NOUVELLE-ÉCOSSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Population et peuplement

La présence humaine en Nouvelle-Écosse remonte à 9 000 ans avant l’ère chrétienne. Les fouilles archéologiques témoignent de l’existence de plusieurs communautés de chasseurs-cueilleurs, mais aussi de pêcheurs, et ce, pendant plusieurs millénaires. En effet, lorsque les premiers Européens arrivent dans la région au xvie siècle, la Nouvelle-Écosse n’est qu’une partie d’un plus grand pays : le territoire des Mi’kmaq, qui s’étend de la Gaspésie à l’île du Cap-Breton. Les explorateurs français, dont Jacques Cartier et Samuel de Champlain, ont donc côtoyé à plusieurs reprises cette population. Les Français, qui pratiquaient la pêche et le commerce, tissèrent ensuite des liens avec celle-ci. L’accueil positif du sagamo (chef) Membertou, au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse actuelle, favorise l’établissement d’une habitation française à Port-Royal en 1605, marquant ainsi le début de la colonisation acadienne. À partir des années 1630, une nouvelle population permanente européenne s’y implante. Grâce à des techniques de construction de levées et d’aboiteaux (digues) empruntées à la France et aux Pays-Bas, elle s’approprie les terres fertiles de la baie de Fundy. La Nouvelle-Écosse est contestée de manière récurrente pendant les guerres impériales de l’époque moderne. Si le traité d’Utrecht donne, en 1713, une partie de l’Acadie (dont la Nouvelle-Écosse sauf l’île du Cap-Breton) à la Grande-Bretagne, les Français essaient de reprendre ce territoire à partir de 1744. Les Britanniques construisent une ville militaire importante à Halifax, en 1749, puis déportent la population acadienne (période mieux connue sous l’appellation « grand dérangement ») et déplacent les Mi’kmaq au milieu de ce même xviiie siècle. En 1755, le nombre des francophones est estimé à 14 000. Par la suite, une population anglophone originaire de la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire, directeur scientifique de l'Institut d'études acadiennes, université de Moncton (Canada)
  • : docteur en développement régional, professeur de géographie à l'université de Moncton, Nouveau-Brunswick (Canada)

Classification

Autres références

«  NOUVELLE-ÉCOSSE  » est également traité dans :

ACADIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 892 mots
  •  • 1 média

Le territoire connu pendant plus de deux siècles sous le nom d'Acadie comprenait la côte atlantique du Canada et correspondait approximativement aux trois provinces actuelles de Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard. Ces côtes furent très tôt fréquentées par des Basques, chasseurs de baleines, et par des pêcheurs de morue bretons, normands et portugais. Le premier établisseme […] Lire la suite

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 721 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le climat et ses nuances »  : […] Blizzard, froid, neige... une trilogie souvent mentionnée à propos du climat canadien. Pourtant, il serait erroné de penser que d'autres paramètres n'existent pas ; en outre, comment croire, que, sur un si grand espace, on n'ait qu'un climat et non pas des climats ? L'extension en latitude comme en longitude, la présence à grande échelle d'ensembles topographiques distincts engendrent forcément un […] Lire la suite

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 328 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Un pays indépendant »  : […] Les fondateurs du Canada anglais – les premiers hommes d'affaires britanniques arrivés dans la colonie laurentienne immédiatement après la conquête, les loyalistes chassés de la république américaine, les hardis pionniers de l'Ouest, les millions d'immigrants venus des îles Britanniques – ont toujours eu l'ambition d'édifier au nord des États-Unis un vaste pays. En 1867, pour réaliser cet idéal, […] Lire la suite

CANADA - Économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Les provinces de l’Atlantique »  : […] Le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador comptaient pour 6,7 p. 100 de la population et 6 p. 100 seulement du PIB canadien en 2016. Historiquement, le revenu par habitant et la productivité de la main-d’œuvre de ces provinces ont toujours été inférieurs aux niveaux canadiens. Les écarts de revenu et de productivité avec le reste du Canada se son […] Lire la suite

CANADA - Réalités socio-économiques

  • Écrit par 
  • Ludger BEAUREGARD, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 12 409 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une répartition en constante évolution »  : […] Globalement, la grande majorité des habitants est concentrée dans une sorte de corridor plus ou moins continu qui longe la frontière avec les États-Unis. Mais plus de trois Canadiens sur cinq sont citoyens des deux provinces de l' Ontario et du Québec. Toutefois, par rapport aux données du recensement de 1961, celles de 2006 révèlent que les fluctuations relatives à chaque province sont considéra […] Lire la suite

RÉGION ATLANTIQUE, Canada

  • Écrit par 
  • Majella SIMARD
  •  • 1 864 mots
  •  • 2 médias

La région atlantique du Canada est constituée des quatre provinces situées à l’est du pays : le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard – les « provinces maritimes » ou les Maritimes – ainsi que Terre-Neuve-et-Labrador . Elle comprend aussi l’archipel des Îles-de-la-Madeleine sis dans le golfe du Saint-Laurent et faisant partie du Québec. Faiblement peuplée par rapport aux […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Canada. Reconnaissance de pensionnats autochtones comme lieux historiques nationaux. 1er septembre 2020

Le gouvernement annonce l’ajout de la création des pensionnats autochtones à la liste des événements marquants de l’histoire du pays et le classement de deux d’entre eux, l’un au Manitoba et l’autre en Nouvelle-Écosse, comme lieux historiques nationaux. Plus de cent cinquante mille jeunes ont été envoyés de force, entre 1883 et 1996, dans ces institutions visant à forcer l’assimilation des enfants autochtones. […] Lire la suite

Canada. Interdiction des armes d’assaut. 1er mai 2020

À la suite de la tuerie de masse survenue en avril en Nouvelle-Écosse, le Premier ministre Justin Trudeau interdit l’usage, le transport et le commerce des armes d’assaut de type militaire. Les propriétaires de ces armes pourront toutefois les conserver sous conditions, en se prévalant d’un droit acquis. Un programme de rachat volontaire doit être mis en place. […] Lire la suite

Canada. Tuerie de masse en Nouvelle-Écosse. 18-19 avril 2020

Le 18, à la suite d’une violente dispute conjugale, un homme tue plusieurs personnes et incendie des maisons, dont la sienne, à Portapique (Nouvelle-Écosse), avant de commettre d’autres homicides et d’incendier d’autres maisons dans une quinzaine de lieux. Ces fusillades font au moins vingt-deux […] Lire la suite

Royaume-Uni. Victoire électorale de Boris Johnson. 12-20 décembre 2019

 –, de « renforcer les droits des travailleurs » et de consacrer 100 milliards de livres à des chantiers d’infrastructures. De son côté, Nicola Sturgeon demande officiellement l’organisation en 2020 d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse, qui doit être autorisé par Westminster. Le 20 […] Lire la suite

Canada. Délimitation de zones de protection de la baleine noire. 13 décembre 2017

Le gouvernement annonce la délimitation de zones de « protection de l’habitat essentiel » de la baleine noire et du béluga dans le golfe du Saint-Laurent et au large de la Nouvelle-Écosse. Douze baleines noires sont mortes depuis juin dans le golfe du Saint-Laurent, victimes de collisions avec des navires ou prises au piège dans des équipements de pêche. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gregory KENNEDY, Majella SIMARD, « NOUVELLE-ÉCOSSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-ecosse/