NOYAU ATOMIQUE

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Noyau atomique

  • Écrit par 
  • Luc VALENTIN
  •  • 10 308 mots
  •  • 17 médias

La découverte d'un noyau minuscule au centre de l'atome date du début du siècle (Rutherford, 1911), mais c'est celle du neutron (Chadwick, 1932) qui lança la physique nucléaire sur ses bases actuelles. Depuis lors, en effet, on admet qu'un noyau de numéro atomique Z et de nombre de masse  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-noyau-atomique/#i_14603

ALPHA RAYONNEMENT

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 185 mots

Rayonnement le moins pénétrant émis par les substances radioactives, sous la forme de noyaux d'hélium 4. Il avait été reconnu dès 1903 par Ernest Rutherford comme formé de particules chargées positivement et de masse proche de celle de l'atome d'hélium. La théorie de la désintégration alpha fut proposée en 1927 par George Gamow, Ronald Gurney et Edward U. Condon. La réaction ( A , Z ) → ( A  — 4, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-alpha/#i_14603

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Antimatière en laboratoire »  : […] Les particules de l'espace interplanétaire arrivant dans l'atmosphère y subissent des collisions et modifient ainsi l'énergie des particules qu'elles rencontrent. Si leur vitesse est suffisante, elles peuvent créer des paires électron- positon au cours de ces chocs, en libérant leur énergie cinétique. Ce sont les positons créés par ce processus qui ont été observés par Anderson. C'est seulement en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimatiere/#i_14603

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'atome de Rutherford »  : […] L'atome, selon Thomson, était constitué de charges positives dont la distribution spatiale la plus simple se déploie sur toute une sphère de rayon égal au rayon atomique, de l'ordre de 10 —8 cm d'après les déterminations de la théorie cinétique des gaz. Dans un atome neutre, des électrons seraient enclos dans cette sphère, où ils seraient animés d'un mouvement de vibration, leur charge totale éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_14603

BOHR ATOME DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 370 mots
  •  • 1 média

Deux ans après avoir soutenu sa thèse sur la théorie électronique des métaux, le physicien danois Niels Bohr (1885-1962) écrit en 1913 trois articles fondamentaux qui révolutionnent la compréhension de la structure de la matière. Le premier, paru le 5 avril dans le Philosophical Magazine , est titré « Sur la constitution des atomes et des molécules ». Bohr prend pour point de départ la découvert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome-de-bohr/#i_14603

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structure hyperfine et effets isotopiques »  : […] Les rayons des noyaux des atomes sont de l'ordre de 10 —15  m, et donc très petits par rapport à la distance caractéristique entre les électrons et le noyau, laquelle est d'environ 10 —10  m. Les noyaux étant aussi beaucoup plus lourds que les électrons, on peut, avec une très bonne approximation, assimiler les noyaux à des charges ponctuelles positives fixes. Cependant, la grande précision des ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-atomique/#i_14603

BÊTA RAYONNEMENT

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 172 mots

Forme de radioactivité dans laquelle un noyau émet un électron et un antineutrino (rayon bêta moins) ou un positron et un neutrino (rayon bêta plus). Ce processus donne naissance à un autre noyau ayant un neutron de moins et un proton de plus que le noyau initial. Les travaux de Wolfgang Pauli, Francis Perrin et Enrico Fermi permirent de comprendre en 1932-1934 que la désintégration bêta moins ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-beta/#i_14603

BOHR AAGE (1922-2009)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 424 mots

Né le 19 juin 1922 à Copenhague et mort le 8 septembre 2009 dans sa ville natale, Aage Bohr est le quatrième fils du pionnier de la physique atomique, Niels Bohr (Prix Nobel de physique en 1922), et côtoie dès son enfance tous les fondateurs de la physique quantique qui séjournaient fréquemment à l'Institut de physique théorique de Copenhague (qui deviendra plus tard l'institut Niels-Bohr) où la f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aage-bohr/#i_14603

BOHR NIELS (1885-1962)

  • Écrit par 
  • Léon ROSENFELD
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie des réactions nucléaires »  : […] Les réactions induites par impact de neutrons lents sur les noyaux présentent, pour un intervalle donné de valeurs de l'énergie du neutron incident, une grande prédominance de la capture de celui-ci par le noyau-cible : cela ne pouvait s'expliquer si l'on représentait l'interaction entre le neutron et le noyau par un simple potentiel attractif. En 1936, Bohr se rendit compte que pour sortir de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niels-bohr/#i_14603

COSMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 9 326 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La nucléosynthèse primordiale »  : […] Pendant ses trois premières minutes d'existence, l'Univers ne contient que des particules individuelles (on ne peut dire libres car la densité est si élevée qu'elles interagissent toutes entre elles ; néanmoins, elles ne sont pas liées dans des structures telles que des noyaux d'atomes) : essentiellement des neutrons, des protons et des électrons pour la matière, des photons et des neutrinos pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cosmologie/#i_14603

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 829 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Radioactivité et théorie du noyau atomique »  : […] D'abord simplement identifiés, les rayonnements α, β et γ (ces derniers de même nature que les rayons X) font l'objet de mesures d'intensité et d'énergie, et des relations énergétiques apparaissent entre les rayonnements accompagnant une même transmutation. On admet l'hypothèse que les noyaux stables (ou ceux qui sont radioactifs, avant leur transmutation) possèdent une énergie interne, que la lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-curie/#i_14603

DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 867 mots

1896 Après la découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm C. Röntgen en 1895, de nombreux savants recherchent des sources naturelles de rayons X. Le physicien français Henri Becquerel découvre fortuitement que des sels d'uranium émettent des rayons nouveaux, qu'il appelle « uraniques ». 1897 Joseph J. Thomson et divers savants britanniques, allemands et néerlandais (dont P. Zeeman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-radioactivite-a-la-fission-de-l-atome-reperes-chronologiques/#i_14603

DESCRIPTION DE L'ATOME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 104 mots

Ernest Rutherford (1871-1937) propose en 1911 un modèle planétaire de l'atome. L'interprétation des résultats expérimentaux obtenus par ses collaborateurs Hans Geiger et Ernest Marsden sur la déviation violente des rayons α une mince feuille d'or lui permet de comprendre qu'un atome est constitué d'un noyau extrêmement dense et chargé positivement, entouré par des électrons. En 1913, le physicien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-de-l-atome/#i_14603

DINEUTRON

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 365 mots

Un nouveau mode de désintégration nucléaire vient d'être observé par une équipe de physiciens américains, dirigée par Artemis Spyrou, du cyclotron supraconducteur de l'université du Michigan à East Lansing. Ils ont en effet observé l' émission d'une paire de neutrons par l'isotope 16 du béryllium, un isotope très riche en neutrons puisque son noyau ne contient que quatre protons mais douze neutro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dineutron/#i_14603

ÉNERGIE - La notion

  • Écrit par 
  • Julien BOK
  •  • 7 639 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Énergie nucléaire »  : […] Les réactions nucléaires peuvent ainsi libérer une énergie cinétique considérable. Les noyaux des atomes sont composés de deux types de particules appelées nucléons : les protons et les neutrons. Les protons, ou noyaux d'hydrogène, ont une masse m p  = 1,672 5  .  10 —27  kg et une charge positive e  = 1,6  .  10 —19  C, qui est, en valeur absolue, la même que celle de l'électron. Les neutrons, ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/energie-la-notion/#i_14603

ÉTAT, physique atomique et nucléaire

  • Écrit par 
  • Pierre MOYEN
  •  • 220 mots

Description la plus complète d'un atome ou d'un noyau. Dans le formalisme de Heisenberg, un état correspond à un vecteur propre de la matrice décrivant le système. À un état correspond une valeur de l'énergie et une seule, que le système soit placé ou non dans un champ extérieur, mais plusieurs états peuvent avoir la même énergie : on dit alors qu'il y a dégénérescence. Dans le formalisme matric […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-physique-atomique-et-nucleaire/#i_14603

FERMI ENRICO (1901-1954)

  • Écrit par 
  • P. M. HEIMANN, 
  • Eduardo de RAFAEL
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Recherches sur le noyau de l'atome »  : […] Fermi s'intéressa ensuite au problème de la constitution du noyau atomique, et particulièrement à sa désintégration β — (émission d'électrons par des noyaux radioactifs). Pour fournir une explication de ce phénomène qui rende compte de la loi de conservation de l'énergie, Wolfgang Pauli avait imaginé que des particules hypothétiques étaient émises en même temps que les électrons. En 1934, Fermi a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enrico-fermi/#i_14603

GAMMA RAYONNEMENT

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 128 mots

Rayonnement électromagnétique de grande énergie dû à une désexcitation d'un noyau atomique. Il est d'abord observé en 1900 par le chimiste français Paul Ulrich Villard (1860-1934) comme l'émission par un échantillon de radium de rayons au pouvoir pénétrant très supérieur à celui des rayons β. Henri Becquerel confirme très rapidement cette découverte dans son laboratoire du Jardin des Plantes. Vil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-gamma/#i_14603

GÉOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure PONS
  •  • 2 060 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Isotopes radioactifs »  : […] Un isotope radioactif est constitué d'un noyau atomique instable qui se désintègre spontanément en un noyau plus stable (isotope radiogénique) en émettant de l'énergie sous forme d'un rayonnement. Par exemple, lors du processus de désintégration β – , le noyau instable père émet un électron (particule β – ) et un antineutrino (ν). C'est le cas du couple rubidium (père) - strontium (fils) : La prob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geochimie/#i_14603

GOEPPERT-MAYER MARIA (1906-1972)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 490 mots

Née le 28 juin 1906 à Katowice en haute Silésie (alors en Allemagne) et décédée le 20 février 1972 à San Diego (Californie), Maria Goeppert est issue d'une lignée d'universitaires depuis sept générations. Après des études à Göttingen, où elle passe son doctorat de physique théorique en 1930 sous la direction de Max Born, elle épouse le physico-chimiste américain Joseph E. Mayer, qui est alors l'as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maria-goeppert-mayer/#i_14603

HEISENBERG WERNER KARL (1901-1976)

  • Écrit par 
  • Léon ROSENFELD
  •  • 3 503 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problèmes atomiques et nucléaires »  : […] Dès que la mécanique quantique fut consolidée, et surtout dès qu'elle eut absorbé l'aspect « ondulatoire » mis en évidence par Louis de Broglie et développé par Erwin Schrödinger, il était naturel qu'elle s'attaquât aux problèmes qui dépassaient la portée des méthodes antérieures. Parmi ceux-ci s'offrait tout d'abord celui de l'atome d'hélium, atome composé de deux électrons liés au noyau. Les ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/werner-karl-heisenberg/#i_14603

HERZBERG GERHARD (1904-1999)

