OCCUPATION (France)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Occupation et collaborations

La France occupée est sous l'administration militaire du Militärbefehlshaber in Frankreich (M.B.F.). Dépendant de l'état-major de la Wehrmacht (O.K.W.), il contrôle le réseau des Feldkommandanturen, soit 24 000 à 30 000 hommes, en plus des troupes d'opération dont les effectifs fluctuent, selon les périodes, entre 100 000 hommes au début de l'occupation à peut-être un million en 1944. Le M.B.F. doit composer avec d'autres services, qui reflètent la polycratie nazie et ses rivalités. La commission d'armistice de Wiesbaden, sa branche économique et ses bureaux d'achats partagent le contrôle des ressources françaises avec de multiples organismes, dont l'organisation Todt (qui dépend du ministère de l'Armement), et, de plus en plus, l'administration de Fritz Sauckel, chargée du recrutement de travailleurs pour l'Allemagne. Le pillage des œuvres d'art relève d'Hermann Goering, la pénétration des industries culturelles (notamment le cinéma) de Joseph Goebbels dont les services (la Propaganda Staffel) cherchent à étouffer la culture française (plus de deux mille livres interdits), alors que l'ambassadeur, Otto Abetz, ancien président du Comité France-Allemagne, fort de ses liens avec les intellectuels, veut la mettre au service de la collaboration. Abetz, sur lequel Laval s'appuie, reste très influent jusqu'au printemps de 1942. On assiste alors à la montée en puissance de la SS et de son bras policier, la Sipo-SD (Sicherheitspolizei-Sicherheitsdienst ou police de sécurité), dont l'un des services, la Gestapo (le service IV), devient, pour les Français, le synonyme de « la » répression allemande. Le M.B.F. s'est d'abord engagé dans des exécutions massives d'otages, surtout communistes, à l'automne de 1941 (98 fusillés en octobre, dont 27 à Châteaubriant, après les attentats de Bordeaux et Nantes), avant de leur préférer d'autres formes de répression. Mais, en dépit de la sévérité de ses tribunaux et bien que les déportations aient commencé pour les opposants à l'occupation nazie et les ennemis du Reich (décret « Nuit et brouillard », 7 décembre 1941), il est trouvé trop peu efficace par Hitler. La SS joue dès lors un rôle déterminant dans la lutte contre la Résistance, comme dans la mise en place de la « solution finale ». À la suite de la conférence de Wannsee (20 janvier 1942), les déportations ont été étendues aux internés juifs (un millier de départs en mars et juin 1942), mais elles prennent une autre portée avec la signature des accords du 2 juillet entre Karl Oberg, chef de la SS en France, et René Bousquet, secrétaire général au maintien de l'ordre, représentant Laval, qui permettent la rafle de trente mille juifs étrangers par la police française, le 16 juillet, à Paris (« rafle du Vél' d'Hiv' ») et la « livraison » de ceux de zone Sud en août.

Chaque service allemand possède sa clientèle collaborationniste. Celle-ci est composée de « révolutionnaires » d'extrême droite, que l'on trouve dans des groupuscules comme le Parti franciste de Marcel Bucard ou au Parti populaire français (P.P.F.), ou de militants issus de la gauche pacifiste ou fascinés par le « socialisme » nazi, comme Marcel Déat ou l'équipe du journal La France socialiste. Tous militent pour l'alignement, idéologique et militaire, sur le vainqueur afin de régénérer le pays. Ce collaborationnisme, dont les bases sont en région parisienne, est utilisé par les Allemands pour étendre leur influence et pour peser sur Vichy. Il conduit quelques jeunes hommes à l'engagement militaire, d'abord dans la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (la L.V.F. n'alignera jamais plus de 3 500 hommes), créée en juillet 1941, puis dans la Waffen SS en 1943. Il fournit aux polices allemandes une partie de leurs agents et de leurs indicateurs. Il règne sur la propagande grâce à Radio-Paris et aux journaux autorisés, dont l'hebdomadaire Je suis partout, recréé par Brasillach en février 1941, est le plus notoire. Il régente la culture. Il contrôle la vie politique à travers des partis dont le principal [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Paris occupé

