OBSESSION ET NÉVROSE OBSESSIONNELLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La névrose obsessionnelle d'après « L'Homme aux rats »

L'unité de la névrose obsessionnelle ne se révélant que dans l'interprétation unique que Freud a donnée de ses nombreuses formes, une description purement symptomatologique nous égarerait. L'exposé de 1909, Bemerkungen über einen Fall von Zwangsneurose, qu'on désigne généralement sous le nom de « L'Homme aux rats » et où pour la première fois une névrose de ce type a été interprétée, forme un tout et se suffit à lui-même, bien qu'il ne traite la question que sous un seul aspect. L'autre aspect sera abordé en 1918, dans l'analyse de l'Homme aux loups. Les deux analyses n'ont pas la même visée, et l'une n'est pas le complément de l'autre.

En 1909, la névrose tout entière s'interprète comme un seul grand rêve (ainsi que Freud le fera remarquer un peu plus tard) et au moyen des conceptions élaborées dans le chapitre vii de la Traumdeutung. Les symptômes à première vue inintelligibles sont traités comme le contenu manifeste d'un rêve, et ils sont considérés comme s'étant formés de la même façon. Une pensée « normale », produite par le processus secondaire, a subi les effets du processus primaire, du fait qu'elle s'est trouvée soumise à l'influence d'un désir inconscient (un vœu de mort, dans le cas de l'Homme aux rats). Elle revient à la conscience, transformée et incompréhensible. (Des mécanismes analogues à ceux de la « révision secondaire », qui modifie après coup le contenu manifeste d'un rêve pour en atténuer l'incohérence, ont visiblement une plus grande importance dans le mode de pensée obsessionnelle.) Grâce à la pensée consciente incompréhensible, l'obsessionnel échappe à la connaissance de son désir sans y échapper tout à fait, si bien que, d'une part, cette pensée représente pour lui un péril et que, d'autre part, l'analyse est possible. Contre cette pensée, qui est déjà une défense, il est obligé d'utiliser sans fin de nouvelles défenses, parfois très compliquées, à la fois en va [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : psychanalyste, Centre de formation et de recherches psychanalytiques

Classification


Autres références

«  OBSESSION ET NÉVROSE OBSESSIONNELLE  » est également traité dans :

AMBIVALENCE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 177 mots
  •  • 1 média

C'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) qui a introduit ce terme et en a fait le symptôme dominant dans le tableau de la schizophrénie. Il distingue tout d'abord l'ambivalence dans trois secteurs de la vie psychique : dans les modalités de la volonté, deux volontés qui s'opposent ; dans la sphère intellectuelle, affirmation d'une thèse et de son contraire dans un même discours ; dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambivalence-psychanalyse/#i_11603

ANNULATION RÉTROACTIVE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 187 mots

Mécanisme de défense typiquement obsessionnel, l'annulation rétroactive consiste à effacer, comme en soufflant dessus, un événement, un acte qui a eu lieu. Cette défense correspond à la régression bien connue du moi obsessionnel au stade narcissique de la libido caractérisé par l'animisme et la magie. À ce stade, l'obsessionnel croit que ses pulsions, ses désirs, ses pensées s'accomplissent magiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annulation-retroactive/#i_11603

ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 2 615 mots

C'est seulement au cours de la seconde moitié du xix e siècle que le concept d' anxiété apparaît dans le domaine de la pathologie. Jusqu'alors, les peurs irraisonnées étaient considérées comme une expression, parmi d'autres, des passions tristes ou d'une erreur de jugement proche du délire. Morel, psychiatre parisien, décr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anxiete/#i_11603

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La culpabilité collective »  : […] On voit qu'il est impossible de poser le problème de l'origine de la culpabilité dans l'individu sans rencontrer le social préexistant à celui-ci dans sa dimension historique, c'est-à-dire cette dialectique même « qui scande les enfantements de notre société » et qui ressortit à une psychanalyse de la culture. Comme en biologie, l'ontogenèse est ici une réduplication de la phylogenèse. Ainsi se ju […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_11603