  • Écrit par 
  • Christian JUNGEN
  •  • 888 mots

Physicien canadien d'origine allemande né le 25 décembre 1904 à Hambourg et décédé le 3 mars 1999 à Ottawa. Gerhard Herzberg, grand physicien expérimentateur, a dominé pendant un demi-siècle la physique moléculaire et la spectroscopie optique, science qui détermine la structure interne des molécules et des atomes à partir de la lumière qu'ils émettent ou absorbent. Pendant les années 1920, il a é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerhard-herzberg/#i_14603

INTERACTIONS (physique) - Interaction électrofaible

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 109 mots
  •  • 4 médias

La première manifestation de l'interaction nucléaire faible qu'on a observée est la désintégration β – de certains noyaux atomiques. Cette transmutation d'un élément vers un autre provient de la transformation d'un neutron en un proton avec émission d'un électron et d'un antineutrino. La radioactivité β + est une réaction très semblable où un noyau se désintègre en émettant un positon et un n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-interaction-electrofaible/#i_14603

INTERACTIONS (physique) - Interaction nucléaire forte

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 945 mots
  •  • 4 médias

L' interaction nucléaire forte, longtemps inaccessible, est responsable de la cohésion des divers noyaux atomiques. Sa compréhension a nécessité l'usage d'accélérateurs de particules, seuls outils capables de sonder la matière jusqu'à l'échelle où elle joue un rôle dominant. Sa description actuelle se fonde sur la théorie quantique des champs de quarks et de gluons. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-interaction-nucleaire-forte/#i_14603

JAUGE THÉORIE DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 476 mots

Les expériences de diffusion d'électrons sur les protons posaient depuis 1968 une énigme aux physiciens des particules élémentaires. Le physicien américain James D. Bjorken avait en effet démontré qu'elles étaient très difficilement interprétables à moins d'admettre que les électrons étaient diffusés sur des sous-constituants des nucléons et que ceux-ci – qu'il appelait « partons » – étaient qua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-jauge/#i_14603

JENSEN JOHANNES HANS DANIEL (1907-1973)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 340 mots

Fils d'un jardinier, Johannes Hans Daniel Jensen naît le 25 juin 1907 à Hambourg et meurt le 11 février 1973 à Heidelberg (Allemagne). Après des études à Hambourg et à Fribourg-en-Brisgau, il passe sa thèse en 1932, puis devient assistant à l'institut de physique théorique de l'université de Hambourg. Professeur à l'université de Hanovre à partir de 1941, il y poursuit des recherches sur la struct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-hans-daniel-jensen/#i_14603

MATÉRIALISATION, physique

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 322 mots

On appelle matérialisation toute transformation d'énergie en matière ; le seul processus connu de matérialisation est celui du photon d'énergie h ν qui se convertit, au voisinage d'un noyau, en une paire électron-positron. Le phénomène ne peut avoir lieu dans le vide, où serait impossible la conservation du quadrivecteur énergie-impulsion du photon initial ; de plus, il est nécessaire que l'énergi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materialisation-physique/#i_14603

MATIÈRE (physique) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 2 003 mots

L e mot « matière » cache sous sa généralité abstraite une origine concrète fort éclairante. En latin archaïque, materia appartient à la langue rustique et désigne la substance dont est fait le tronc de l'arbre, en tant qu'elle est productrice (de branches, de feuilles). L'élargissement successif des sens du mot, d'abord dans la langue commune, à des matériaux variés, puis, dans la langue philoso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-vue-d-ensemble/#i_14603

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

La matière se présente principalement sous trois états simples : gazeux, liquide et solide . Ce qui distingue l'état solide des deux autres états est l'incapacité d'une masse solide à épouser la forme du récipient dans lequel on la place ; en revanche, un gaz s'empresse d'envahir tout le volume qu'on lui offre et un liquide prend la forme de la partie du récipient qui le contient. Ce qui caractér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_14603

MOLÉCULE

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 309 mots

On dit souvent qu'une molécule est la plus petite entité d'une substance pouvant exister à l'état libre. En fait, la notion de molécule est bien plus complexe. Une observation toute banale peut être le point de départ de recherches fructueuses. Il suffit par exemple de regarder un morceau de sucre se dissoudre dans une tasse de thé. On voit de fines traînées se développer à partir du morceau de su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/molecule/#i_14603

MOSELEY HENRY GWYN-JEFFREYS (1887-1915)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 461 mots

Physicien britannique, né à Weymouth, dans le Dorset, qui a démontré expérimentalement (par l'analyse des spectres de rayons X) que les propriétés physiques et chimiques des éléments sont déterminées par le nombre atomique, et non par la masse atomique, établissant ainsi la notion de nombre atomique (proposée un an auparavant par le Néerlandais Van den Broeck). Ce nombre est égal au nombre des pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-gwyn-jeffreys-moseley/#i_14603

MÖSSBAUER EFFET

  • Écrit par 
  • Pierre IMBERT
  •  • 2 154 mots
  •  • 3 médias

Le phénomène d'émission et d'absorption de photons gamma par des noyaux atomiques sans perte d'énergie due au recul de ces noyaux ni perte de résolution due à leur agitation thermique fut découvert et expliqué par le physicien allemand Rudolf L. Mössbauer en 1957-1958, ce qui lui valut le prix Nobel de physique en 1961. Ce phénomène de fluorescence résonnante sans recul des noyaux, universelleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-mossbauer/#i_14603

MÖSSBAUER RUDOLF (1929- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 377 mots
  •  • 1 média