Paris occupé
Crédits : Henry Guttmann/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Appel à la résistance, juin 1940

Appel à la résistance, juin 1940
Crédits : D.R.

photographie

Le Comité national français à Londres, 1941

Le Comité national français à Londres, 1941
Crédits : Hulton Getty

photographie

La voix de la France

La voix de la France
Crédits : Haywood Magee/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  OCCUPATION, France  » est également traité dans :

OCCUPATION (FRANCE) - Mémoires et débats

  • Écrit par 
  • Laurent DOUZOU
  •  • 3 876 mots
  •  • 3 médias

C'est un fait, quelque soixante-dix ans après la Libération, l'histoire de la période de l'Occupation en France a été surabondamment évoquée, étudiée, scrutée sous tous ses aspects. Des ouvrages scientifiques aux souvenirs des acteurs, sans oublier les livres de vulgarisation et les romans (de Joseph Kessel à Patrick Modiano, en passant par Roger Vailland, François Maspero et les pages posthumes d […] Lire la suite

OCCUPATION ALLEMANDE

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 739 mots
  •  • 4 médias

Les Allemands qui occupèrent les trois quarts de l'Europe, avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, se comportèrent de manière très différente selon les cas. C'est ainsi que l'Autriche, les Sudètes, certaines parties de la Pologne, les […] Lire la suite

ABETZ OTTO (1903-1958)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 330 mots

Important dignitaire nazi, artisan dès avant 1933 d'une réconciliation franco-allemande en particulier avec Jean Luchaire et Fernand de Brinon, Otto Abetz eut pour rôle essentiel d'occuper, de 1940 à 1944, le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Paris. Sa mission avait un double caractère qui dépassait largement celle d'un agent diplomatique ordinaire. D'une part il coordonnait les services civils da […] Lire la suite

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 049 mots
  •  • 1 média

En février 1944, une gigantesque affiche fut placardée dans les principales villes de France par les services de la propagande allemande. Sur un fond rouge se détachaient en médaillon les visages de dix hommes aux traits tirés, avec une barbe de plusieurs jours. En haut de l'affiche, on pouvait lire, en larges lettres : « Des libérateurs ? » La réponse était au bas de l'affiche : « La libération p […] Lire la suite

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La France occupée »  : […] Le 22 juin 1940, la convention d'armistice ratifiait la victoire de l'Allemagne nazie. Le 9 juillet 1940, le ministère de la Propagande du III e  Reich donnait au vaincu un avant-goût du sort qu'il lui réservait : la France ne serait pas considérée comme une « alliée » mais jouerait en Europe le rôle d'une « Suisse agrandie », réserve agricole et touristique pouvant éventuellement assurer certaine […] Lire la suite

BOUSQUET RENÉ (1909-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 100 mots

Né le 11 mai 1909 à Montauban (Tarn-et-Garonne), fils de notaire et docteur en droit de la faculté de Toulouse, René Bousquet était devenu, à vingt ans, chef de cabinet du préfet du Tarn-et-Garonne. Rendu célèbre, dès mars 1930, par le sauvetage de plusieurs personnes qu'emportait une inondation et fait chevalier de la Légion d'honneur à titre exceptionnel, il fut détaché à la présidence du Consei […] Lire la suite

CHOLTITZ DIETRICH VON (1894-1966)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 212 mots
  •  • 2 médias

