OBSERVATOIRE DE PARIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les timides débuts de l’astrophysique et la diffusion de l’heure

Arago travaille avec les physiciens, et notamment avec Fresnel qu’il invite à l’Observatoire. Il s’intéresse à la nature des astres et montre que le Soleil et les étoiles sont faits d’un gaz incandescent, créant ainsi l’astrophysique. Il renouvelle l’instrumentation en faisant construire la grande lunette et sa coupole, toujours visible sur la terrasse du bâtiment. Il met Urbain Le Verrier sur la voie de sa découverte de Neptune en 1846. À la mort d’Arago, Le Verrier le remplace à l’Observatoire, qu’il réussit à détacher du Bureau des longitudes. Il réorganise à nouveau l’institution et y invite Léon Foucault qui y crée le télescope moderne. Le Verrier développe la mécanique céleste, mais abandonne l’astrophysique, tandis qu’il fonde la météorologie européenne. Très contesté, il est révoqué en 1870, remplacé par Charles Delaunay puis rappelé à la mort de ce dernier en 1872. L’amiral Mouchez lui succède en 1876, et engage l’Observatoire dans une vaste entreprise internationale : la carte photographique du ciel, qui va occuper longtemps une grande partie des forces de l’Observatoire. Cependant, une nouvelle activité se développe à partir de 1910 sous la direction de Benjamin Baillaud puis d’Ernest Esclangon : la détermination et la diffusion de l’heure par ondes radio, dont l’aboutissement est la mise en service de l’horloge parlante en 1933.

Cependant l’astrophysique peine à émerger à l’Observatoire, tandis qu’un observatoire spécialisé dans ce domaine est créé à Meudon en 1876 par Jules Janssen. Les deux institutions finissent par fusionner en 1927. La période qui suit n’est pas la plus glorieuse pour l’Observatoire, qui ne s’occupe guère que de la distribution de l’heure : il faut reprendre les choses en main. C’est le rôle d’André Danjon, qui le dirige de 1945 à 1963. L’Observatoire se dév [...]

Observatoire de Meudon

Photographie : Observatoire de Meudon

Photographie

Rattachée à l’Observatoire de Paris depuis 1927, la grande coupole de l’observatoire de Meudon a été érigée à la fin du XIXe siècle au-dessus du Château-Neuf qui avait été construit en 1706 par le Grand Dauphin (fils de Louis XIV) et partiellement détruit lors d’un incendie en... 

Crédits : Frédéric Arenou/ Observatoire de Paris

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Observatoire de Paris

Observatoire de Paris
Crédits : Pascal Blondé/ Observatoire de Paris

photographie

Observatoire de Meudon

Observatoire de Meudon
Crédits : Frédéric Arenou/ Observatoire de Paris

photographie

Radiotélescope de l’observatoire de Nançay

Radiotélescope de l’observatoire de Nançay
Crédits : station de radioastronomie Nançay de l'observatoire de Paris/ CNRS/ Université d'Orléans

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  OBSERVATOIRE DE PARIS  » est également traité dans :

FONDATION DE L'OBSERVATOIRE DE PARIS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 342 mots

Résolus à s'organiser sur le modèle des académies européennes, des savants français élaborent en 1665 le projet d'une Compagnie des sciences et des arts. L'un d'entre eux, Adrien Auzout, expose dans une épître à Louis XIV la nécessité d'un observatoire astronomique : « Il y va SIRE, de la Gloire de Vostre Majes […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'âge classique et la tradition vitruvienne »  : […] La rupture entraînée par la Renaissance n'est pas que théorique. En même temps que l'on redécouvre Vitruve s'affirme en effet une nouvelle figure d'architecte-humaniste dont un Filippo Brunelleschi (1377-1446) constitue l'une des premières incarnations. L'auteur de la coupole de la cathédrale de Florence se pense en effet comme un intellectuel fondamentalement différent des autres acteurs de la p […] Lire la suite

AUZOUT ADRIEN (1622-1691)

  • Écrit par 
  • Robert M. MCKEON
  •  • 1 456 mots

Astronome, physicien et mathématicien, Adrien Auzout apparaît comme un homme de transition. Par sa compétence scientifique, par sa connaissance approfondie des langues orientales et par son amour de l'Antiquité, il représente l'homme de la Renaissance, tandis que par son œuvre scientifique et par sa méthode de recherche il illustre vraiment l'homme moderne. Sa démarche consiste à étudier la nature […] Lire la suite

