OCÉAN ET MERS (Vie marine)Vie benthique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Collecte de la nourriture

Ses modalités sont infiniment variées chez les animaux benthiques. On peut distinguer sommairement deux grandes catégories, les macrophages et les microphages, suivant que la taille des proies est relativement importante par rapport à celle de l'espèce considérée, ou qu'il s'agit au contraire de proies microscopiques.

Macrophages

Les macrophages se rencontrent surtout parmi les espèces relativement mobiles : poissons, grands crustacés décapodes, mollusques céphalopodes, qui chassent, ou guettent à l'affût, des proies très diverses. Les poissons benthiques se nourrissent le plus souvent de mollusques (surtout bivalves), d'annélides polychètes et de crustacés ; les crustacés décapodes macrophages mangent plutôt des vers ou d'autres crustacés, et parfois aussi des éponges ou des échinodermes ; les céphalopodes (poulpes, seiches) se nourrissent surtout de crustacés décapodes. La macrophagie se rencontre parfois chez des espèces sédentaires ou même fixées : par exemple, beaucoup d'actinies happent au passage le crustacé ou le poisson imprudent qui est venu nager trop près de leur bouquet de tentacules garnis de cellules urticantes dont le venin paralyse la proie. De nombreux gastéropodes (pourpres, Murex) perforent, afin de les dévorer, la coquille d'autres mollusques. La plupart des cônes, gros gastéropodes tropicaux dont la belle coquille est très recherchée des collectionneurs, arrivent à paralyser et à ingérer entiers de gros vers et mollusques, et même des poissons. La prédation aux dépens d'animaux relativement volumineux existe enfin, parmi les invertébrés sédentaires, chez bon nombre d'étoiles de mer : ainsi les grosses Asterias à surface verruqueuse, communes sur nos côtes, se nourrissent de bivalves dont elles entrebâillent légèrement la coquille avec leurs bras, afin d'y introduire leur estomac ; projeté à l'extérieur, celui-ci digère littéralement la victime au sein même de sa coquille. Certains de ces macrophages carnivores, lorsque les proies vivant [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de la Méditerranée, Marseille
  • : membre de l'Institut de France, commandeur de la Légion d'honneur, professeur émérite de l'université de la méditerranée Aix-Marseille-II

Classification

Autres références

«  OCÉANS ET MERS  » est également traité dans :

OCÉAN ET MERS (Eaux marines) - Propriétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 3 033 mots
  •  • 4 médias

La planète Terre est assez mal nommée, puisqu'elle est couverte, pour 71 p. 100 environ, par l'océan mondial, dont la surface est de l'ordre de 361 millions de kilomètres carrés, pour un volume qui a été évalué à 1 370 × 106 kilomètres cubes. La profondeur moyenne par rapport au niveau marin dépasse 3 800 mètres, alors que l'altitude moyenne des terres émergées est à peine d […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Eaux marines) - Mouvements

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 3 601 mots
  •  • 9 médias

Les eaux des océans et des mers sont animées de mouvements très divers qui ont d'importantes répercussions non seulement sur la biologie et la distribution de nombreux organismes mais encore sur les activités humaines.On distingue généralement des mouvements oscillatoires et non oscillatoires. Les premiers sont représentés, d'une part par des ondes de période longue (12 h, 24 h, ...), les […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Topographie des fonds sous-marins

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 343 mots
  •  • 5 médias

Lamorphologie de la partie du globe couverte par les océans et les mers n'est pas moins diverse que celle des terres émergées. Très schématiquement, on peut distinguer quatre domaines essentiels : le précontinent, les plaines abyssales, les dorsales océaniques, les grandes fosses (fig. 1). Lorsqu'on part de la ligne de rivage et qu'on se dirige v […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Étude des fonds sous-marins

  • Écrit par 
  • Gérard GRAU, 
  • Lucien MONTADERT, 
  • Claude SALLÉ
  •  • 4 245 mots
  •  • 6 médias

La description du monde minéral et la reconstitution historique des phénomènes géologiques restèrent longtemps essentiellement limitées aux continents. C'est seulement depuis le milieu du xxe siècle que l'étude géologique des régions immergées, qui occupent 72 p. 100 de la surface du globe, a connu un développement vraiment spectaculaire. Certes, le […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - L'écosystème marin

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 1 820 mots
  •  • 3 médias

L'océan mondial constitue le plus vaste écosystème de la planète, tant par sa surface (plus de 71 p. 100 de la surface du globe) que par sa profondeur (3 800 m. en moyenne, avec un maximum de quelque 11 000 m) et, par conséquent, son volume (1 370 × 106 km3, plus de 97 p. 100 de l'eau libre de la planète). Les caractéristiques physiques de l'eau permet […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 8 médias

Le domaine pélagique est représenté par l'ensemble des eaux de l'océan mondial ; les êtres vivants qui peuplent ce domaine constituent le pelagos. Le degré de liberté de ces êtres vivants par rapport aux mouvements des masses d'eau au sein desquelles ils vivent conduit à subdiviser le pelagos en deux grands ensembles : le plancton et le necton. L e plancton est constitué par les êtres végétaux ou […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie dans les grandes profondeurs

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Les profondeurs océaniques débutent au-delà de la couche oligophotique, où la vie des végétaux planctoniques photosynthétiques reste encore possible, bien que leur bilan métabolique soit négatif. Cela correspond au début du talus du plateau continental, vers 200 mètres de profondeur. Dans le domaine pélagique, l'ampleur des migrations verticales de nombreuses espèces zooplanctoniques pourrait même […] Lire la suite

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Les accumulations marines résultent soit de la sédimentation, soit de la construction biologique (cf.  récifs ). La sédimentation est l'abandon de matériaux meubles en cours de transport. L'agent de transport, s'il s’exerce de manière temporaire, donne lieu à des accumulations instables , qui ne sont qu'une étape dans un déplacement appelé à reprendre des accumulations stables , dont normalement […] Lire la suite

ACIDIFICATION DES OCÉANS

  • Écrit par 
  • Paul TRÉGUER
  •  • 2 203 mots
  •  • 5 médias

Par sa capacité à dissoudre les gaz atmosphériques responsables de l'effet de serre, l'océan joue un rôle essentiel dans la régulation du climat. Toutefois, l'absorption de l'excès de dioxyde de carbone (CO 2 ) rejeté par les activités humaines (anthropiques) depuis 1850 perturbe la chimie de l'océan mondial. Elle se traduit par une diminution sensible du pH (potentiel hydrogène) de l'eau, c'est- […] Lire la suite

ADRIATIQUE MER

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 690 mots

La mer Adriatique est un bras de la mer Méditerranée situé entre les péninsules italienne et balkanique. À son extrémité sud-est, le canal d'Otrante la relie à la mer Ionienne. Elle mesure environ 800 kilomètres de longueur, avec une largeur moyenne de 160 kilomètres, une profondeur maximale de 1 324 mètres et une surface de 131 050 kilomètres carrés. L'Adriatique a joué un grand rôle dans le dév […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien LAUBIER, Jean-Marie PÉRÈS, « OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-benthique/