Né à Schloss Wiese en Silésie, Dietrich von Choltitz sert comme officier dans l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale. Au cours de la seconde, il se révèle excellent chef de corps, parfaitement discipliné et sans pitié. Il participe aux campagnes de Pologne et de France et est remarqué par Hitler lors de la prise d'Amsterdam. C'est à von Choltitz qu'est confié l'écrasement de la vil […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La France, de la poésie à la littérature »  : […] Sous l' Occupation, le cinéma français devient inévitablement un cinéma d'« évasion ». Les Allemands ont offert leurs capitaux pour maintenir une production française. Mais, pour la contrôler, ils ont créé aussi le Centre national du cinéma qui a survécu à l'Occupation, à la Libération, et par lequel le gouvernement continue à surveiller le cinéma français. Pourtant, malgré de grandes difficultés, […] Lire la suite

CRÉMIEUX-BRILHAC JEAN-LOUIS (1917-2015)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 050 mots
  •  • 1 média

Homme de devoir, homme de savoir, homme de mémoire : cette triple qualification fut énoncée par le président de la République François Hollande, dans la cour d'honneur des Invalides, le 15 avril 2015, pour dire les mérites éminents de Jean-Louis Crémieux-Brilhac , ancien conseiller d'État en service extraordinaire. Le jeune officier évadé d'Allemagne, secrétaire du comité de propagande de la Franc […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 février 2021 France. Reconfinement partiel dans les Alpes-Maritimes et à Dunkerque.

Le 4, le gouvernement annonce le reconfinement à compter du lendemain de Mayotte, où le taux maximal d’occupation des lits de réanimation est dépassé. Des malades seront évacués vers La Réunion et la métropole. Le 6, des chercheurs français publient dans le European Journal of Epidemiology une étude qui avance, avec un haut niveau de preuve, que le SARS-CoV-2 était déjà présent en France en novembre 2019, soit un mois avant son signalement à Wuhan, en Chine. […] Lire la suite

6-21 décembre 2017 États-Unis – Israël. Reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Le 8, le Conseil de sécurité, réuni en urgence à la demande de huit de ses membres dont la France et le Royaume-Uni, dénonce la décision américaine. Le 9, la Ligue arabe fait de même, sans toutefois adopter de mesures concrètes. Le 13, Tsahal frappe une position du Hamas dans la bande de Gaza après le tir d’une première roquette vers Israël. Le 18, au Conseil de sécurité, les États-Unis mettent leur veto à un projet de résolution égyptien, adopté par les quatorze autres membres, qui dénonce l’occupation illégale par Israël de la partie orientale de Jérusalem et rappelle que le statut de la Ville sainte doit faire l’objet de négociations entre Israéliens et Palestiniens. […] Lire la suite

8 août 2017 France. Condamnation en appel de Cédric Herrou.

Il doit également verser 1 000 euros à la SNCF à titre de dommages et intérêts pour l’occupation illicite d’un bâtiment vacant. Cédric Herrou a été de nouveau mis en examen en juillet pour le même motif. […] Lire la suite

26 juin 2016 France. Consultation locale sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Les habitants de Loire-Atlantique se prononcent à 55,2 p. 100 en faveur du transfert de l’aéroport de Nantes sur la commune de Notre-Dame-des-Landes, à quinze kilomètres plus au nord. Le taux de participation est de 51,1 p. 100. Décrétée par le gouvernement en avril, cette consultation locale visait à mettre un terme à la contestation du projet marquée notamment par l’occupation, à partir de 2008, de la zone d’aménagement différée (ZAD) devenue « zone à défendre » pour les opposants. […] Lire la suite

17-31 décembre 2014 Israël – Autorité palestinienne. Rejet d'une résolution palestinienne par le Conseil de sécurité de l'O.N.U.

un projet de résolution préparé par l'Autorité palestinienne et relatif à « une paix globale, juste et durable » entre Israéliens et Palestiniens, qui fixe un délai d'un an pour parvenir à un accord, et de trois ans pour mettre fin à l'occupation israélienne de la Cisjordanie. Ce projet divise la direction palestinienne comme les pays arabes. Le 30, le Conseil de sécurité rejette cette résolution. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie GUILLON, « OCCUPATION (France) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/