OBJET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les objets des sciences humaines

Pour les faits où l'homme, ses pensées, ses réactions et ses actes entrent de façon essentielle, la question se pose de savoir ce qui peut être connu scientifiquement et par conséquent réduit au statut d'objet.

Les « significations » et les faits humains

Les faits humains se donnent dans notre expérience comme pourvus de « significations ». Entendons par là que les faits expérimentés, comportements ou œuvres des hommes, sont saisis comme « renvoyant » à quelque autre chose. Cette notion de renvoi doit être considérée comme primitive, indéfinissable, et le prototype en est évidemment fourni par le fonctionnement du langage ordinaire. On observera que, dans les périodes pré- ou protoscientifiques de la connaissance de la nature, des significations étaient également bien souvent attachées aux phénomènes non humains. Tout fait de la nature pouvait être saisi comme symbolique, renvoyant à quelque autre chose soit du règne même de la nature (les affinités des choses du « grand monde » et des parties, organes ou fonctions du microcosme que serait l'homme), soit d'un règne surnaturel et surhumain. Mais la neutralisation de ces renvois symboliques, une fois pris le parti de décrire et d'expliquer des objets, a pu s'effectuer sans que les faits naturels paraissent avoir rien perdu d'essentiel. Peut-il en être de même des faits humains ? Le caractère signifiant ne peut plus apparaître alors, après coup, comme un ornement ou un supplément se superposant à un noyau premier de notre expérience ; les significations font ici partie de ce noyau même, elles caractérisent le fait comme humain. Le problème des sciences de l'homme est donc de découvrir comment et jusqu'à quel point objectiver les significations. Non pas sans doute les expulser, comme l'ont fait avec succès les sciences de la nature, mais trouver la manière de les traiter, en sorte de les décrire comme données et d'en expliquer le rôle comme facteurs du déroulement des phénomènes. C'est donc un type original de modèles qu'il conviendrait de mettre en œuvre. Nous ne pensons pas que ce probl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OBJET  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Brigitte DERLON, 
  • Monique JEUDY-BALLINI
  •  • 3 610 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La vie sociale des objets »  : […] Soucieux de restituer ces dynamiques, les ethnologues élargissent leurs points de vue en effectuant des enquêtes multisituées (Marcus et Fischer, 1986) qui prennent acte de l’interdépendance de sociétés géographiquement dispersées et de leur intégration dans un système mondialisé. Ils entreprennent de retracer la « vie sociale » des objets (Appadurai, 1986) au fil du parcours qui les conduit à ch […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Nouvelle position du problème : la critique de la conscience esthétique »  : […] Ne faut-il pas cependant s'interroger sur cette réduction de la « forme » à l' objet  ? On se rappelle en quels termes le Heidegger de « l'époque des conceptions du monde » entreprenait – en 1938 – de se démarquer de Hegel : à la différence de ce dernier, l'auteur de Sein und Zeit refusait d'admettre que la relation sujet-objet, c'est-à-dire la conscience dans l'acception traditionnelle, gouvern […] Lire la suite

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 017 mots
  •  • 3 médias

« Tous les hommes désirent naturellement la connaissance », déclare Aristote au début de la Métaphysique . Ce désir qui serait propre à la nature humaine, et qu’on nomme en latin libido sciendi , est une idée qui connaît une fortune particulière à la Renaissance, où les ambitions humanistes d’embrasser tous les domaines de la connaissance donnent raison à un élan, jugé proprement humain, vers les […] Lire la suite

CHOSE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 746 mots

Terme de la langue ordinaire dont la référence, une fois exclus les êtres animés, est purement contextuelle : telle « chose difficile », c'est ce sur quoi porte mon action tandis que je parle ; « la chose en question », c'est ce dont nous nous entretenons sans lui donner son nom usité ; « dites quelque chose » signifie « dites n'importe quoi pourvu seulement que ce soit pertinent dans la situation […] Lire la suite

