OBJET, psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En psychanalyse, le mot « objet » renvoie en premier lieu à « l'objet sexuel » dont la toute première et plus simple définition est donnée par Freud en 1905 dans son texte Les Trois Essais : « la personne dont émane l'attraction sexuelle ». L'objet est donc essentiellement objet de la pulsion sexuelle, auquel celle-ci s'adresse, à la recherche de sa satisfaction.

La théorie freudienne

C'est en 1915, dans un texte intitulé Pulsions et destins de pulsions, que Freud précise et définit l'objet dans son rapport avec la pulsion. Si le but d'une pulsion est la satisfaction, l'objet est « ce en quoi et par quoi la pulsion peut atteindre son but ». Objet et pulsion sont donc intimement liés dans la théorie freudienne. Et cette liaison dérive des principes biologiques de reproduction et d'autoconservation sur lesquels Freud s'appuie pour développer ses concepts. Mais l'instinct humain et son objet gardent des particularités spécifiques.

Contrairement au circuit de l'autoconservation biologique, l'objet de la pulsion n'est pas, pour Freud, déterminé par avance par la phylogenèse de l'espèce : dans ce sens, l'objet est « ce qu'il y a de plus variable dans la pulsion, il ne lui est pas originellement connecté, au contraire il ne lui est adjoint qu'en raison de son aptitude à rendre possible la satisfaction ». Ainsi, on parle de « choix d'objet » pour signifier que c'est le sujet lui-même (et son histoire) qui, dans un moment de son évolution, s'adressera à un type particulier d'objet parmi d'autres, de « déplacement », pour montrer que la libido a la capacité de permuter ses objets, et de « fixation » pour signaler, à l'inverse, qu'une pulsion déterminée est restée nouée à un objet dont elle ne peut plus se dessaisir.

Du point de vue de son évolution psycho-sexuelle, le sujet part d'une étape autoérotique (dont les objets sont des fragments de son corps propre), il passe ensuite par une étape narcissique (dont l'objet est le propre moi ou le corps unifié) pour arriver enfin à faire un choix d'objet alloérotique (un autre), d'abord homosexuel puis hétérosexuel. Ces premiers choix d'objet se vérifient très tôt dans l'enfance, et se caractérisent donc par leur nature incestueuse (parents, frères et sœurs) et partielle (plaisir d'organe) ; cela a amené Freud à donner à cette sexualité précoce les qualificatifs de « perverse et polymorphe ».

Plus tard, au moment d'advenue de la puberté, aura lieu le choix d'objet sexuel définitif. Il se fera sur un des modèles de l'ancien objet infantile, mais sera cette fois-ci exogamique et organisé sous le primat de la zone érogène génitale. Dans ce sens, Freud nomme, dans son texte de 1915 Pour introduire le narcissisme, deux types généraux de choix d'objet chez l'homme : le type nommé « anaclitique » et le type « narcissique ». Le premier opère sur le modèle parental (mère nourricière, père protecteur) tandis que le second est fondé sur soi-même (celui qu'on est ou qu'on a été, celui qu'on voudrait devenir, celui qui a fait partie de nous-mêmes).

D'un point de vue génétique, cette première notion freudienne d'objet dérive de deux grandes lignes conceptuelles : en premier lieu, par son rapport étroit avec la notion de pulsion, l'objet hérite de l'épistémologie biologiste évolutionniste et naturaliste typique de l'époque freudienne. En effet, le concept de pulsion descend directement de celui d'instinct dont l'objet est la cible dans l'algorithme de la sélection naturelle. Si, comme Freud le dit, les pulsions sexuelles naissent par étayage sur les instincts d'autoconservation, l'objet sexuel, lui, est issu de la théorie relevant du modèle biologique. En second lieu, l'objet dérive aussi de la notion classique en philosophie qui oppose un sujet à un objet au centre d'une théorie de la connaissance, incorporation, cette fois-ci intellectuelle, de l'objet par le sujet. Cette situation changera substantiellement au cours de l'histoire contemporaine de la psychanalyse, particulièrement à partir de la troisième décennie du xxe siècle.

