OBJET, psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théorie freudienne

C'est en 1915, dans un texte intitulé Pulsions et destins de pulsions, que Freud précise et définit l'objet dans son rapport avec la pulsion. Si le but d'une pulsion est la satisfaction, l'objet est « ce en quoi et par quoi la pulsion peut atteindre son but ». Objet et pulsion sont donc intimement liés dans la théorie freudienne. Et cette liaison dérive des principes biologiques de reproduction et d'autoconservation sur lesquels Freud s'appuie pour développer ses concepts. Mais l'instinct humain et son objet gardent des particularités spécifiques.

Contrairement au circuit de l'autoconservation biologique, l'objet de la pulsion n'est pas, pour Freud, déterminé par avance par la phylogenèse de l'espèce : dans ce sens, l'objet est « ce qu'il y a de plus variable dans la pulsion, il ne lui est pas originellement connecté, au contraire il ne lui est adjoint qu'en raison de son aptitude à rendre possible la satisfaction ». Ainsi, on parle de « choix d'objet » pour signifier que c'est le sujet lui-même (et son histoire) qui, dans un moment de son évolution, s'adressera à un type particulier d'objet parmi d'autres, de « déplacement », pour montrer que la libido a la capacité de permuter ses objets, et de « fixation » pour signaler, à l'inverse, qu'une pulsion déterminée est restée nouée à un objet dont elle ne peut plus se dessaisir.

Du point de vue de son évolution psycho-sexuelle, le sujet part d'une étape autoérotique (dont les objets sont des fragments de son corps propre), il passe ensuite par une étape narcissique (dont l'objet est le propre moi ou le corps unifié) pour arriver enfin à faire un choix d'objet alloérotique (un autre), d'abord homosexuel puis hétérosexuel. Ces premiers choix d'objet se vérifient très tôt dans l'enfance, et se caractérisent donc par leur nature incestueuse (parents, frères et sœurs) et partielle (plaisir d'organe) ; cela a amené Freud à donner à cette sexualité précoce les qualificatifs de « perverse et polymorphe ».

Plus tard, au moment d'advenue de la puberté, aura lieu le choix d'objet sexuel définitif. Il se fera sur un des modèles de l'ancien objet infantile, mais sera cette fois-ci exogamique et organisé sous le primat de la zone érogène génitale. Dans ce sens, Freud nomme, dans son texte de 1915 Pour introduire le narcissisme, deux types généraux de choix d'objet chez l'homme : le type nommé « anaclitique » et le type « narcissique ». Le premier opère sur le modèle parental (mère nourricière, père protecteur) tandis que le second est fondé sur soi-même (celui qu'on est ou qu'on a été, celui qu'on voudrait devenir, celui qui a fait partie de nous-mêmes).

D'un point de vue génétique, cette première notion freudienne d'objet dérive de deux grandes lignes conceptuelles : en premier lieu, par son rapport étroit avec la notion de pulsion, l'objet hérite de l'épistémologie biologiste évolutionniste et naturaliste typique de l'époque freudienne. En effet, le concept de pulsion descend directement de celui d'instinct dont l'objet est la cible dans l'algorithme de la sélection naturelle. Si, comme Freud le dit, les pulsions sexuelles naissent par étayage sur les instincts d'autoconservation, l'objet sexuel, lui, est issu de la théorie relevant du modèle biologique. En second lieu, l'objet dérive aussi de la notion classique en philosophie qui oppose un sujet à un objet au centre d'une théorie de la connaissance, incorporation, cette fois-ci intellectuelle, de l'objet par le sujet. Cette situation changera substantiellement au cours de l'histoire contemporaine de la psychanalyse, particulièrement à partir de la troisième décennie du xxe siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse, université de Paris-VII, psychanalyste

Classification

Autres références

«  OBJET, psychanalyse  » est également traité dans :

ABRAHAM KARL (1877-1925)

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 561 mots
  •  • 1 média

Psychanalyste allemand, un des plus fidèles et des plus orthodoxes disciples de Freud . Né à Brême dans une famille juive hanséatique, Karl Abraham reçoit d'abord une formation médicale classique. C'est à Zurich, dans la clinique du Burghölzli, fondée par C. G. Jung, qu'il s'initie à la psychiatrie et à la psychanalyse, jusqu'en 1907. À cette date, Abraham, devenu freudien, s'installe à Berlin, où […] Lire la suite