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Dans le chapitre « Les propriétés du concept »  : […] La tradition rationaliste établit une différence tranchée entre la connaissance intuitive et la connaissance conceptuelle, en lesquelles elle voit deux niveaux irréductibles de savoir. La tradition empiriste, en revanche, conçoit plutôt ces deux modes de connaissance comme des réalisations, selon des degrés différents, d'une seule et même modalité fondamentale. Que les concepts soient compris comm […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le concept de représentation »  : […] Le concept de représentation, tel qu'il est utilisé dans la théorie de la connaissance, repose sur une double métaphore, celle de la représentation théâtrale et celle de la représentation diplomatique. La première suggère l'idée de la « mise en présence » : la représentation expose devant le spectateur, sous une forme concrète, une situation signifiante, des figures évocatrices, des enchaînements […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DE LA CATÉGORISATION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Agnès BLAYE
  •  • 1 129 mots

La catégorisation a une fonction adaptative essentielle : elle permet de faire des inférences sur les propriétés d’objets rencontrés pour la première fois. Catégoriser consiste à regrouper mentalement des objets considérés comme équivalents d’un certain point de vue. Ainsi, dès lors qu’un objet nouveau est identifié comme relevant d’une catégorie familière, les propriétés partagées par les membres […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences de la nature, sciences de l'homme »  : […] L'opposition des sciences de la nature aux sciences de l'homme constitue sans doute un autre leitmotiv épistémologique tout aussi actuel. Depuis que s'est constitué le projet scientifique que nous avons brièvement décrit, son application aux faits humains pose assurément des problèmes qu'il convient d'évoquer. En premier lieu, la question du caractère pratique de toute connaissance des faits huma […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 074 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le préréflexif »  : […] Si, par son inexactitude même, l'expérience esthétique, totalité interne déchaînée ou désenclavée, communique à ce qu'elle investit la plus resserrée des cohérences, c'est que le monde dans lequel elle s'insère et s'épanche lui est homogène et consubstantiel, et qu'elle s'y est insinuée et répandue comme une « atmosphère » (Dufrenne). Les dimensions de cet univers « à la fois fini et illimité », d […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La subjectivité de l'expérience »  : […] On s'accorde en général pour attribuer aux états mentaux que nous appelons des expériences les caractères suivants. En premier lieu, elles sont immédiates, au sens où les données qu'elles nous présentent appartiennent à une conscience actuelle (ici et maintenant) et paraissent primitives, c'est-à-dire ne requérir la médiation d'aucune connaissance conceptuelle ou propositionnelle. Elles relèvent […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Royaume-Uni. Attentat meurtrier à Reading. 20 juin 2020

Un réfugié d’origine libyenne qui venait de sortir de prison, Khairi Saadallah, poignarde des promeneurs dans un parc de Reading, près de Londres, tuant trois personnes. Il est interpellé par la police. Les faits seront requalifiés en « attaque terroriste » le lendemain. L’homme avait un moment fait l’objet d’une surveillance par les services de renseignement. […] Lire la suite

États-Unis. Meurtre d’un Afro-Américain par des policiers à Minneapolis. 25-29 mai 2020

. Le 29, le procureur de l’État annonce la poursuite pour meurtre au troisième degré et homicide involontaire du principal auteur de la bavure policière, Derek Chauvin, qui avait déjà fait l’objet de nombreuses plaintes liées à son comportement. Le 29 également, le président Donald Trump évoque […] Lire la suite

États-Unis. Propagation importante du Covid-19. 5-31 mai 2020

préventif contre le Covid-19. L’efficacité de ce traitement est l’objet d’une polémique. Le 22, Donald Trump ordonne la réouverture des lieux de culte, déclarant que la prière collective est une « activité essentielle ». Cette décision relève de la compétence des gouverneurs, auxquels il menace […] Lire la suite

Royaume-Uni. Présentation du dispositif de déconfinement. 4-28 mai 2020

de chômage partiel pris en charge par l’État pour limiter les pertes d’emplois liées aux effets de la pandémie. Quelque 7,5 millions de salariés en ont déjà bénéficié. Le 22, alors que le passage des frontières ne faisait l’objet d’aucune restriction depuis le début de la pandémie, le gouvernement annonce […] Lire la suite

Pologne. Polémique sur la tenue de l’élection présidentielle de mai. 6 avril - 6 mai 2020

controversé par 230 voix contre 226. Le maintien du scrutin présidentiel en mai fait l’objet de contestations, tant pour des raisons sanitaires liées au Covid-19 que constitutionnelles. Le 5 mai, le Sénat, dominé par l’opposition, rejette l’amendement. Le 6 mai, Jaroslaw Kaczyński et Jaroslaw Gowin […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilles Gaston GRANGER, « OBJET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/