N.R.F. (Nouvelle Revue française)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De toutes les revues, La Nouvelle Revue française fut certainement la plus convoitée et la plus imitée. Réussite suprême, ses seules initiales, N.R.F., sont devenues familières et suffirent longtemps à désigner une haute ambition littéraire. À la fois revue de création et revue de critique, La N.R.F. s'est d'emblée imposée comme une revue ouverte, notamment aux littératures étrangères, une revue sans dogme, réagissant au classicisme et au nationalisme littéraires de son époque et soumise à une seule exigence : être chaque mois un « lieu d'asile » pour les écrivains, ne considérer la littérature que sous l'angle de sa qualité et ne juger les auteurs qu'à l'aune de leur talent.

L'aventure avait commencé en 1909, après un faux départ l'année précédente. À l'origine, un groupe d'amis : Marcel Drouin, André Ruyters, Jean Schlumberger, Henri Ghéon, Jacques Copeau, réunis autour de celui qui allait être pendant des années au centre de la revue, son directeur de fait, même s'il se refusait à l'être en titre : André Gide. Ses adversaires ne s'y trompèrent d'ailleurs pas : La N.R.F. était bien pour eux la revue de Gide.

Jusqu'à la Première Guerre mondiale, où elle cessa de paraître, la revue connut une lente mais continuelle ascension, donnant au passage naissance à un comptoir d'édition — qui devint ensuite les éditions Gallimard —, au théâtre du Vieux-Colombier, aux Décades littéraires de Pontigny, toutes créations qui allaient jouer un rôle important dans la vie intellectuelle et littéraire de l'époque. Très vite, la revue allait s'attirer, non parfois sans polémiques et jalousies à l'encontre de ce que certains dénonçaient déjà comme la « chapelle N.R.F. », des collaborateurs fameux : Albert Thibaudet, André Suarès, Paul Claudel, Charles Péguy, Valery Larbaud, Roger Martin du Gard, Marcel Proust [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : ingénieur au C.N.R.S., rédacteur en chef de La Revue des revues, administrateur de l'Institut mémoires de l'édition contemporaine

Classification


Autres références

«  N.R.F. (Nouvelle Revue française)  » est également traité dans :

CENTENAIRE DE LA N.R.F.

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 043 mots

La Nouvelle Revue française, cette revue que Mauriac, avec un mélange de cruauté et de tendresse, appelait « la vieille dame de la rue Sébastien-Bottin », a fêté son centenaire en 2009, et l'anniversaire fut dignement célébré. Les éditions Gallimard n'avaient certes pas attendu cet âge canonique pour faire revivre, notamment avec les anth […] Lire la suite

ARLAND MARCEL (1899-1986)

  • Écrit par 
  • Jérôme GARCIN
  •  • 733 mots

Jean Paulhan n'aurait pas existé, Marcel Arland eût sans doute été le grand patriarche des lettres françaises de l'après-guerre. Mais la présence rigide et sévère du premier a accentué la discrétion du second — qui n'en demeure pas moins l'un des représentants les plus brillants de l'esthétique et du souci littéraires du xx e siècle. Marcel Arland naît le 5 juillet 1899 en Haute-Marne, à Varennes […] Lire la suite

ARTAUD ANTONIN (1896-1948)

  • Écrit par 
  • Paule THÉVENIN
  •  • 3 394 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le témoin de soi-même »  : […] Le jeune homme qui arrive à Paris se sent poète, se veut poète ; il sait dessiner et regarde la peinture d'un œil averti ; il est très beau et désire aussi être comédien. Dès lors, la vie d'Antonin Artaud est si étroitement mêlée à son œuvre que l'on pourrait presque dire qu'il écrit son œuvre avec sa vie, qu'il suffit de lire ses écrits pour connaître l'essentiel de sa vie, non qu'il s'agisse d'u […] Lire la suite

AURY DOMINIQUE (1907-1998)

  • Écrit par 
  • Frédéric BADRÉ
  •  • 977 mots

Anne Desclos est née le 23 septembre 1907. Elle est morte le 26 avril 1998. Connue dans le monde entier sous le pseudonyme de Pauline Réage, auteur d' Histoire d'O , c'est sous celui de Dominique Aury que cette femme secrète devint l'une des figures importantes de la vie littéraire française, durant plus d'un demi-siècle. Fille d'un professeur d'anglais, Auguste Desclos, diplômée de l'Université, […] Lire la suite