Né le 31 janvier 1929 à Munich (Allemagne), Rudolf Ludwing Mössbauer fit ses études à l'Université technique de Munich puis à l'Institut Max-Planck de recherches médicales à Heidelberg. Il étudia à partir de 1953 l'absorption des rayons γ par la matière et soutint sa thèse sur les phénomènes d'absorption résonante par les noyaux atomiques en janvier 1958. Nommé professeur à l'Institut de technolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-mossbauer/#i_14603

MOTTELSON BEN ROY (1926- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 279 mots

Né en 1926 à Chicago, Ben Roy Mottelson fait ses études supérieures à Harvard et y soutient sa thèse de doctorat en physique nucléaire théorique en 1950, sous la direction de Julian Schwinger (Prix Nobel de physique en 1965). Il rejoint alors l'institut de physique théorique de Copenhague (qui allait devenir l'institut Niels-Bohr) où il fait toute sa carrière. Lorsque l'institut Nordita (Nordic In […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ben-roy-mottelson/#i_14603

NEUTRON

  • Écrit par 
  • Bernard SILVESTRE-BRAC
  •  • 2 268 mots

Le neutron est, avec le proton, une particule constitutive du noyau atomique. Un noyau (Z, A), de numéro atomique Z et de nombre de masse A, est un assemblage constitué de briques élémentaires de deux types différents : Z protons et A—Z neutrons. Ces deux particules jouent donc un rôle fondamental dans tous les processus qui mettent en jeu les noyaux. Le neutron est une particule dont les dimensi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neutron/#i_14603

NICKEL

  • Écrit par 
  • Jacques GRILLIAT, 
  • Bernard PIRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jacques SALBAING
  •  • 4 769 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'isotope 78 du nickel  »  : […] Pour les physiciens nucléaires, le noyau de l'isotope 78 du nickel est très particulier. Ils l'appellent même « doublement magique », car son nombre de protons (28) et son nombre de neutrons (50) sont tous les deux caractéristiques de couches complètes (comme il en va des atomes nobles tels l'argon ou le néon dont toutes les couches électroniques sont complètes). Son grand intérêt scientifique vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nickel/#i_14603

NOYAUX À HALO, physique nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 110 mots

Forme particulière de certains isotopes très riches en neutrons de noyaux atomiques légers. Le premier exemple découvert est le lithium 11, qui contient un cœur formé de trois protons et de six neutrons entouré d'un halo de deux neutrons ; l'extension spatiale de ce halo est entre cinq et dix fois supérieure à la taille du cœur, ce qui s'explique par la faible énergie de liaison de cette paire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noyaux-a-halo-physique-nucleaire/#i_14603

NOYAUX DÉFORMÉS, physique nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 367 mots
  •  • 1 média

On sait que la plupart des noyaux atomiques ont une forme sphérique ou ellipsoïdale, mais des formes plus étonnantes ne sont pas exclues par la nature des interactions qui lient les protons et les neutrons. La récente mise en évidence de noyaux en forme de poire démontre la complexité des phénomènes physiques responsables de la structure nucléaire. L'expérience réalisée au Cern de Genève par l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noyaux-deformes-physique-nucleaire/#i_14603

NOYAUX EXOTIQUES, physique nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 164 mots

Noyau très éloigné des conditions de stabilité par la proportion en protons et en neutrons. Ces noyaux, très déficitaires en neutrons ou en protons, sont très éphémères, leurs demi-vies allant de la milliseconde à la seconde. On en connaît plusieurs milliers qu'on produit par bombardement de noyaux par des neutrons, des protons ou d'autres noyaux, éventuellement suivis de réactions de fission ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noyaux-exotiques-physique-nucleaire/#i_14603

NOYAUX MAGIQUES, physique nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 120 mots

On dit qu'un noyau est magique lorsque le nombre de ses protons ou de ses neutrons correspond à des couches complètes. Ces nombres magiques sont 2, 8, 20, 28, 50, 82 et 126. La situation est l'analogue au niveau nucléaire du cas des gaz rares dont les couches électroniques atomiques sont complètes. Les noyaux magiques – hélium, oxygène, calcium, nickel, étain, plomb... – sont plus stables que leu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noyaux-magiques-physique-nucleaire/#i_14603

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 397 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La physique neutronique »  : […] Les neutrons nés d'une fission ont une énergie cinétique moyenne de 2 MeV. Ils réagissent avec les noyaux qu'ils rencontrent par lesquels ils sont soit diffusés, c'est-à-dire renvoyés dans une direction différente, soit absorbés. Tant que la probabilité d'absorption reste faible, les neutrons se conservent pratiquement en nombre, mais leur énergie décroît peu à peu à chaque diffusion. Si l'énergi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_14603

NUCLÉAIRE - Applications militaires

  • Écrit par 
  • Paul BOUÉ, 
  • Thierry MASSARD, 
  • François OLIVE
  •  • 8 604 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Matériaux fissiles »  : […] La partie active d'une charge nucléaire est constituée de matériaux nucléaires qui, mis en condition de façon appropriée, deviennent le siège de réactions extrêmement violentes, avec fort dégagement d'énergie. Dans les armes à fission, cette mise en condition consiste à rapprocher brutalement, à l'aide d'un explosif chimique, les matières fissiles, de sorte qu'une réaction en chaîne puisse s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-applications-militaires/#i_14603