CASSINI LES

  • Écrit par 
  • Guy POURSIN
  •  • 513 mots

Famille française représentée pendant quatre générations par des astronomes et des géodésiens. Jean-Dominique Cassini est né à Perinaldo, dans le comté de Nice, en 1625 et mort à Paris en 1712. Enseignant en Italie, il vient en France à la demande de Colbert, s'y installe et se fait naturaliser. En 1669, il est reçu à l'Académie des sciences et Louis XIV, peu après (1672), le nomme directeur de l' […] Lire la suite

FONDATION DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Simone MAZAURIC
  •  • 1 560 mots

Dans le chapitre « Les premiers pas de l’Académie des sciences  »  : […] En février 1666, Colbert, le principal ministre de Louis XIV, offre à une vingtaine de savants la possibilité de se réunir dans sa bibliothèque, puis, à la fin de l’année, dans la bibliothèque du roi, rue Vivienne à Paris. Ainsi est fondée, très discrètement, l’Académie des sciences . Nul texte n’officialise alors cette fondation et aucun règlement ne définit précisément les prérogatives et les mi […] Lire la suite

LE VERRIER URBAIN JEAN JOSEPH (1811-1877)

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 1 690 mots

Dans le chapitre « Le Verrier et l'Observatoire de Paris »  : […] Fondé en 1667, l'Observatoire de Paris eut pour premier directeur Jean-Dominique Cassini, brillant astronome auteur de nombreuses découvertes, qui eut ses descendants pour successeurs jusqu'à la Révolution. En 1795, la Convention créa le Bureau des longitudes et lui confia la direction de l'Observatoire. De nombreux administrateurs se succédèrent, dont Arago fut le plus actif. En 1854, Le Verrier, […] Lire la suite

STEINBERG JEAN-LOUIS (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Michel COMBES, 
  • James LEQUEUX
  •  • 974 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la Résistance à la radioastronomie »  : […] Né le 7 juin 1922 à Paris, Jean-Louis Steinberg mène des études d’ingénieur puis obtient en 1943 un diplôme de docteur-ingénieur. Ses parents, juifs non pratiquants, et les deux aînés de leurs trois fils (dont Jean-Louis) sont dénoncés et arrêtés en juin 1944. Ils sont déportés à Auschwitz-Birkenau, où Jean-Louis est actif dans la résistance à l’intérieur du camp. Il est le seul survivant des quat […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Syrie. Riposte occidentale à l’usage d’armes chimiques. 7-29 avril 2018

Le 7, un bombardement à l’arme chimique, dénoncé par les organisations non gouvernementales (ONG) humanitaires et de défense des droits de l’homme syriennes, vise Douma, dernier bastion rebelle de la Ghouta, dans la banlieue de Damas, faisant plusieurs dizaines de morts. Le 8, Paris et Washington […] Lire la suite

Syrie. Annonce d'une conférence internationale sur fond de violences. 3-31 mai 2013

de l'armée syrienne et les « violations flagrantes et systématiques » des droits de l'homme par celle-ci, et appelant à une « transition politique ». Les Nations unies estiment qu'au moins quatre-vingt mille personnes ont été tuées depuis le début des violences, tandis que l'Observatoire syrien des droits […] Lire la suite

Syrie. Offensives de la rébellion contre Damas et Alep. 6-30 juillet 2012

Le 6 est annoncée la défection du général Manaf Tlass, qui commande une unité d'élite de l'armée syrienne, un proche du président Bachar al-Assad tombé en disgrâce après s'être opposé à la répression de la rébellion contre le régime. Depuis Paris où il s'est réfugié, Manaf Tlass appellera […] Lire la suite

France. 8e sommet de la francophonie à Moncton. 3-5 septembre 1999

pas les règles de la démocratie. Paris et Ottawa divergent également sur la défense de l'« exception culturelle » – dont la langue française est l'un des éléments. Contrairement à la France, le Canada accepte de s'en remettre à l'Organisation mondiale du commerce pour réglementer les échanges culturels […] Lire la suite

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « OBSERVATOIRE DE PARIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/observatoire-de-paris/