Après Freud

Les premières modifications viennent du mouvement psychanalytique anglo-saxon avec les travaux de Melanie Klein en Angleterre et le développement et le renforcement de la théorie des relations d'objet impulsée par un certain groupe d'analystes dont Ronald Fairbairn, Donald Winnicott, Michael Balint, Wilfred Bion.

L'analyse de très jeunes enfants a amené Melanie Klein à revoir la théorie freudienne considérant un objet purement passif au service de la décharge pulsionnelle. S'appuyant sur son expérience clinique et la découverte freudienne de l'animisme caractéristique de l'enfant, Klein donne des jeux à ses jeunes patients. Elle observe alors qu'ils font rapidement rentrer ces objets dans un complexe tissé des relations entre eux et avec l'enfant qui joue, et surtout que celui-ci les dote d'une « vie animique » tout à fait anthropomorphique qui fait déborder les objets d'intentions, de sentiments et de motivations envers lui. Plus tard, elle constate que même les sensations corporelles sont investies d'animisme par l'enfant : lorsque l'enfant ressent une douleur – la faim par exemple –, il ne voit pas là la poussée d'une pulsion insatisfaite mais le résultat de l'action d'un « mauvais objet » dont la motivation est de lui faire du mal. Ainsi, le manque d'un objet de satisfaction – la nourriture dans l'exemple précédent – n'est plus perçu comme un manque d'objet (tel serait le cas pour Freud) mais paradoxalement comme la présence d'un certain type d'objet destructeur et mauvais. Le changement de cap du point de vue épistémologique est donc radical : on ne parle plus d'objet dans son sens plus naturel et biologique mais dans un sens symbolique. L'objet serait désormais « construit » fantasmatiquement par le sujet et inversement le sujet serait influencé par le monde que lui-même construit.

Placés au cœur du grand bouleversement paradigmatique du xxe siècle, les auteurs anglais ne sont pas étrangers à l'influence révolutionnaire que la linguistique, la sémiotique, la théorie des formes symboliques, la théorie de la communication, etc., produisent dans le vaste horizon des sciences humaines. Les objets en général et l'objet psychanalytique en particulier ne seront plus jamais perçus de la même manière. De même que, pour toutes les sciences humaines, l'appréhension de la réalité est médiatisée par les systèmes du langage, pour la psychanalyse de l'après-guerre, l'objet est toujours d'abord fantasmé par le sujet tandis que l'entourage physique sera intégré par le sujet non pas tant au moyen des représentations psychiques dépendant des organes du sens que par des formations de symboles et des processus complexes de projection et d'introjection des parties du « self » et du monde.

En France, où la pensée de Lacan domine largement l'horizon des idées psychanalytiques de la deuxième moitié du xxe siècle, la position à l'égard de l'objet poursuit avec quelques modifications des idées de Klein. Ainsi, pour Lacan, « l'objet petit a » représente dans l'algèbre psychique non un objet de la satisfaction mais au contraire un objet du manque, un objet que le sujet ne retrouvera jamais plus et qui sera la cause de son désir, toujours insatisfait. Comme on peut l'entrevoir avec ces propos, ces changements de position ne se limitent pas à la définition de l'objet en psychanalyse mais visent une profonde révolution dans l'épistémologie de cette discipline dont l'objet n'est qu'un des termes.

—  Carlos MAFFI

Écrit par :

  • : docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse, université de Paris-VII, psychanalyste

Classification


Autres références

«  OBJET, psychanalyse  » est également traité dans :

ABRAHAM KARL (1877-1925)

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 561 mots
  •  • 1 média

Psychanalyste allemand, un des plus fidèles et des plus orthodoxes disciples de Freud. Né à Brême dans une famille juive hanséatique, Karl Abraham reçoit d'abord une formation médicale classique. C'est à Zurich, dans la clinique du Burghölzli, fondée par C. G. Jung, qu'il s'initie à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-abraham/#i_22683