CAHIERS DU CHEMIN LES

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 589 mots

Les Cahiers du Chemin , trente livraisons parues de 1967 à 1977, font partie de ces revues littéraires qui sont destinées à graviter autour d'une collection éditoriale, ici préexistante. En l'espèce, les éditions Gallimard, qui disposent de la prestigieuse N.R.F. nourrissant la Collection blanche, créent la collection Le Chemin, sous la houlette de Georges Lambrichs, dès le début des années 1960. […] Lire la suite

COPEAU JACQUES (1879-1949)

  • Écrit par 
  • Georges LERMINIER
  •  • 1 570 mots

Dans le chapitre « Réconcilier théâtre et littérature »  : […] Copeau essaiera de ramener à l'art dramatique ceux qui s'en détournaient, à l'exemple de Mallarmé qui préférait le « gala intime » de la lecture personnelle ou la liturgie de la lecture proférée. Le directeur de la jeune N.R.F. crut qu'il était urgent de réconcilier théâtre et littérature, dans le temps où Paul Claudel, solitaire, donnait lui-même le plus haut exemple de cette réconciliation. Par […] Lire la suite

DRIEU LA ROCHELLE PIERRE (1893-1945)

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ
  •  • 1 165 mots

Dans le chapitre « Drieu et la politique »  : […] Raté sexuel, Drieu, s'en étonnera-t-on ? a cherché dans la politique l'ordinaire consolation des mous. Incapable de s'attacher virilement une femme, il se donna fémininement à un parti, le parti qui lui paraissait le plus fort, le plus mâle. C'est après le 6 février 1934 qu'il passa définitivement au fascisme, après avoir hésité longtemps entre le fascisme et le communisme. Le fascisme, il le pra […] Lire la suite

FONDATION DU THÉÂTRE DU VIEUX-COLOMBIER

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 216 mots

Lorsque, avec l'appui de ses amis de La Nouvelle Revue française , André Gide, Gaston Gallimard et Jean Schlumberger, Jacques Copeau (1879-1949) fonde en 1913 le Théâtre du Vieux-Colombier, à Paris, il lance un « appel » resté célèbre dans l'histoire du théâtre contemporain. Il s'adresse au public, et en particulier à la jeunesse, « pour réagir contre toutes les lâchetés du théâtre mercantile et p […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 7 355 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une revue de dialogue »  : […] Une fois pourtant, de 1912 à nos jours, la littérature française réussit à rassembler des hommes de talent ou de génie qui faisaient le pari de s'ouvrir au monde, de n'obéir à aucune orthodoxie politique, religieuse, littéraire, enfin et surtout de ne jamais se célébrer mutuellement : à la Nouvelle Revue française , le classique jouxtait le surréaliste, le fasciste dialoguait avec le stalinien. On […] Lire la suite

GALLIMARD GASTON (1881-1975)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 590 mots

Fils de Paul Gallimard et de Lucie Duché, Gaston Gallimard appartient à une famille de bourgeois parisiens cultivés qui fréquentait les livres, les peintres, les gens de théâtre (elle possédait les Variétés). Peut-être est-ce auprès de ceux-ci que Paul prit l'idée du roman dialogué en un prologue et cinq journées dont l'action se passe en Dalmatie à la veille de 1848 et qui, intitulé Les Étreinte […] Lire la suite

GIDE ANDRÉ (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Éric MARTY
  •  • 3 665 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la guerre au prix Nobel »  : […] En 1939, Gide a publié le premier volume de son Journal (1889-1939), qui va constituer pour lui l'espace essentiel d'écriture des dernières années de sa vie. Son image de « démoralisateur de la jeunesse » auprès du régime pétainiste, ses combats passés le maintiennent à distance de toute compromission, même si, les premiers mois, Gide, comme beaucoup, vit la défaite de la France dans le plus gran […] Lire la suite

GROSJEAN JEAN (1912-2006)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 974 mots

