OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine)Topographie des fonds sous-marins

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grands domaines morphostructuraux

Lorsqu'on part de la ligne de rivage et qu'on se dirige vers le large, on trouve d'abord une plate-forme immergée, appelée plateau continental, plus ou moins étendue et descendant en pente assez douce jusqu'à une profondeur qui est généralement de l'ordre de 130 à 150 mètres. Le talus (ou escarpement) continental, qui lui fait suite, montre une pente plus forte (on l'appelle aussi « pente continentale »), de l'ordre de 3 à 60 en moyenne mais pouvant atteindre 450, et descend jusque vers 2 500 à 3 000 mètres ; il est fréquemment entaillé par des canyons sous-marins dont les parois latérales ont une inclinaison souvent très forte. L'ensemble du plateau et du talus constitue ce qu'on appelle le précontinent.

La majeure partie des bassins océaniques est occupée par la plaine abyssale, dont la profondeur s'étage approximativement entre 3 000 mètres et de 6 000 à 6 500 mètres, mais sur des distances horizontales si grandes que la pente moyenne n'est jamais supérieure à 1/1 000 et n'atteint parfois même pas 1/10 000. La monotonie de cette plaine abyssale est coupée par les dorsales océaniques, d'une part, par les grandes fosses, d'autre part.

Profil schématique

Dessin : Profil schématique

Dessin

Profil schématique d'une plaine abyssale et de ses abords 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Golfe de Gascogne : coupe synthétique

Dessin : Golfe de Gascogne : coupe synthétique

Dessin

Essai de coupe synthétique de la plaine abyssale du golfe de Gascogne. Cette coupe, fortement simplifiée, est à peu près dans le sens est-ouest au voisinage de 45o 20′N. Au-delà de la rampe continentale qui forme le bas de l'escarpement, la plaine abyssale est accidentée de deux... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les dorsales océaniques (dites aussi « médio-océaniques ») constituent un immense système de montagnes courant au fond des océans sur plus de 35 000 milles (65 000 km) de long. La largeur moyenne de cette chaîne est de l'ordre de 800 milles (près de 1 500 km) et son altitude au-dessus de la plaine abyssale est de l'ordre de 1 000 à 3 000 mètres en moyenne. Cette chaîne de montagnes sous-marines, dont les flancs sont relativement escarpés, montre une remarquable fissure axiale (rift valley) dont la profondeur peut atteindre de 1 500 à 1 800 mètres, avec une largeur qui varie de 15 à 30 milles, et également de nombreuses fractures transversales – les failles transformantes. Au niveau du rift, le magma en fusion du manteau terrestre, de nature basaltique, tend à s'épancher de part et d'autre, créant ainsi une nouvelle croûte ; cet étalement, ou « expansion des fonds », à partir du fossé axial des dorsale [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Fonds sous-marins

Fonds sous-marins
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Profil schématique

Profil schématique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Golfe de Gascogne : coupe synthétique

Golfe de Gascogne : coupe synthétique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pacifique du Nord-Est

Pacifique du Nord-Est
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut de France, commandeur de la Légion d'honneur, professeur émérite de l'université de la méditerranée Aix-Marseille-II
  • : professeur à l'université de Bretagne-Occidentale, Brest

Classification

Autres références

«  OCÉANS ET MERS  » est également traité dans :

OCÉAN ET MERS (Eaux marines) - Propriétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 3 033 mots
  •  • 4 médias

La planète Terre est assez mal nommée, puisqu'elle est couverte, pour 71 p. 100 environ, par l'océan mondial, dont la surface est de l'ordre de 361 millions de kilomètres carrés, pour un volume qui a été évalué à 1 370 × 106 kilomètres cubes. La profondeur moyenne par rapport au niveau marin dépasse 3 800 mètres, alors que l'altitude moyenne des terres émergées est à peine d […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Eaux marines) - Mouvements

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 3 601 mots
  •  • 9 médias

Les eaux des océans et des mers sont animées de mouvements très divers qui ont d'importantes répercussions non seulement sur la biologie et la distribution de nombreux organismes mais encore sur les activités humaines.On distingue généralement des mouvements oscillatoires et non oscillatoires. Les premiers sont représentés, d'une part par des ondes de période longue (12 h, 24 h, ...), les […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Étude des fonds sous-marins