AMBIVALENCE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 177 mots
  •  • 1 média

tout ce qui est extérieur se découvre dans la haine en tant que source de déplaisir. La haine considérée comme relation d'objet est donc plus ancienne que l'amour. Pour Freud, l'objet naît donc dans la haine. Au stade sadique-anal, l'organisation libidinale étayée sur la fonction physiologique vitale de défécation est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambivalence-psychanalyse/#i_22683

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La psychose »  : […] de préserver les bonnes parties du moi, tout en exerçant un contrôle par agression sur l'objet externe. Par la suite, ces parties projetées peuvent être réintrojectées sous forme de contenus plus supportables pour le nourrisson, du fait – précise Bion, qui complète ainsi la thèse de Melanie Klein – de l'action d'un « contenant », le bon sein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilfred-r-bion/#i_22683

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Spatialité de la pulsion »  : […] 1915 par le concept de pulsion, qui lie des éléments hétérogènes : la poussée, le but, l'objet et la source. Tous ces termes concernent le corps : la poussée, dit Freud, c'est le facteur moteur de la pulsion et, si l'origine de ce concept doit être cherchée dans le domaine thermodynamique, où elle se définit comme exigence de travail, cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-le-corps-et-la-psychanalyse/#i_22683

DEUIL

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 334 mots
  •  • 1 média

Dans le langage courant, le mot « deuil » renvoie à deux significations. Est appelé deuil l'état affectif douloureux provoqué par la mort d'un être aimé. Mais deuil signifie tout autant la période de douleurs et de chagrins qui suit cette disparition. Le deuil est donc constitutif d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuil/#i_22683

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 692 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le psychisme postnatal »  : […] lui viennent de sa relation avec la personne maternante, cette dernière se constitue en objet interne, « objet » dont Melanie Klein a étudié la formation au cours de la première année : « L'enfant qui se trouvait à l'intérieur de la mère, dit-elle, place maintenant la mère à l'intérieur de lui » (1957). En raison de la place centrale qu'a toujours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-la-petite-enfance/#i_22683

FÉTICHISME, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 690 mots

L'attention portée par Freud à ce phénomène « du plus haut intérêt » qu'est le fétichisme, et qu'attesteront les remaniements successifs apportés aux premiers développements des Trois Essais sur la théorie de la sexualité, trouverait son emblème dans la double orientation du génie de Léonard de Vinci, partagé entre l'exigence du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fetichisme-psychanalyse/#i_22683

HASSOUN JACQUES (1936-1999)

  • Écrit par 
  • Jean-François de SAUVERZAC
  •  • 730 mots

pas été symbolisé, ne peut ouvrir au changement. La répétition dans le symptôme « n'est pas un agir mais une actualisation ». Il met à la question l'objet en psychanalyse dans une trilogie (Les Passions intraitables, La Cruauté mélancolique, L'Obscur Objet de la haine) et montre clairement que l'objet, cause du désir dans la théorie de Lacan, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-hassoun/#i_22683

IDÉAL DU MOI, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 715 mots

Expression utilisée en psychanalyse pour désigner une instance psychique. C'est en 1923 que Freud, dans l'article Le Moi et le Ça, présente une organisation de l'appareil psychique qui se divise en trois instances : le ça, le moi et le surmoi. Ce dernier comprend l'idéal du moi. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideal-du-moi-psychanalyse/#i_22683

IDENTIFICATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 376 mots

Dans le chapitre « De l'identification imaginaire à l'identification symbolique »  : […] celle-ci s'en dissocie : en un mot, l'identification est bien assimilation à un objet, mais en tant que cet objet est un objet perdu, assimilation à sa trace en tant qu'il est perdu. Il est vrai que le « souci » augustinien n'est pas sans analogie avec le moment répétitif caractéristique de l'investissement libidinal chez Freud, de même que l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identification/#i_22683

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au-delà de la communication »  : […] (mécanique représentable par le graphe) ; de celle-ci à la double définition de l'«  objet a », objet, mais aussi, et plus profondément, cause du désir de par son statut de reste sur le fondement de la coupure subjective (dynamique représentable par les surfaces topologiques) ; de cette déduction à la logique du type de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-et-imagination/#i_22683

INTROJECTION

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 502 mots

Terme utilisé en psychanalyse et introduit en 1909 par Sandor Ferenczi (« Introjektion und Übertragung » — « Introjection et transfert » —, in Jahrbuch für Psychoanalyse, vol. I). Pour cet auteur, et en première approche, l'introjection caractérise d'abord les névrosés par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/introjection/#i_22683

KLEIN MELANIE (1882-1960)

  • Écrit par 
  • Jean-Bertrand PONTALIS
  •  • 2 230 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La psychanalyse kleinienne »  : […] bien avant que ne s'institue la phase génitale et que ne soient pris en considération des objets « totaux » : seuls sont en cause des objets « partiels » (sein, fèces, pénis), entre lesquels s'opère tout un jeu d'équivalences. Notons ici la position particulière qu'occupe Melanie Klein dans le débat psychanalytique quant à l'importance de la phase […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melanie-klein/#i_22683

LACAN JACQUES (1901-1981)

  • Écrit par 
  • Patrick GUYOMARD
  •  • 6 767 mots

Dans le chapitre « Concepts et « mathèmes » »  : […] cette opération, il y a un reste, qui représente la perte du sujet. C'est un objet au statut particulier dit « objet petit a ». Reste produit, déchet de l'opération signifiante, objet perdu, cause du désir, où se symbolisent aussi le réel irréductible et l'être évanescent du sujet aliéné dans le signifiant. À ces lettres, il faut ajouter Φ, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-lacan/#i_22683

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Auto-érotisme et choix d'objet »  : […] La pulsion sexuelle infantile était jusqu'ici essentiellement auto-érotique ; elle va maintenant découvrir l'objet sexuel. Elle provenait de pulsions partielles et de zones érogènes qui, indépendamment les unes des autres, recherchaient comme unique but de la sexualité un certain plaisir. Maintenant, un but sexuel nouveau est donné, à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_22683

MÉLANCOLIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 3 001 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Psychanalyse et philosophie »  : […] à celui du deuil, Freud explique l'impossibilité pour le sujet de se séparer de l'objet perdu et de réinvestir son énergie ainsi libérée sur un substitut. Mais, alors que le deuil se termine après un temps plus ou moins long selon les individus, la mélancolie s'installe au contraire sous la forme de l'incorporation de l'objet perdu par le sujet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melancolie/#i_22683

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 469 mots

Dans le chapitre « La psychanalyse comme « science des mirages » »  : […] acteur et le moteur. Ainsi cette formule difficile, mais complète : « Le sujet est, si l'on peut dire, en exclusion interne à son objet » rend-elle possible l'évaluation critique du couple intérieur-extérieur, sur lequel repose la psychologie philosophique du moi. L'objet du sujet, c'est l'objet du désir, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_22683

NARCISSISME

  • Écrit par 
  • Michèle MONTRELAY
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Narcissisme et état amoureux »  : […] nous appelons « nous-même »), rapport dénommé par Freud relation d'objet, parce qu'il pose le monde comme une collection d'objets séparés, identiques à eux-mêmes, suppose donc un refoulement, une sorte d'oubli de nos liens archaïques avec le monde. La tentative de « passer » ce refoulement, cet oubli, mène l'homme à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcissisme/#i_22683

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un processus psychologique »  : […] comme substitut ; et, antérieurement, c'est encore la nostalgie qui le fait choisir un objet à l'image des premiers objets d'amour, ceux-là mêmes qui lui ont prodigué les soins sans lesquels le nourrisson n'aurait pu survivre. Freud résume alors l'importance d'un tel concept pour l'explication du fonctionnement psychique dans les termes suivants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_22683

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phases de l'organisation sexuelle et intersubjectivité »  : […] » Celle-ci, d'ailleurs, « peut être comparée à l'exagération de la valeur sexuelle de l'objet qu'on observe dans la vie amoureuse ». Ainsi, « pour la première fois un trait d'une affection psychotique nous est révélé par sa confrontation avec la vie amoureuse normale ». Comparons ces suggestions avec l'apport du cas Schreber : « L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_22683

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Les couples opposés de pulsions partielles »  : […] On peut supposer que les deux rôles complémentaires du sadomasochisme, dans la mesure où ils supposent une certaine indépendance du sujet due à l'émergence de l'objet, aménagent de façon plus différenciée le sujet-objet de la voix moyenne réfléchie qui définit le narcissisme et qu'ils permettent ainsi un meilleur contrôle de la vie pulsionnelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_22683

PSYCHANALYSE & PEINTURE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 7 908 mots

Dans le chapitre « Une esthétique « économique » libidinale »  : […] révolution cézannienne et postcézannienne, s'il s'est obstiné à traiter l'œuvre comme un objet recélant un secret, à y retrouver des formes liées comme le fantasme du vautour, c'est bien parce que pour lui le statut de l'image est celui d'une signification déchue, occultée, qui se représente en son absence. Les images et donc les œuvres sont pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-peinture/#i_22683

PULSION

  • Écrit par 
  • André GREEN
  •  • 4 581 mots

Dans le chapitre « L'appareil pulsionnel »  : […] L'objet, qui est le troisième élément, constitue le moyen par lequel la pulsion peut atteindre son but. C'est au niveau de l'objet que l'ambiguïté du fonctionnement pulsionnel est la plus grande. Car, d'autre part, il existe une tendance à la fixation aux premiers objets, mais, d'autre part, le caractère aléatoire de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pulsion/#i_22683

PULSIONS PARTIELLES

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 537 mots

Dans la psychanalyse freudienne, l'expression de pulsion partielle (Partialtrieb) désigne les pulsions en tant que spécifiées par leur but et par leur source organique. C'est dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905) que Freud introduit cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pulsions-partielles/#i_22683

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Dans le chapitre « Des pulsions partielles au concept de castration »  : […] de cette pulsion et non pas l'union sexuelle, et quant à son objet, qui ne s'identifie en rien avec le partenaire sexuel. La sexualité humaine se présente donc ici avec un caractère typiquement écartelé, morcelé. De plus, l'objet lui-même est « substituable », interchangeable et à la limite indifférent – un coin de mouchoir peut parfaitement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualite-psychanalyse/#i_22683

SPITZ RENÉ ARPAD (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 893 mots

Psychiatre autrichien, né à Vienne, René Spitz, après des études de médecine à Budapest, à Lausanne et à Berlin, se tourne vers la psychanalyse et entreprend des recherches dans le service de psychologie expérimentale infantile de Charlotte Bühler à Vienne. Établi aux États-Unis, il devient professeur de psychologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-arpad-spitz/#i_22683

SURMOI

  • Écrit par 
  • Jean-Michel VAPPEREAU
  •  • 5 140 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De l'identification aux trois instances »  : […] En effet, d'après leur pliure et leur fermeture, l'Idéal du moi trouve secondairement son objet afin que se réalise l'identification première (I identifié à i). Ces raisons et l'hésitation admirable que manifeste Freud à propos du caractère paternel ou parental du surmoi nous conduisent à faire partir de l'objet primordial qu'est la mère la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surmoi/#i_22683

WINNICOTT DONALD WOODS (1896-1971)

  • Écrit par 
  • François GANTHERET
  •  • 2 204 mots

Dans le chapitre « Les concepts principaux »  : […] Ce procès de découverte-création de l'objet (object-presenting), ainsi que le rôle qu'y joue l'environnement, est capital pour Winnicott, qui le situe dans trois moments ou fonctions de l'apport environnemental : le holding de l'enfant, c'est-à-dire le fait qu'il soit tenu (et maintenu) ; le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donald-woods-winnicott/#i_22683

Voir aussi

Pour citer l’article

Carlos MAFFI, « OBJET, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet-psychanalyse/