OCCUPATION (FRANCE)Mémoires et débats

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une mémoire précoce

Dès octobre 1944, le gouvernement provisoire de la République française dirigé par le général de Gaulle met en place une instance officielle, la Commission d'histoire de l'Occupation et de la Libération de la France (C.H.O.L.F.) qui s'attache à recueillir les témoignages des résistant(e)s. Cette collecte menée tambour battant jusqu'en 1947 repose sur l'idée que la lutte clandestine ne pourra être préservée dans les mémoires puis dans l'histoire écrite si les acteurs survivants ne sont pas immédiatement entendus. La C.H.O.L.F. sollicite alors la mémoire de quelque deux mille personnes censées détenir une connaissance directe et rare de la réalité résistante. Il s'agit donc de cibler un petit groupe à l'image du caractère minoritaire de la Résistance.

Parallèlement, dès 1945 et 1946, un grand nombre d'acteurs devenus des témoins prennent la plume pour relater leurs souvenirs et donner leur version des faits. C'est le cas notamment de résistants, dont les récits serviront de modèles à d'autres publications, tels qu'Emmanuel d'Astier de la Vigerie, fondateur du groupe Libération-Sud (Avant que le rideau ne tombe), Gilbert Renault dit le colonel Rémy (Mémoires d'un agent secret de la France libre), Agnès Humbert (Notre guerre), Pierre de Bénouville (Le Sacrifice du matin), Elisabeth Terrenoire (Combattantes sans uniforme. Les femmes dans la Résistance, préface de Geneviève de Gaulle), Philippe Vianney alias Indomitus (Nous sommes les rebelles). Les hommes et les femmes qui ont été déportés racontent également leur histoire dès 1946-1947 à travers quelques ouvrages marquants : David Rousset (L'Univers concentrationnaire), Germaine Tillion (Ravensbrück), Georges Wellers (De Drancy à Auschwitz), Robert Antelme (L'Espèce humaine), Roger Heim (La Sombre Route), Louise Alcan (Sans armes et sans bagages), l'Amicale des déportés d'Auschwitz (Auschwitz). L [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Procès d'Adolf Eichmann, 1961

Procès d'Adolf Eichmann, 1961
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Combats pour la libération de Paris, 1944

Combats pour la libération de Paris, 1944
Crédits : Hulton-Deutsch/ Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Robert Paxton

Robert Paxton
Crédits : S. Klein/ Corbis

photographie


Écrit par :

  • : membre senior de l'Institut universitaire de France, professeur des Universités en histoire contemporaine à l'Institut d'études politiques de Lyon

Classification

Autres références

«  OCCUPATION, France  » est également traité dans :

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Les représentations de la France des « années noires » oscillent entre l'image héroïque d'une France martyre et unie et celle, honteuse, d'une France de Vichy et s'accommodant de l'ennemi. Or « la » France, sous l'occupant, n'était pas une, elle était, à des degrés divers, contre la collaboration et aspirait à sa libération. Cette France sert de support à la France de la Résistance et s'est finale […] Lire la suite

OCCUPATION ALLEMANDE

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 738 mots
  •  • 4 médias

Les Allemands qui occupèrent les trois quarts de l'Europe, avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, se comportèrent de manière très différente selon les cas. C'est ainsi que l'Autriche, les Sudètes, certaines parties de la Pologne, les […] Lire la suite

ABETZ OTTO (1903-1958)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 330 mots

Important dignitaire nazi, artisan dès avant 1933 d'une réconciliation franco-allemande en particulier avec Jean Luchaire et Fernand de Brinon, Otto Abetz eut pour rôle essentiel d'occuper, de 1940 à 1944, le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Paris. Sa mission avait un double caractère qui dépassait largement celle d'un agent diplomatique ordinaire. D'une part il coordonnait les services civils da […] Lire la suite

AFFICHE ROUGE L'

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 2 048 mots
  •  • 1 média

En février 1944, une gigantesque affiche fut placardée dans les principales villes de France par les services de la propagande allemande. Sur un fond rouge se détachaient en médaillon les visages de dix hommes aux traits tirés, avec une barbe de plusieurs jours. En haut de l'affiche, on pouvait lire, en larges lettres : « Des libérateurs ? » La réponse était au bas de l'affiche : « La libération p […] Lire la suite

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La France occupée »  : […] Le 22 juin 1940, la convention d'armistice ratifiait la victoire de l'Allemagne nazie. Le 9 juillet 1940, le ministère de la Propagande du III e  Reich donnait au vaincu un avant-goût du sort qu'il lui réservait : la France ne serait pas considérée comme une « alliée » mais jouerait en Europe le rôle d'une « Suisse agrandie », réserve agricole et touristique pouvant éventuellement assurer certaine […] Lire la suite

BOUSQUET RENÉ (1909-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 100 mots

Né le 11 mai 1909 à Montauban (Tarn-et-Garonne), fils de notaire et docteur en droit de la faculté de Toulouse, René Bousquet était devenu, à vingt ans, chef de cabinet du préfet du Tarn-et-Garonne. Rendu célèbre, dès mars 1930, par le sauvetage de plusieurs personnes qu'emportait une inondation et fait chevalier de la Légion d'honneur à titre exceptionnel, il fut détaché à la présidence du Consei […] Lire la suite

CHOLTITZ DIETRICH VON (1894-1966)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 211 mots
  •  • 2 médias

Né à Schloss Wiese en Silésie, Dietrich von Choltitz sert comme officier dans l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale. Au cours de la seconde, il se révèle excellent chef de corps, parfaitement discipliné et sans pitié. Il participe aux campagnes de Pologne et de France et est remarqué par Hitler lors de la prise d'Amsterdam. C'est à von Choltitz qu'est confié l'écrasement de la vil […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La France, de la poésie à la littérature »  : […] Sous l' Occupation, le cinéma français devient inévitablement un cinéma d'« évasion ». Les Allemands ont offert leurs capitaux pour maintenir une production française. Mais, pour la contrôler, ils ont créé aussi le Centre national du cinéma qui a survécu à l'Occupation, à la Libération, et par lequel le gouvernement continue à surveiller le cinéma français. Pourtant, malgré de grandes difficultés, […] Lire la suite

CRÉMIEUX-BRILHAC JEAN-LOUIS (1917-2015)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 050 mots
  •  • 1 média

Homme de devoir, homme de savoir, homme de mémoire : cette triple qualification fut énoncée par le président de la République François Hollande, dans la cour d'honneur des Invalides, le 15 avril 2015, pour dire les mérites éminents de Jean-Louis Crémieux-Brilhac , ancien conseiller d'État en service extraordinaire. Le jeune officier évadé d'Allemagne, secrétaire du comité de propagande de la Franc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent DOUZOU, « OCCUPATION (FRANCE) - Mémoires et débats », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france-memoires-et-debats/