NOVAE ET SUPERNOVAE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les novae

Les novae constituent une classe très disparate d'objets mais elles ont toutes la caractéristique de voir leur luminosité augmenter fortement puis décroître. La grande variété de novae susceptibles d'être observées vient principalement du facteur d'augmentation de la luminosité. Certaines novae, dites novae naines, ne voient leur luminosité augmenter que par des facteurs de l'ordre de 100 (fig. 1). Ces augmentations de luminosité surviennent alors très fréquemment avec des périodicités de l'ordre de quelques mois. D'autres, au contraire – par exemple la nova qui est apparue brusquement en août 1975 dans la constellation du Cygne –, voient leur luminosité augmenter par des facteurs qui peuvent aller jusqu'à 106. Dans le cas de ces novae très énergétiques, on ne constate pas de récurrence du phénomène.

Étoile variable V838 Monocerotis

Photographie : Étoile variable V838 Monocerotis

Photographie

V838 Monocerotis est une étoile variable, distante d'environ 20 000 années-lumière, qui est devenue une nova au début de 2002: sa luminosité devint brusquement 600 000 fois plus grande que celle du Soleil. 

Crédits : NASA/ ESA & The Hubble Heritage Team

Afficher

SS Cygni : courbe de lumière

Dessin : SS Cygni : courbe de lumière

Dessin

Courbe de lumière de la nova naine SS Cygni. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il existe en fait une corrélation, remarquée dans les années 1930 par les astronomes soviétiques Boris Vassilievitch Koukarkin et Pavel Petrovitch Paranego, selon laquelle plus les changements de luminosité subis par une nova sont grands, plus il s'écoule de temps entre deux explosions.

Les astrophysiciens se sont très rapidement interrogés sur la nature du ou des mécanismes qui affectent quelques dizaines d'étoiles de notre Galaxie. Une caractéristique de ces étoiles semble être commune à toutes, qu'elles soient novae naines ou au contraire novae très énergétiques : toutes semblent appartenir à des systèmes d'étoiles doubles. C'est à partir de cette caractéristique que l'on explique les mécanismes qui sont à l'origine de l'explosion ou de l'apparition de la nova. Le système binaire qui contient la « candidate » nova est constitué d'une naine blanche (la candidate) qui gravite autour d'une étoile froide géante. Lorsque la matière de cette étoile froide dépasse un certain rayon, dit rayon de Roche (du nom du mathématicien et astronome français Édouard Roche, qui a calculé vers le milieu du xixe siècle les caractéristiques de l'effet simultané de la gravité de deux corps en rotation l'un par rapport à l'autre), cette matière est davantage attirée par la naine bla [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Évolution des étoiles

Évolution des étoiles
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Étoile variable V838 Monocerotis

Étoile variable V838 Monocerotis
Crédits : NASA/ ESA & The Hubble Heritage Team

photographie

SS Cygni : courbe de lumière

SS Cygni : courbe de lumière
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Cycles C.N.O.

Cycles C.N.O.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite CNRS, Institut d'astrophysique de Paris

Classification

Autres références

«  NOVAE ET SUPERNOVAE  » est également traité dans :

BRAHE TYCHO (1546-1601)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 1 739 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'étoile nouvelle de 1572 »  : […] Le cas de l'astre que Tycho aperçut pour la première fois le 11 novembre 1572 et qui cessa d'être visible en mars 1574 est celui qui honore le plus sa mémoire. Il le soumit à un examen rigoureux pour conclure, avec des arguments concordants, qu'il ne pouvait s'agir d'une comète mais d'une étoile comme les autres, et que cet astre était situé au-delà du système planétaire. À ces arguments concordan […] Lire la suite

ÉTOILES

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean-Pierre CHIÈZE
  •  • 13 466 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Autres variables »  : […] Situées légèrement au-dessus de la séquence principale dans le diagramme HR, les étoiles éruptives montrent des variations rapides, de 1 à 4 magnitudes, avec une éruption tous les 1 ou 2 jours. Les étoiles T Tauri, de type F5 à G5, en particulier, montrent les raies de H α et Ca II en émission ; de plus, elles sont liées à des nébulosités sombres ou brillantes ; George Howard Herbig a montré qu'e […] Lire la suite

NUCLÉOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 5 434 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Nucléosynthèse explosive »  : […] Les étoiles explosives comme les novae et les supernovae sont responsables d'une grande partie de la nucléosynthèse stellaire. À chaque processus, fusions de l'hydrogène, de l'hélium, du carbone et de l'oxygène qui se produisent durant les phases calmes de l'évolution stellaire, on peut y associer les processus explosifs qui se produisent à des températures plus élevées et qui conduisent à la for […] Lire la suite

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons gamma cosmiques

  • Écrit par 
  • François LEBRUN, 
  • Robert MOCHKOVITCH, 
  • Jacques PAUL
  •  • 8 031 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les résultats »  : […] Avec plus de 700 sources détectées par I.B.I.S./I.S.G.R.I. en près de six ans d'observation, le premier résultat scientifique important obtenu grâce à Integral est le fait que, contrairement à ce qu'on observe au-delà de 10 mégaélectronvolts, l'essentiel de l'émission de notre Galaxie à basse énergie (inférieure à 200 keV) ne provient pas du milieu interstellaire mais de sources ponctuelles. Ce r […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean AUDOUZE, « NOVAE ET SUPERNOVAE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/novae-et-supernovae/