NUCLÉAIRE - Déchets

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST, 
  • Jean-Paul SCHAPIRA
  •  • 10 946 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Physique de la transmutation »  : […] La transmutation d'un noyau atomique ne peut être accomplie qu'au cours d'une réaction nucléaire induite par une particule. Étant donné les quantités de produits à traiter, la transmutation ne peut s'envisager aujourd'hui qu'en utilisant les flux importants de neutrons existant dans les réacteurs à fission. Compte tenu du spectre en énergie des neutrons dans ces réacteurs, la fission et la captur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-dechets/#i_14603

NUCLÉAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 103 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le noyau de l’atome »  : […] Les propriétés nucléaires d’un atome dépendent de ses nucléons, c’est-à-dire de l’ensemble des protons et des neutrons qui constituent son noyau. Des transformations nucléaires affectent certains noyaux instables, qui se changent en noyaux plus stables. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire/#i_14603

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Les principes physiques

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 108 mots
  •  • 2 médias

On connaît actuellement des centaines de noyaux atomiques. Chacun est représenté par son nombre atomique Z , c'est-à-dire le nombre de protons qu'il contient, et par son nombre de masse A , qui correspond au nombre total de ses nucléons (protons ou neutrons). Des éléments contenant le même nombre de protons mais possédant des nombres de masse différents sont dits isotopes . Ainsi, les noyaux d'hy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-les-principes-physiques/#i_14603

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

  • Écrit par 
  • René BIMBOT, 
  • René LÉTOLLE
  •  • 5 429 mots
  •  • 1 média

Le noyau est la partie centrale de l'atome autour de laquelle se déplacent les électrons. Le noyau est constitué de Z  protons (chargés positivement) et de N neutrons (neutres électriquement). La masse atomique  A du noyau est égale à la somme de N et de Z . Le nombre Z caractérise l'élément chimique, c'est aussi le numéro atomique dans la classification périodique (cf.  éléments chimiques ). On […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-isotopes/#i_14603

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Faisceaux d'ions lourds

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 7 204 mots
  •  • 5 médias

Les faisceaux d'ions de numéro atomique Z supérieur à 3 (du lithium à l'uranium) constituent des sondes particulièrement intéressantes de la matière nucléaire. Les techniques de préparation de sources ionisées et d'accélération des faisceaux ont permis de fournir aux physiciens les moyens de sonder les multiples formes d'existence du noyau atomique et d'investiguer les mécanismes des diverses ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-faisceaux-d-ions-lourds/#i_14603

NUCLÉOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 5 434 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les processus de la nucléosynthèse »  : […] Une réaction nucléaire peut se décrire de façon tout à fait analogue à une réaction chimique avec cette différence qu'elle affecte les noyaux et non les atomes. Deux grandeurs physiques caractérisent toute réaction : la probabilité que celle-ci se produise (en fonction des paramètres physiques du milieu : température, densité, composition, etc.) et la chaleur ou énergie dégagée ou absorbée lorsqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleosynthese/#i_14603

NUCLIDE ou NUCLÉIDE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 167 mots

On appelle nuclides, ou espèces nucléaires, l'ensemble des noyaux de tous les isotopes des éléments chimiques. Les isotopes d'un élément étant caractérisés par le même nombre atomique Z et possédant un nombre variable N de neutrons, tels que Z + N = A (masse atomique), un nuclide est parfaitement déterminé par la donnée de deux nombres Z et A, dont le premier détermine l'espèce chimique (et par co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuclide/#i_14603

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Caractères généraux

  • Écrit par 
  • Maurice JACOB, 
  • Bernard PIRE
  •  • 8 162 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  Essai de définition de la particule élémentaire »  : […] Nous n'avons encore jamais été déçus dans notre recherche d'unité et de simplicité, étudiant la structure de la matière avec une résolution de plus en plus poussée. Les objets macroscopiques sont constitués d'un emboîtement de structures de plus en plus simples et moins diversifiées qui se dévoilent à tour de rôle, quand le pouvoir séparateur de l'appareil de mesure (en l'occurrence les accélérate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-caracteres-generaux/#i_14603

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Quarks »  : […] Imaginés en 1963 pour expliquer la multiplicité croissante des particules élémentaires et la régularité apparente du nouveau tableau des éléments découverts grâce aux expériences utilisant les grands accélérateurs de particules, les quarks sont maintenant considérés comme les constituants ultimes de la matière. Avec les leptons (par exemple, l'électron ou les neutrinos) et les bosons de jauge (ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_14603

PLASMA DE QUARKS ET DE GLUONS

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 780 mots

Dans le chapitre « LES EXPÉRIENCES  »  : […] Dès 1986, à Genève, les physiciens du Cern entreprenaient une première exploration de ce domaine en accélérant dans leur grand synchrotron des ions d'oxygène, puis de soufre, jusqu'à des énergies de quelques téraélectronvolts (téra signifie 10 12 ). La nouveauté technique résidait dans l'utilisation d'une source de noyaux complètement ionisés, conçue principalement à l'institut des sciences nuclé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plasma-de-quarks-et-de-gluons/#i_14603

PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2015

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 080 mots
  •  • 2 médias

Le physicien japonais Takaaki Kajita (né en 1959) et le physicien canadien Arthur B. McDonald (né en 1943) se partagent le prix Nobel de physique 2015 pour leurs contributions essentielles à la compréhension des propriétés des neutrinos, par deux expériences qui ont établi le phénomène appelé « oscillation des neutrinos ». Les neutrinos sont les plus discrètes des particules élémentaires car le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physique-2015/#i_14603