NÉVROSE

  • Écrit par 
  • René DIATKINE
  •  • 4 773 mots

Dans le chapitre « Structures spécifiques des symptômes »  : […] Bien que répondant aux caractères généraux qui viennent d'être décrits, les symptômes des différentes névroses ont une organisation spécifique. La conversion hystérique est caractérisée par la valorisation symbolique d'une partie ou de la totalité du corps (dans la crise névropathique). Elle s'accompagne d'un refoulement massif de tout affect pénible, tout en laissant le sujet dans un état de pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nevrose/#i_11603

PHOBIE

  • Écrit par 
  • François PERRIER
  •  • 3 385 mots

Le terme de phobie est fréquemment utilisé, dans la langue courante, pour évoquer la fixité de peurs électives et irrationnelles, ou le caractère insistant du dégoût et de la répulsion envers certains objets qui déclenchent de l'anxiété et des réactions de fuite. Dans une perspective psychiatrique et surtout psychanalytique, le symptôme qu'est la phobie renvoie au problème des états mentaux et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phobie/#i_11603

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « La polarité du jugement »  : […] À l'opposition des deux grands groupes de pulsion vient s'articuler, dans le texte sur « La Négation » (1925), la doctrine freudienne concernant l'« origine psychologique » de la fonction du jugement. La « polarité » du jugement, négatif et positif, trouverait sa racine génétique dans le couple pulsionnel de la destruction et de l'Éros. La négation serait un « successeur de l'expulsion », dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_11603

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaisons nosographiques »  : […] Il est facile d'illustrer par de nombreux exemples la distinction que l'on vient de faire entre comportement et structure, entre trait symptomatique et organisation de la personnalité. On trouve dans les sociétés archaïques un grand nombre de conduites obsessionnelles (telles que les ritualisations phobiques destinées à écarter un danger), alors que les structures névrotiques obsessionnelles sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/#i_11603

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DES TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 1 060 mots

Les obsessions et les rituels sont décrits depuis très longtemps : par exemple, la scrupulosité morbide – qui peut s’apparenter à la rumination obsessionnelle – rapportée par les moines, en médecine les « monomanies raisonnantes » d’Esquirol ou encore la folie du doute notée par Legrand du Saulle évoquent des caractéristiques du trouble obsessionnel compulsif. Cependant, il revient à Pierre Janet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-des-troubles-obsessionnels-compulsifs/#i_11603

REFOULEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre FISZLEWICZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le refoulement dans les diverses affections »  : […] Dans l' hystérie de conversion, le refoulement est constamment à l'œuvre : « Le contenu représentatif du représentant pulsionnel est radicalement soustrait à la conscience ; comme formation de substitut et, en même temps, comme symptôme, une innervation très forte, somatique dans les cas typiques, de nature tantôt sensorielle, tantôt motrice, soit excitation, soit inhibition. » C'est une innervat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refoulement/#i_11603

TIC

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 906 mots

Contraction musculaire brusque, involontaire mais consciente, le tic affecte d'un mouvement rapide et répété un endroit précis du corps, peu susceptible de changement. Il se manifeste à l'état de veille et, le plus souvent, chez des individus émotifs, avec une tendance à s'exacerber lorsque s'accroissent les difficultés. Clignement des yeux, agitation de la lèvre, reniflements, gloussements, hauss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tic/#i_11603

TROUBLE D'ANXIÉTÉ SOCIALE

  • Écrit par 
  • Grazia CESCHI
  •  • 1 175 mots

Dans le chapitre « Aspects cognitifs »  : […] Selon certains modèles cognitifs de l’anxiété sociale, les personnes souffrant d’un T.A.S. présentent un certain nombre de croyances dysfonctionnelles, explicites et implicites, qui mènent à une évaluation négative de soi et à une surévaluation du danger inhérent à la rencontre avec autrui. Ces croyances se retrouvent dans des pensées automatiques de type : « je suis ridicule », « si je fais une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trouble-d-anxiete-sociale/#i_11603

Voir aussi

Pour citer l’article

Octave MANNONI, « OBSESSION ET NÉVROSE OBSESSIONNELLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/obsession-et-nevrose-obsessionnelle/