOIST, Frédéric CHABOLLE, Michel DECHAUME, Bernard MEYER, Jacques ROUOT, « ODONTOSTOMATOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/odontostomatologie/