  • Écrit par 
  • Gérard GRAU, 
  • Lucien MONTADERT, 
  • Claude SALLÉ
  •  • 4 245 mots
  •  • 6 médias

La description du monde minéral et la reconstitution historique des phénomènes géologiques restèrent longtemps essentiellement limitées aux continents. C'est seulement depuis le milieu du xxe siècle que l'étude géologique des régions immergées, qui occupent 72 p. 100 de la surface du globe, a connu un développement vraiment spectaculaire. Certes, le […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - L'écosystème marin

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 1 820 mots
  •  • 3 médias

L'océan mondial constitue le plus vaste écosystème de la planète, tant par sa surface (plus de 71 p. 100 de la surface du globe) que par sa profondeur (3 800 m. en moyenne, avec un maximum de quelque 11 000 m) et, par conséquent, son volume (1 370 × 106 km3, plus de 97 p. 100 de l'eau libre de la planète). Les caractéristiques physiques de l'eau permet […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 8 médias

Le domaine pélagique est représenté par l'ensemble des eaux de l'océan mondial ; les êtres vivants qui peuplent ce domaine constituent le pelagos. Le degré de liberté de ces êtres vivants par rapport aux mouvements des masses d'eau au sein desquelles ils vivent conduit à subdiviser le pelagos en deux grands ensembles : le plancton et le necton. L e plancton est constitué par les êtres végétaux ou […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 5 290 mots
  •  • 1 média

Les fonds marins, depuis la ligne de rivage jusqu'aux plus grandes profondeurs de l'Océan, constituent le domaine benthique, par opposition au domaine pélagique, représenté par l'ensemble des eaux qui surmontent les fonds. Les organismes, végétaux ou animaux, qui vivent sur le substrat ou dans le substrat, ainsi que ceux qui nagent dans son voisinage immédiat, forment le […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie dans les grandes profondeurs

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Les profondeurs océaniques débutent au-delà de la couche oligophotique, où la vie des végétaux planctoniques photosynthétiques reste encore possible, bien que leur bilan métabolique soit négatif. Cela correspond au début du talus du plateau continental, vers 200 mètres de profondeur. Dans le domaine pélagique, l'ampleur des migrations verticales de nombreuses espèces zooplanctoniques pourrait même […] Lire la suite

OCÉANOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Patrick GEISTDOERFER
  •  • 10 067 mots
  •  • 11 médias

Pendant des siècles, les hommes n’ont eu qu’une connaissance de la mer limitée à ses faibles profondeurs, ses eaux superficielles, suffisante pour la navigation et la pêche. L’étude vraiment scientifique de l’océan, l’océanographie, cherchant à comprendre ce qui se passe sous la surface, rendue possible grâce aux progrès de la navigation, n’a réellement commencé qu’à la fin du xix e  siècle . Jusq […] Lire la suite

MODÉLISATION ET PRÉVISION OCÉANOGRAPHIQUES

  • Écrit par 
  • Pascale DELECLUSE, 
  • Claire LÉVY
  •  • 7 846 mots
  •  • 9 médias

Les océans couvrent environ 361 millions de kilomètres carrés, soit 70,8 p. 100 de la surface du globe, avec une profondeur moyenne de 3 700 mètres. Ils sont une composante majeure de notre planète et de son histoire. La vie sur Terre est issue de ce milieu. L’océan a d’abord été connu par des mesures locales, puis les satellites ont permis une vision d’ensemble de sa surface, et enfin les instrum […] Lire la suite

SÉDIMENTOLOGIE

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN, 
  • Jean-Pierre PINOT, 
  • André VATAN
  •  • 11 881 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Sédimentation marine »  : […] Les océans sont les principales régions de sédimentation actuelle ; si les variations rapides de milieu qui caractérisent l'ère quaternaire introduisent dans la disposition actuelle des sédiments une variété qui avait été inconnue au cours de la plupart des périodes antérieures, les sédiments marins n'en sont pas moins beaucoup plus monotones que les sédiments continentaux, et de vastes aires prés […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie PÉRÈS, Jean-Pierre PINOT, « OCÉAN ET MERS (Géologie sous-marine) - Topographie des fonds sous-marins », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-geologie-sous-marine-topographie-des-fonds-sous-marins/