AMBIVALENCE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 177 mots
  •  • 1 média

C'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) qui a introduit ce terme et en a fait le symptôme dominant dans le tableau de la schizophrénie. Il distingue tout d'abord l'ambivalence dans trois secteurs de la vie psychique : dans les modalités de la volonté, deux volontés qui s'opposent ; dans la sphère intellectuelle, affirmation d'une thèse et de son contraire dans un même discours ; dans […] Lire la suite

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La psychose »  : […] Bion a élaboré ses conceptions concernant la psychose pendant les années 1950-1962 et les a explicitées dans Second Thoughts (1967). Il reprend au modèle de l'appareil psychique, présenté par Freud dans l'aporétique chapitre VII de L'Interprétation des rêves (1900), le thème de la conscience comme organe de perception périphérique, en double contact, centripète et centrifuge, avec la réalité ex […] Lire la suite

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Spatialité de la pulsion »  : […] Cette plasticité du corps érogène, contigu au corps physiologique et presque homogène au dit du désir – à ceci près que le dit est du côté de l'interdit, alors que l'érogénéité vise la réalisation d'un plaisir inactualisable, mais figuré par pantomime –, se trouve redéfinie en 1915 par le concept de pulsion, qui lie des éléments hétérogènes : la poussée, le but, l' objet et la source. Tous ces ter […] Lire la suite

DEUIL

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 334 mots
  •  • 1 média

Dans le langage courant, le mot « deuil » renvoie à deux significations. Est appelé deuil l'état affectif douloureux provoqué par la mort d'un être aimé . Mais deuil signifie tout autant la période de douleurs et de chagrins qui suit cette disparition. Le deuil est donc constitutif d'une perte d'objet, au sens psychanalytique d'objet d'amour. Freud s'est intéressé dans son ouvrage Deuil et mélanc […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 692 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le psychisme postnatal »  : […] Schématiquement, les deux années qui suivent la naissance sont marquées, la première, par le processus de personnalisation, la suivante, par l'émergence de la communication verbale. Le psychisme, durant cette période, se développe à un rythme très rapide, de même que l'organisme. Le poids du cerveau du bébé passe d'environ 340 grammes à la naissance à 1 150 grammes à l'âge de deux ans (pour attei […] Lire la suite

FÉTICHISME, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 690 mots

L'attention portée par Freud à ce phénomène « du plus haut intérêt » qu'est le fétichisme, et qu'attesteront les remaniements successifs apportés aux premiers développements des Trois Essais sur la théorie de la sexualité , trouverait son emblème dans la double orientation du génie de Léonard de Vinci, partagé entre l'exigence du décryptage scientifique et la culture artistique du fantasme. Aussi […] Lire la suite

HASSOUN JACQUES (1936-1999)

  • Écrit par 
  • Jean-François de SAUVERZAC
  •  • 730 mots

Né en Égypte de parents français, juif athée, le psychanalyste Jacques Hassoun n'a jamais renoncé à l'héritage cosmopolite qui fut le sien ni renié son passé de militant. Emprisonné en Égypte lorsqu'il était communiste, il fut trotskiste, avant de défendre dans sa pratique et ses écrits la liberté du sujet. Polyglotte, grand connaisseur de l'hébreu et de l'arabe, la psychanalyse lui permit de rest […] Lire la suite

IDÉAL DU MOI, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 715 mots

Expression utilisée en psychanalyse pour désigner une instance psychique. C'est en 1923 que Freud, dans l'article Le Moi et le Ça , présente une organisation de l'appareil psychique qui se divise en trois instances : le ça, le moi et le surmoi. Ce dernier comprend l'idéal du moi. Dans cet article, Freud n'établit pas de nette distinction entre l'idéal du moi et le surmoi. Toutefois, la fonction de […] Lire la suite

IDENTIFICATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 375 mots

Dans le chapitre « De l'identification imaginaire à l'identification symbolique »  : […] Aussi bien l'alternative ouverte au stade spéculaire se répétera-t-elle au niveau des premiers investissements d'objet, le concern de Locke y trouvant son équivalent dans le « souci » ( cura ) de saint Augustin. « La force de l'amour est telle, nous dit un passage célèbre du De Trinitate , que les objets en lesquels l'âme s'est longtemps complu par la pensée et auxquels elle est devenue inhérente […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Carlos MAFFI, « OBJET, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/objet-psychanalyse/