Né en 1912 à Paris, d'un père ingénieur des Arts et métiers, Jean Grosjean devient orphelin de mère à trois ans. Il fait une école d'agriculture et, adolescent, travaille dans la métallurgie au Perreux. Bachelier à vingt ans, il entre au séminaire (1933) et est ordonné prêtre en 1939. Il quitte l'Église dix ans plus tard et se marie en 1950. Le peu d'indications qu'il a données sur sa vie avant l […] Lire la suite

LAMBRICHS GEORGES (1917-1992)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 666 mots

Né le 5 juillet 1917 à Bruxelles, Georges Lambrichs rencontre Jean Paulhan à vingt ans, alors qu'il vient de lui soumettre un texte. Le directeur de La Nouvelle Revue française sera pour lui une référence constante, aussi bien par ses écrits, sa lucidité critique et son goût de l'ellipse que par sa manière de concevoir l'esprit d'une revue. Car, pour Georges Lambrichs, la littérature, avant de se […] Lire la suite

MALRAUX ANDRÉ

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 9 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le romancier d'avant guerre : un héros de son temps (1920-1939) »  : […] Le Malraux d'avant guerre ne s'est pas trouvé d'emblée. Seuls les spécialistes de l'œuvre s'intéresseront aux Lunes en papier (1921), écrit dans la mouvance de Max Jacob, ou même au Royaume farfelu (1928), plus tardif, dont le titre indique ce qui sera une constante, mais mineure, dans le reste de l'œuvre. Malraux va multiplier durant ces années de jeunesse des expériences assez diversifiées : a […] Lire la suite

MARTIN DU GARD ROGER (1881-1958)

  • Écrit par 
  • Gaëtan PICON
  •  • 2 999 mots

Dans le chapitre « Une vie d'écrivain »  : […] L'œuvre a été la grande affaire de sa vie : l'auteur a pu s'y consacrer librement et s'est efforcé de faire le vide et le silence à son profit. Né à Neuilly d'une famille de magistrats et de financiers, après ses études secondaires (Fénelon, Janson-de-Sailly) – et un échec à la licence ès lettres –, Roger Martin du Gard est admis en 1903 à l'École des chartes, dont il sort, en 1905, archiviste-pal […] Lire la suite

MECKERT JEAN (1910-1995)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 991 mots

Jean Meckert fait partie de ces romanciers contemporains que n'aime guère l'Université, tant leurs personnages et leur écriture sont éloignés des dogmes qui règnent souvent sur l'enseignement des lettres. Au carrefour du populisme, de l'anarchisme et de l'esthétique du « polar » moderne, violemment engagé dans les combats contre l'exploitation des hommes, Meckert a sans doute souffert d'être un au […] Lire la suite

L'OMBILIC DES LIMBES, Antonin Artaud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Il faut se figurer, d'un siècle l'autre, ce que représenta la parution de L'Ombilic des limbes dans la prestigieuse collection Une œuvre, un portrait des éditions de La Nouvelle Revue française , accompagnée d'un portrait d'Antonin Artaud (1896-1948) par son ami peintre André Masson. Ce n'est pas chose aisée. L'achevé d'imprimer est du mois de juillet 1925, et le tirage relativement restreint –  […] Lire la suite

PAULHAN JEAN (1884-1968)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 1 384 mots

Dans le chapitre « Sa vie : l'illustration de sa pensée »  : […] Qu'importe l'homme à ceux qui ne l'ont pas connu ? Déconcertant pour les ambitieux ; beau, dur, noueux, délicat – un olivier ! – à ceux qui l'aimaient assez pour « ne pas compter sur lui ». Né à Nîmes, fils du philosophe Frédéric Paulhan, le voici jeté dans le pittoresque : une enfance pas comme les autres, Madagascar (instituteur, gymnasiarque, chercheur d'or : mais il apprend le malgache et, à p […] Lire la suite

PÉRIER ODILON JEAN (1901-1928)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 299 mots

Poète belge d'expression française, Périer est né dans une riche famille bourgeoise et, dans ce milieu cultivé, il s'oriente très jeune vers la poésie. Sa mauvaise santé le contraint à interrompre des études de droit entreprises à l'université de Bruxelles. Il publie en 1920 Combat de la neige et du poète , un long poème où il manifeste un talent déjà sûr et une réelle maîtrise de toutes les possi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier CORPET, « N.R.F. (Nouvelle Revue française) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-revue-francaise/