PROTON

  • Écrit par 
  • Nicole d' HOSE
  •  • 4 575 mots

La matière est constituée d'atomes (dont la dimension est de l'ordre de 10 —10  mètre), eux-mêmes formés par un noyau (dont la dimension est de l'ordre de 10 —15  mètre, soit 1 femtomètre [fm]) autour duquel gravitent des électrons. Le proton est une particule de charge électrique positive, numériquement égale à celle de l'électron, mais de masse 1 836 fois plus grande que ce dernier. Les protons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proton/#i_14603

QUANTIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude de CALAN
  •  • 5 277 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Effets quantiques microscopiques »  : […] Pour éviter toute confusion, on peut rappeler le vocabulaire : les plus petits constituants de la matière sont les particules élémentaires (photons, électrons, quarks, gluons, etc.). Les protons et neutrons (états liés de quarks et de gluons) s'assemblent pour former les noyaux d'atomes. Entourés d'électrons, ces noyaux forment des atomes, lesquels s'assemblent en molécules . Dans l'étude des part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-quantique/#i_14603

RADIOACTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard SILVESTRE-BRAC
  •  • 5 422 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La loi de décroissance radioactive »  : […] Un noyau radioactif X va, tôt ou tard, se transformer de la façon suivante : X → A + B + ... + G (1). Les particules A, B, ..., G peuvent être elles-mêmes d'autres noyaux, ou des particules plus élémentaires. L'ensemble des particules A, B, ..., G s'appelle une voie de désintégration. X peut avoir une seule ou plusieurs voies différentes. De plus, certains noyaux de la voie finale peuvent être eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite/#i_14603

RADIOACTIVITÉ EXOTIQUE ou RADIOACTIVITÉ PAR IONS LOURDS

  • Écrit par 
  • Gérard ARDISSON
  •  • 2 348 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les prévisions et les perspectives »  : […] Ainsi, il semble bien que l'on ait atteint la limite de ce qu'il est possible d'observer avec les techniques actuelles de détection. Existe-t-il un lien entre le type de fragment qui est émis et le numéro atomique du noyau « parent » ? Ces émissions représentent-elles le chaînon manquant entre la fission spontanée dans laquelle les numéros atomiques des éléments produits ont une valeur minimale de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite-exotique-radioactivite-par-ions-lourds/#i_14603

RAINWATER LEO JAMES (1917-1986)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 330 mots

Né le 9 décembre 1917 dans la petite ville de Council (Idaho) et mort le 31 mai 1986 à Yonkers (État de New York), Leo James Rainwater passe son enfance en Californie et fait ses études supérieures au California Institute of Technology de Pasadena. Il est diplômé en 1939, et rejoint l'université Columbia de New York où il va effectuer toute sa carrière. Il participe au projet Manhattan pendant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-james-rainwater/#i_14603

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

  • Écrit par 
  • Lydie KOCH-MIRAMOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 237 mots
  •  • 8 médias

Les rayons cosmiques sont des noyaux atomiques et des particules élémentaires qui voyagent dans l'espace à des vitesses voisines de celle de la lumière. Certains d'entre eux s'approchent suffisamment de la Terre pour être détectés par des instruments placés dans des satellites en orbite terrestre ou dans des sondes spatiales. D'autres pénètrent dans l'atmosphère terrestre, entrent en collision av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-cosmiques/#i_14603

RELATIVITÉ - Relativité restreinte

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'équivalence masse-énergie »  : […] Dès 1905, Einstein écrit que la masse ( M ) d'un corps est la mesure de son contenu en énergie. Deux ans plus tard, il pose sa fameuse équation, E =  Mc 2 , reliant les concepts d'énergie et de masse pour un corps au repos. Si on désire une formulation valable dans n'importe quel référentiel, on doit utiliser la formulation « invariante » sous les transformations de Lorentz de cette loi, qui s'éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relativite-relativite-restreinte/#i_14603

RÉSONANCE MAGNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques COURTIEU, 
  • Maurice GOLDMAN
  •  • 7 306 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La résonance magnétique et la physique du réseau »  : […] Nous citerons d'abord quelques applications de la résonance magnétique qui, quoique d'une grande utilité, n'utilisent le phénomène qu'à son niveau physique le plus simple : mesure précise des moments magnétiques nucléaires, qui constituent un test important des théories de la structure des noyaux ; mesure précise des champs magnétiques au moyen de la fréquence de résonance de spins dont le rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resonance-magnetique/#i_14603

RUTHERFORD ERNEST lord (1871-1937)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 643 mots

Physicien anglais, lauréat du prix Nobel de chimie en 1908, dont les recherches sur les rayonnements et la structure atomique ont ouvert la voie aux développements ultérieurs de la physique nucléaire du xx e siècle. Né à Nelson (Nouvelle-Zélande), il y effectue ses études secondaires ; boursier de l'université de Nouvelle-Zélande à Wellington, où il passe brillamment sa licence de physique et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-rutherford/#i_14603

SPALLATION

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 154 mots

Réaction nucléaire à haute énergie dans laquelle un noyau-cible frappé par une particule incidente d'énergie supérieure à environ 50 millions d'électronvolts (50 MeV) émet un jet de particules plus légères et produit un noyau dont la masse est en général comparable à celle du noyau d'origine. Les particules légères émises sont des neutrons, des protons ou des noyaux légers tels que les isotopes de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spallation/#i_14603

