NUTRITION ARTIFICIELLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Nutriments apportés par voie parentérale ou latérale

Nutriments apportés par voie parentérale ou latérale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Voies parentérales

Voies parentérales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nutrition artificielle : accès veineux

Nutrition artificielle : accès veineux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Maladies digestives

Maladies digestives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Nutrition artificielle par voie digestive : nutrition entérale

La nutrition entérale est la voie la plus simple et la plus physiologique d'assistance nutritive. Le lieu de délivrance est en général intragastrique, à l'aide d'une sonde introduite par voie nasale, dont la souplesse (élastomère de silicone) et le petit calibre assurent une parfaite tolérance. L'instillation directement dans l'estomac (par une sonde de gastrostomie) ou dans l'intestin grêle (par une sonde chirurgicale de jéjunostomie) est nécessaire lorsque la partie haute du tube digestif n'est pas perméable. Une nutrition entérale efficace et bien tolérée implique deux principes techniques fondamentaux : la lenteur (de 1 à 3 ml/min) et le caractère continu (de 12 h à 24 h par jour) de l'instillation alimentaire. L'usage d'une pompe assurant la régulation du début est habituel : la perfusion des nutriments par simple gravité est possible, lorsqu'une pompe d'infusion n'est pas disponible. Les aliments utilisés peuvent être élémentaires, c'est-à-dire prédigérés (acides aminés, monosaccharides), en cas de lésions intestinales étendues compromettant les fonctions d'absorption. Lorsque l'intestin grêle est encore fonctionnel, une alimentation semi-élémentaire, composée de nutriments moins dégradés (extraits de protéines totales du lait, poudres sucrées à haute teneur en polyglucose, graisses à chaîne moyenne), voire non dégradés, peut être utilisée. Minéraux, oligo-éléments et vitamines sont systématiquement et quotidiennement ajoutés. Les aliments utilisés en nutrition entérale sont habituellement dépourvus de résidus et absorbés sur toute la hauteur de l'intestin grêle : le colon est « mis au repos ». Les nutriments sont préparés, mélangés et conservés dans des conditions de stricte propreté en cas de préparation artisanale, voire d'asepsie en cas de préparation industrielle. L'usage d'un système d'agitation des mélanges nutritifs est utile pour maintenir leur parfaite homogénéité, en nutrition entérale classique chez le malade alité. Mais la nutrition entérale a [...]

Voies parentérales

Voies parentérales

Dessin

Principaux sites et voies d'administration de la nutrition entérale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur de gastro-entérologie, chef de service de gastro-entérologie et d'assistance nutritive au C.H.U. de Poitiers

Classification


Autres références

«  NUTRITION ARTIFICIELLE  » est également traité dans :

DÉNUTRITION

  • Écrit par 
  • Jean TRÉMOLIÈRES
  •  • 3 900 mots

Dans le chapitre « Voie parentérale »  : […] L' alimentation parentérale n'est qu'une méthode alimentaire d'exception. Elle est en effet difficile à réaliser et généralement insuffisante. Il convient donc de la réserver aux cas où l'alimentation par voie digestive est absolument impossible, car celle-ci, si difficile soit-elle à faire accepter ou à réaliser, donne en général de meilleurs résultats. Son rôle est de limiter la progression d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denutrition/#i_94450

THÉRAPEUTIQUE - Réanimation

  • Écrit par 
  • Maurice GOULON, 
  • François NOUAILHAT
  •  • 3 607 mots

Dans le chapitre « Nutrition »  : […] Les apports nutritionnels doivent être élevés pour éviter le catabolisme tissulaire ; quand la voie orale est impossible, on procède soit par sonde gastrique, soit par perfusions veineuses continues. Il faut surveiller les apports par sonde gastrique chez les malades qui ne sont ni intubés, ni trachéotomisés, pour éviter les fausses routes dans les voies respiratoires ; il existe maintenant des p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-reanimation/#i_94450

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MATUCHANSKY, « NUTRITION ARTIFICIELLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition-artificielle/