NOUVELLE HISTOIRE ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une révolution issue des départements d'économie aux États-Unis

Dans les années 1950, les conditions deviennent favorables au rapprochement de l'histoire et de la science économique. Cette dernière, forte du triomphe du keynésianisme et de la synthèse néo-classique opérée notamment par l'Américain Paul Samuelson (Prix Nobel d'économie 1970), connaît alors un brillant essor. Les jeunes chercheurs ne manquent pas de postes universitaires, mais, dans un système d'enseignement supérieur soumis aux lois du marché, ceux qui s'intéressent à l'histoire économique ne peuvent espérer attirer des étudiants que s'ils établissent un lien fort avec ce qui se fait par ailleurs dans les départements d'économie.

Les thématiques qui se développent à l'époque favorisent ce rapprochement. Par exemple, le thème de la croissance exploré entre autres par Simon Kuznets (Prix Nobel d'économie en 1971) a une incontestable dimension historique ; la construction de séries chronologiques dans le but d'établir une comptabilité nationale rétrospective emprunte aux mêmes matériaux que les historiens. Ce sujet revêt une grande importance dans cette décennie marquée par une intense rivalité entre l'Union soviétique et les États-Unis pour rallier à leur cause les pays sous-développés. En outre, nombre d'études quantitatives deviennent désormais possibles depuis qu'ont été mis au point des ordinateurs dotés d'une capacité de calcul inconnue jusqu'alors.

Il va s'ensuivre une profonde révolution dans la manière de faire de l'histoire économique.

Car il s'agit bien d'une révolution. Les participants au mouvement en ont eu conscience. Ils savaient qu'ils ébranlaient les soubassements de l'histoire économique traditionnelle et qu'après leur entrée dans l'arène elle ne serait plus la même qu'avant. Ils l'ont fait au début avec une ardeur iconoclaste qui leur a donné une grande visibilité.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  NOUVELLE HISTOIRE ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

FOGEL ROBERT WILLIAM (1926-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 000 mots

C'est à soixante-sept ans que Robert William Fogel, professeur à l'université de Chicago (Illinois) a reçu le prix Nobel d'économie 1993, en même temps que son compatriote Douglass Cecil North, soixante-douze ans, professeur à l'université Washington de Saint Louis (Missouri), pour avoir « renouvelé la recherche en histoire économique par l'application de la théorie économique et des méthodes qua […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire économique

  • Écrit par 
  • Michel MARGAIRAZ
  •  • 4 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « New Economic History » (ou cliométrie) et son impact limité »  : […] On nomme cliométrie les travaux visant à appliquer l'économétrie à l'histoire, en d'autres termes à proposer des études d'économétrie rétrospective. Il s'agit de partir d'un modèle économique théorique explicite fondé sur des fonctions algébriques combinant plusieurs variables. Le modèle est testé à l'aide de données quantitatives historiques puisées dans des séries chronologiques relatives aux v […] Lire la suite

NORTH DOUGLASS CECIL (1920-2015)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 999 mots

Douglass Cecil North, professeur à l'université Washington de Saint Louis (Missouri) fut colauréat, avec son compatriote Robert William Fogel, du prix Nobel des sciences économiques en 1993 pour avoir « renouvelé la recherche en histoire économique par l'application de la théorie économique et des méthodes quantitatives aux changements économiques et institutionnels ». Le jury récompensait ainsi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-17 mai 2012 Grèce. Blocage politique à l'issue des élections législatives

économique et de contestation populaire, les résultats des élections législatives anticipées, convoquées en avril, illustrent le rejet de la politique de rigueur budgétaire défendue par Nouvelle Démocratie (N.D., conservateur) d'Antonis Samaras et par le P.A.S.O.K. (socialiste) d'Evangelos Venizelos, qui dirigent ensemble le pays depuis novembre 2011 […] Lire la suite

1er-23 janvier 1995 Union européenne. Présidence française et entrée en fonctions de Jacques Santer

économique et monétaire (U.E.M.) selon le calendrier prévu, c'est-à-dire en instaurant la monnaie unique à partir de 1997. D'autre part, il défend « l'Europe des cultures [qui est] » l'Europe des nations contre celle des nationalismes », car, rappelle-t-il, « le nationalisme, c'est la guerre ». Le 18, le Parlement investit, pour la première fois de […] Lire la suite

1er-31 décembre 1982 Mexique. Entrée en fonctions du président Miguel de La Madrid

économique et financière de son histoire. Il forme un gouvernement composé en majorité de techniciens. Le 20, un allégement du contrôle des changes instauré le 1er septembre est annoncé, ainsi qu'une nouvelle dévaluation du peso, d'environ 50 p. 100 : le dollar, qui valait à peu près 25 pesos au début de 1982, est coté désormais à 95 pesos sur le marché […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean HEFFER, « NOUVELLE HISTOIRE ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-histoire-economique/