SPECTROMÉTRIE DE MASSE

  • Écrit par 
  • Michel de SAINT SIMON
  •  • 7 086 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Physique nucléaire »  : […] Le séparateur électromagnétique d'isotopes est un spectromètre de masse à secteur magnétique capable de délivrer de forts courants. Il sert aussi au tri des fragments de réactions nucléaires pour la production de faisceaux d'ions radioactifs : technique I.S.O.L. (Isotope Separator On-Line). La mesure de la masse du noyau dans son état fondamental fournit une donnée de base pour comprendre sa stru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spectrometrie-de-masse/#i_14603

SPECTROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Michel de SAINT SIMON
  •  • 5 066 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Spectroscopie nucléaire »  : […] Le noyau de l'atome est lui-même constitué d'un ensemble de particules : Z protons et N neutrons. Ce système de particules liées entre elles par l'interaction forte constitue un système quantique susceptible d'exister sous plusieurs états d'énergie différente. Comme l'atome, le noyau peut passer spontanément d'un état à un autre de moindre énergie, par émission d'un photon électromagnétique : c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spectroscopie/#i_14603

SPIN DU PROTON

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 546 mots

Dans le chapitre « Quarks et gluons, particules élémentaires du noyau atomique »  : […] Tout atome se compose d'un noyau de charge positive autour duquel gravitent des électrons chargés négativement. On sait depuis les années 1930 que ce noyau est un assemblage de protons et de neutrons dont la cohésion est due à une interaction extraordinairement intense, l'interaction nucléaire forte. Des expériences effectuées à la fin des années 1960, au cours desquelles on faisait entrer en col […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spin-du-proton/#i_14603

STRIPPING, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MENDIBURU
  •  • 175 mots

On appelle « stripping » une réaction nucléaire où une partie du noyau projectile est, au cours de l'interaction, cédée au noyau cible. L'autre partie du projectile poursuit une trajectoire relativement peu perturbée dont la détection sert à signer la réaction. Par exemple : d  + P 31  →  p  + P 32 . Cette réaction est l'inverse du « pick-up » où le projectile « décolle » une partie de la cible : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stripping-physique/#i_14603

THERMONUCLÉAIRE ÉNERGIE

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Pascal GARIN, 
  • Michel GRÉGOIRE, 
  • Guy LAVAL, 
  • Jean-Paul WATTEAU, 
  • Joseph WEISSE
  •  • 19 239 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'énergie de fusion »  : […] Le noyau d'un atome est constitué de deux types de particules appelées nucléons : les protons de charge positive et les neutrons de charge nulle. La cohésion des nucléons, et donc la stabilité des atomes, est assurée par une force à courte portée (10 —15  m) appelée interaction forte. Elle s'oppose à la force électrostatique qui est, au contraire, répulsive pour les particules chargées de même sig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/energie-thermonucleaire/#i_14603

UNIVERS

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE, 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 635 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Domaine nucléaire »  : […] Les noyaux des atomes sont formés de nucléons (protons et neutrons) qui échangent entre eux des mésons π et, lorsque les noyaux se désexcitent, des photons dans le domaine gamma. Leur taille est de quelque 10 —15  mètre et leur masse se compte en unités de 1,6 × 10 —27  kilogramme. Leur masse volumique est très élevée : de 10 16 à 10 17  kilogrammes par mètre cube. On connaît environ 300 noyaux n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/univers/#i_14603

WALTON ERNEST THOMAS SINTON (1903-1995)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 682 mots
  •  • 3 médias

Fils d'un pasteur méthodiste irlandais, Ernest Thomas Sinton Walton, né à Dungarvan (comté de Waterford) le 6 octobre 1903, est décédé le 25 juin 1995 à Belfast. Après des études au Trinity College de Dublin, il avait effectué son travail de thèse sous la direction d'Ernest Rutherford, le célèbre découvreur du noyau atomique, qui dirigeait alors le laboratoire Cavendish de l'université de Cambridg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-thomas-sinton-walton/#i_14603

WIGNER EUGENE PAUL (1902-1994)

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 468 mots

Physicien théoricien américain d'origine hongroise (il est né le 17 novembre 1902 à Budapest), professeur à Princeton, Prix Nobel de physique en 1963 (avec M. Goeppert-Mayer et H. D. Jensen), auteur de contributions fondamentales à la physique mathématique et à la mécanique quantique en général, à la théorie du solide, à la physique nucléaire et à la physique des particules élémentaires en partic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-paul-wigner/#i_14603

YUKAWA HIDEKI (1907-1981)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 1 141 mots
  •  • 1 média

Physicien japonais, né le 23 janvier 1907 à Tōkyō, dans une famille bourgeoise, nourrie de culture classique, notamment chinoise, dans la tradition confucéenne, Yukawa Hideki était le cinquième de sept enfants qui devinrent, pour la plupart, d'éminents universitaires. Son père, Ogawa Takuji, géologue et géographe, fut nommé professeur à l'université de Kyōto et c'est donc dans cette ville que Yuka […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yukawa/#i_14603


