OB ou OBI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractéristiques environnementales

Géographie physique

Le bassin de l'Ob est constitué à 85 p. 100 environ par la plaine de Sibérie occidentale. Il s'étend également, au sud, dans les plaines étagées de Tourgaï (Kazakhstan) et les petites collines bordant le nord du Kazakhstan et, au sud-est, dans plusieurs chaînes (Alatau de Kouznetsk, Salaïr, Altaï) et leurs piémonts.

Le bassin de l'Ob compte plus de 1 900 rivières, dont la longueur totale atteint 180 000 kilomètres. L'Irtych, affluent de rive gauche long de 4 250 kilomètres, draine à lui seul 1 593 000 kilomètres carrés, soit davantage que la superficie drainée par le cours supérieur et moyen de l'Ob en amont de la confluence de l'Irtych. Près de 70 p. 100 du bassin est drainé par les affluents de rive gauche. Cet immense bassin s'étend à travers de nombreuses zones naturelles. Des zones semi-désertiques prédominent dans l'extrémité sud, autour du lac Zaïsan (qui reçoit l'Irtych noir et constitue la source de l'Irtych proprement dit). Elles sont bordées au nord par des steppes herbeuses. Le centre de la plaine de Sibérie occidentale, soit plus de la moitié du bassin, est couvert de taïga et de grandes zones marécageuses. Le nord enfin présente de vastes étendues de toundra.

Le cours supérieur de l'Ob va de la jonction de la Biïa et de la Katoun à la confluence du Tom. Le cours moyen descend jusqu'à la jonction du Tom et de l'Irtych. Le cours inférieur va de la confluence de l'Irtych au golfe de l'Ob. La Biïa et la Katoun prennent leur source dans les monts Altaï, respectivement dans le lac Telets et dans les glaciers du mont Belukha, plus au sud. À partir de leur jonction, près de Biïsk, le cours supérieur de l'Ob s'écoule d'abord vers l'ouest, puis reçoit, sur sa rive gauche, la Pechanaya, l'Anouy et la Tcharych. Dans cette section, le fleuve présente des rives alluvionnaires basses et un lit parsemé d'îles et de bancs de sable. Sa dénivellation est en moyenne de 20 centimètres par kilomètre. À partir de la confluence de la Tcharyc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : chercheur à l'institut de géographie de l'Académie des sciences russes, Moscou
  • : professeur assistant de géologie à l'université de Californie, Riverside
  • : professeur de géographie à l'université de l'ouest du Michigan, Kalamazoo

Classification


Autres références

«  OB ou OBI  » est également traité dans :

NOVOSSIBIRSK

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 421 mots
  •  • 1 média

Métropole incontestée de la Sibérie, Novossibirsk, capitale de la région administrative du même nom, est, avec 1,4 million d'habitants en 2007, la troisième ville de Russie. L'essor de cette ville, née pour ainsi dire du chemin de fer , symbolise bien les succès remportés dans l'aménagement pionnier de la Sibérie moderne, tout comme la croissance de son homologue nord-américain, Chicago, résume le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/novossibirsk/#i_22738

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 550 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Avantages et contraintes de l'immensité »  : […] De Kaliningrad au détroit de Béring, la Russie s'étend sur 10 000 kilomètres ; des îles Severnaïa Zemlia (îles de la Terre du Nord) à la frontière chinoise, sur 3 500 kilomètres. Une telle étendue multiplie les ressources minières, mais de telles distances ne peuvent qu'en contrarier la mise en valeur. À l'ouest, la plate-forme russe alterne vastes dépressions (100 à 200 m d'altitude) et immenses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_22738

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La dualité de la Sibérie occidentale »  : […] La Sibérie occidentale correspond au bassin de l'Ob, qui juxtapose deux situations antinomiques. Au sud, l'interfluve Ob-Aral est occupé par la steppe boisée, qui recouvre des tchernoziums dégradés par l'humidité insuffisante. Parcourue par le Transsibérien, cette zone est vouée à l'agriculture mécanisée. À la lisière des déserts d'Asie centrale, le principal aléa auquel elle est soumise est la sé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/#i_22738

Voir aussi

Pour citer l’article

Liliya Konstantinovna MALIK, Lewis OWEN, Philip P. MICKLIN, « OB ou OBI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ob-obi/