OCCULTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les occultistes de la Belle Époque

Dans un ouvrage important pour l'histoire de l'occultisme dans les dernières années du xixe siècle, Les Compagnons de la Hiérophanie, Victor-Émile Michelet a retracé avec beaucoup de talent les aventures chevaleresques et les conditions souvent pittoresques d'une quête juvénile et enthousiaste du « savoir perdu » grâce à laquelle devait apparaître le mouvement occultiste de la Belle Époque, illustré principalement par les œuvres de Stanislas de Guaïta (1861-1897), Joséphin Péladan (1850-1915), Paul Sédir (Yvon Le Loup, 1871-1926), Grillot de Givry (1874-1929), Paul Choisnard (1867-1930), Ernest Bosc (1837-1920), Albert Jounet (1860-1923), Marc Haven (Dr Emmanuel Lalande, 1868-1926), Charles Barlet (Albert Faucheux, 1838-1921) et, enfin, de Papus (Dr Gérard Encausse, 1865-1916), le plus fécond des auteurs « occultistes » et le plus efficace des propagandistes de cette école « néo-spiritualiste ». Ce groupe rassemblait en outre des peintres, des romanciers, des médecins, des pharmaciens, des chimistes, certains libraires-éditeurs, comme Chamuel, rue de Trévise, des bibliothécaires, comme Augustin Chaboseau ; ce dernier joua un rôle important dans la fondation par Papus de l'« Ordre martiniste », dont le « suprême conseil » fut constitué en 1891.

Les trois influences majeures qui s'exercèrent sur l'occultisme furent l'œuvre d'Éliphas Lévi, dont Barlet avait été l'un des disciples, celle de Saint-Yves d'Alveydre (1842-1909), auteur de L'Archéomètre et « inventeur » de la notion de « synarchie » et, enfin, l'enseignement spirituel d'un thaumaturge, thérapeute et mystique lyonnais d'origine savoyarde, Philippe Vachot, connu sous le nom de « Maître Philippe ».

Ce fut aussi en liaison avec la branche française de la Société théosophique, mouvement international dont le quartier général fut établi à Bombay en 1879 puis à Adyar (Madras) en 1882, que fut publié en 1887 le « manifeste » de Papus intitulé L'Occultisme contemporain. Papus était en rapport amical, à cette époque, avec F. K. Gaboriau, directeur de la revue théosophique Le Lotus rouge. Par la suite, Papus, opposant la « tradition helléno-chrétienne occidentale » à l'enseignement « orientalisant » du théosophisme, devait rompre publiquement avec la Société théosophique.

Malgré ces dissensions et ces polémiques, l'occultisme et le théosophisme présentaient entre eux d'évidentes analogies dans leur propos majeur : « Rappeler au monde le principe de la fraternité humaine et combattre le matérialisme », ainsi que le proclama la fondatrice de la Société théosophique, H. P. Blavatsky. Il s'agissait donc bien de mouvements néo-spiritualistes qui avaient l'un et l'autre des liaisons intimes avec la franc-maçonnerie et, en ce qui concerne ce que René Guénon a nommé, fort justement, le « théosophisme » pour le distinguer de la théosophie traditionnelle, des rapports étroits avec les intérêts anglo-saxons dans le monde, en particulier dans l'empire des Indes.

Sur le plan doctrinal, on peut dégager un autre caractère commun à l'occultisme et au théosophisme : la confusion extraordinaire des systèmes, des dates et des œuvres, des conceptions philosophiques, religieuses et scientifiques. Établir la fraternité humaine sur des bases intellectuelles et culturelles aussi discutables et combattre la cohérence des systèmes matérialistes en lui opposant une telle incohérence du spiritualisme ne pouvait que renforcer, au contraire, les thèses adverses et accentuer une division grave entre la science, la philosophie et la religion.

À la différence de l'occultisme et du théosophisme de la Belle Époque, les études érudites spécialisées qui ont été publiées depuis le milieu du xxe siècle sur les traditions ésotériques et initiatiques, sur l'importance et la fonction des mythes et des symboles dans l'histoire des civilisations, sur l'expérience mystique dans ses rapports avec la psychologie des profondeurs, ont eu pour conséquence de rejeter définitivement la notion syncrétique et artificielle d'une seule et même « philosophie occulte » aussi vague qu'illusoire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien des sciences et des techniques, ingénieur conseil

Classification

Autres références

«  OCCULTISME  » est également traité dans :

AGRIPPA VON NETTESHEIM HEINRICH CORNELIUS (1486-1535)

  • Écrit par 
  • François SECRET
  •  • 556 mots

L'humaniste Henri Corneille, en fait Heinrich Cornelius Agrippa, est né à Cologne (Colonia Agrippina, d'où son nom d'Agrippa). Son ouvrage De occulta philosophia ( La Philosophie occulte , Cologne, 1531-1533), non moins souvent réédité et traduit que la palinodie qu'il en publia dès 1530 De incertitudine et vanitate scientiarum declamatio invectiva ( Paradoxe sur l'incertitude, la vanité et l'ab […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « L'éclipse supposée de deux siècles de l'astrologie française »  : […] En France, l'astrologie, dit-on, serait réapparue à la fin du xix e  siècle, après deux siècles d'un silence commencé durant la seconde moitié du xvii e  siècle, tandis que l'astrologie anglaise se serait maintenue durant cette période. Il est vrai que l'astrologie française de la fin du siècle dernier a été littéralement colonisée par l'astrologie anglo-saxonne, qui lui a enseigné à se servir des […] Lire la suite

CARTOMANCIE

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 2 200 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les tarots »  : […] En 1781, Antoine Court de Gébelin, pasteur protestant et franc-maçon installé à Paris, y fait paraître le huitième volume de son Monde primitif , sorte d'encyclopédie assez fantaisiste de l'humanité avant l'humanité. L'ouvrage de Court de Gébelin serait resté bien oublié s'il n'avait contenu un chapitre qui exposait pour la première fois un essai sur les origines du tarot. Frappé par les allégori […] Lire la suite

ÉSOTÉRISME

  • Écrit par 
  • Serge HUTIN
  •  • 7 492 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ésotérisme, occultisme, théosophie »  : […] C'est par un grave abus de langage que les mots « ésotérisme » et « occultisme » se trouvent si volontiers confondus de nos jours. Occultisme est un néologisme, forgé au début du xix e  siècle par Éliphas Lévi (de son vrai nom Alphonse-Louis Constant). Comment définir la différence majeure entre les deux termes ? Qui dit ésotérisme sous-entendrait ipso facto l'indissociable complémentarité des […] Lire la suite

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 998 mots
  •  • 1 média

Ignoré de la langue classique, qui usait uniquement de l'adjectif « hermétique » pour désigner ce qui avait rapport au grand œuvre alchimique, le mot « hermétisme » est un néologisme de la fin du xix e siècle, au contenu ambigu, tout comme les termes «  ésotérisme » et «  occultisme », dont il est souvent synonyme. Pour éviter toute confusion, il conviendrait de ne l'employer, comme on le fera i […] Lire la suite

ILLUMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 4 957 mots

L'illuminisme désigne un courant à la fois philosophique et religieux qui eut son apogée avec les théosophes du xviii e  siècle. Il se rattache à la pensée de Plotin, du néo-platonisme, de Maître Eckhart, de Tauler, de la Theologia germanica et de Nicolas de Cues ; fidèle à l'esprit de l'évangile de Jean et de l'Apocalypse, il est lié aux kabbalistes juifs et chrétiens, aux quiétistes vaudois, au […] Lire la suite

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La kabbale chrétienne »  : […] L'expression de kabbale chrétienne désigne un courant d'idées fort complexes qui, depuis le scandale des thèses De omni re scibili de Pic de La Mirandole , à la fin du Quattrocento, se développa avec des fortunes diverses à travers l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suède, jusqu'à la publication en 1911 de la traduction du Zohar , la bible de la kabbale, à […] Lire la suite

LÀ-BAS, Joris-Karl Huysmans - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 254 mots

Dans le chapitre « Un livre de rupture »  : […] Là-bas est une œuvre largement autobiographique. Huysmans s'y projette aussi bien dans le personnage de Des Hermies, « grand, fluet, très pâle », que dans celui de Durtal, qui réapparaîtra dans les récits ultérieurs et deviendra son double romanesque. Il va jusqu'à peu de chose près recopier les lettres d'une admiratrice, Henriette Maillard, pour composer celles de Madame Chantelouve. Enfin, il a […] Lire la suite

LÉVI ALPHONSE LOUIS CONSTANT dit ÉLIPHAS (1810-1875)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 331 mots

Fils d'un cordonnier parisien, Alphonse-Louis Constant entra au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, qu'il quitta en 1836 après avoir été ordonné diacre. Les idées utopistes et humanitaires du temps l'absorbent alors tout entier : il se lie d'amitié en 1838 avec la socialiste Flora Tristan ; collabore avec Alphonse Esquiros à une revue qui révèle au public ses dons de dessinateur. Songeant encore p […] Lire la suite

PAPUS GÉRARD ENCAUSSE dit (1865-1916)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 853 mots

Défenseur de l'occultisme et cofondateur de l'Ordre martiniste, né en Espagne, d'un père français et d'une mère espagnole, Gérard Encausse passa toute sa jeunesse à Paris, où il fut reçu docteur en médecine. Avant même de terminer ses études, il s'était donné pour tâche de lutter contre le scientisme de l'époque en répandant une doctrine nourrie aux sources de l'ésotérisme occidental. Encausse, qu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René ALLEAU, « OCCULTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/occultisme/