Affichage 

Composants de base de l'atome

dessin

La matière est composée d'une multitude d'atomes Chaque atome est formé d'un noyau autour duquel tourne un ensemble d'électrons Deux types de particules constituent le noyau : les protons et les neutrons L'ensemble des protons et des neutrons d'un noyau est désigné sous le nom de nucléideUn... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Détection du carbone 14

dessin

La détection du carbone 14 Dans un spectromètre magnétique à bobinage supraconducteur, tel que Soléno de l'Institut de physique nucléaire d'Orsay (a), la source d'actinium 227 génère par filiations ß et a le radium 223 Deux types de désintégrations du noyau de radium sont alors possibles... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Énergie nucléaire

vidéo

Composition du noyau atomique Production d'énergie par fission et par fusionLe noyau d'un atome est composé de protons et de neutrons unis par des forces nucléaires L'étude de ces constituants et l'analyse des forces qui les maintiennent unies a permis l'exploitation de l'énergie nucléaire,... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Le détecteur Mini-ball de l'installation Isolde du Cern

photographie

Le détecteur de particules et de rayons gamma Mini-ball de l'installation Isolde du Cern permet aux chercheurs d'étudier les propriétés du noyau, notamment la déformation en forme de poire de noyaux radioactifs de certains isotopes du radon 

Crédits : CERN

Afficher

Mécanismes proposés pour interpréter les émissions d'ions-lourds

dessin

Les deux mécanismes proposés pour interpréter les émissions d'ions-lourds: en a, mécanisme de fission superasymétrique; en b, préformation d'un agrégat à l'intérieur d'un noyau parent; la probabilité d'émission de cet agrégat est d'autant plus faible qu'il est plus massif 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Nucléides connus

graphique

Carte nucléaire correspondant à l'ensemble des nucléides connus à l'heure actuelle Chaque nucléide est symbolisé par un carré repéré dans ce plan par son nombre de protons Z (sur la verticale) et son nombre de neutrons N (sur l'horizontale) Les noyaux stables sont représentés en noir et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Origine des raies de structure fine dans le spectre d'émission 14C du 223Ra

dessin

Origine des raies de structure fine dans le spectre d'émission 14C du 223Ra Trois groupes d'ions 14C, d'énergies cinétiques différentes, forment le 209Pb, respectivement dans son état fondamental, dans le premier et le deuxième états excités Contrairement aux prévisions basées sur des... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Densité de charge

graphique

Densité de charge de quelques noyaux L'échelle a été réduite dix fois pour l'hydrogène 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Énergie de liaison par nucléon

dessin

Contributions des divers termes de la formule de masse à l'énergie de liaison par nucléon 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Évolution des états individuels

graphique

Évolution des états individuels (protons) en fonction du paramètre de déformation pour 50 < Z < 82 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Gaz de Fermi : occupation des états

dessin

Occupation des états dans le modèle du gaz de Fermi 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Isobares impairs : parabole de masse

graphique

Parabole de masse d'isobares impairs 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Isobares pairs : parabole de masse

graphique

Paraboles de masse d'isobares pairs 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Moment quadrupolaire

graphique

Moment quadrupolaire des noyaux impairs (en unité QIZR2

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Noyaux stables et radioactifs : répartition

dessin

Répartition suivant la ligne de stabilité des noyaux stables et radioactifs connus 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Potentiel moyen pour les neutrons et les protons

graphique

Allure du potentiel moyen pour les neutrons (N) et les protons (P) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Rapport des probabilités de transitions quadrupolaires

graphique

Rapport des probabilités de transitions [B(E2)] quadrupolaires électriques expérimentales aux valeurs calculées dans un modèle à particules indépendantes Bsp 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Rapports Ej/E2 pour les pairs-pairs déformés

graphique

Rapports EjIE2 pour les pairs-pairs déformés L'imperfection de ce modèle pour les spins J les plus élevés peut être interprétée en invoquant une augmentation de I avec ω⃗ 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Résonances à basse énergie

graphique

Exemple de résonances obtenues à basse énergie par réaction de neutrons sur le thorium 232 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Résultat de réaction

graphique

Résultat de la réaction (p, 2p) sur 16O à 460 MeV, pour ϑ = 38,7° 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Séquence des états du modèle en couches

dessin

Séquence des états du modèle en couches 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Spectre du lutétium 177

graphique

Spectre du lutétium 177 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Spectres de vibration et de rotation

graphique

Exemples de spectres de vibration (a) et de rotation (b) Les énergies sont en MeV 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Spectroscopie au voisinage du plomb 208

diaporama

Spectroscopie au voisinage du plomb 208 (énergies en MeV) État du modèle en couches au voisinage du plomb 208 (a) ; spectre des états à une particule (b) et spectre des états à un trou (c) La ligne en trait fin schématise le niveau de Fermi 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Valeurs expérimentales et formule de masse

graphique

Accord optimal entre les valeurs expérimentales (courbe en trait fin) et la formule de masse (courbe en trait fort) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Composants de base de l'atome
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Détection du carbone 14
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Énergie nucléaire
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Le détecteur Mini-ball de l'installation Isolde du Cern
Crédits : CERN

photographie

Mécanismes proposés pour interpréter les émissions d'ions-lourds
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nucléides connus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Origine des raies de structure fine dans le spectre d'émission 14C du 223Ra
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Densité de charge
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Énergie de liaison par nucléon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Évolution des états individuels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Gaz de Fermi : occupation des états
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Isobares impairs : parabole de masse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Isobares pairs : parabole de masse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Moment quadrupolaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Noyaux stables et radioactifs : répartition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Potentiel moyen pour les neutrons et les protons
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Rapport des probabilités de transitions quadrupolaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Rapports Ej/E2 pour les pairs-pairs déformés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Résonances à basse énergie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Résultat de réaction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Séquence des états du modèle en couches
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Spectre du lutétium 177
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Spectres de vibration et de rotation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Spectroscopie au voisinage du plomb 208
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Valeurs expérimentales et formule de masse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique