NOUVELLE ÉCOLE CLASSIQUE (N.E.C.), économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la révolution keynésienne à la contre-révolution des nouveaux classiques

La révolution keynésienne est née de l'impuissance de la théorie classique à expliquer la dépression des années 1930. À l'époque de la grande dépression, John Maynard Keynes juge la théorie classique incapable d'expliquer l'ampleur des niveaux de chômage et inapte à formuler des recommandations simples de politique économique. Avec la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936), il offre un cadre alternatif qui donnera l'illusion aux décideurs publics qu'ils ont là le moyen de protéger leurs économies contre les crises. Le modèle keynésien est simple. Dans une économie où les ventes sont déterminées uniquement par la demande adressée aux entreprises, une politique monétaire diminuant le taux d'intérêt encourage les projets d'investissement et permet donc, en relançant l'activité, de réduire le chômage. Ce surcroît d’activité crée des tensions inflationnistes que les travailleurs « naïfs » n’intègrent pas complètement dans leurs revendications salariales : l’emploi devient moins coûteux pour les entreprises et le chômage baisse quand l’inflation augmente, relation connue sous le nom de courbe de Phillips. Ainsi, comme un physicien cherchant à contrôler la dynamique d'un système, l'économiste keynésien donne le surcroît d'inflation qui permet d'éviter le chômage de masse.

Le contexte des années 1970 va saper l'édifice keynésien. Cette époque se caractérise par la montée simultanée de l'inflation et du chômage. Le modèle keynésien est incapable d'expliquer ce phénomène, et ne permet donc pas de penser des politiques permettant d'endiguer la montée simultanée du chômage et de l'inflation. La crise des années 1970 est à la contre-révolution des nouveaux classiques ce que la crise des années 1930 a été à la révolution keynésienne.

C'est Robert Lucas, en publiant trois articles [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NOUVELLE ÉCOLE CLASSIQUE (N.E.C.), économie  » est également traité dans :

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les modèles d'anticipations rationnelles »  : […] La théorie des anticipations rationnelles trouve son origine dans un article de John Muth (1961), resté pendant dix ans dans la pénombre et exploité à partir de 1972 par les auteurs se réclamant de la « Nouvelle Macroéconomie classique » (Robert Lucas, Thomas Sargent, Neil Wallace...). Elle doit au départ être interprétée comme une réaction de rejet vis-à-vis des modèles purement autorégressifs. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/#i_38998

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 774 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Crise du capitalisme ou crise de l'État »  : […] Le retour de la crise surprend des économistes qui s'étaient habitués à une croissance indéfinie ; les keynésiens en particulier sont déroutés mais aussi, fait plus surprenant, les marxistes. La crise économique provoque ainsi une crise de la pensée économique dont émergent deux grandes écoles : la théorie de la régulation et le renouveau libéral. Les théoriciens de la régulation partent de la cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-economiques/#i_38998

CYCLES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 4 002 mots

Dans le chapitre « L'État : régulateur ou perturbateur ? »  : […] L'État a donc un rôle régulateur important à jouer, qui consiste certes à stimuler la croissance, mais aussi 'à la « lisser », en réduisant les emballements et en freinant les mouvements récessionnistes. Mais, faute de moyens d'action – par exemple sur l'économie financière, largement mondialisée – ou faute de volonté, les différents États ont de moins en moins joué ce rôle. Cela expliquerait l'am […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-economiques/#i_38998

KYDLAND FINN E. (1943- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 137 mots

Après Ragnar Frisch, premier lauréat du prix Nobel d'économie en 1969, et Trygve Haavelmo, qui l'obtint vingt ans plus tard, Finn E. Kydland est, en 2004, le troisième Norvégien à remporter cette récompense. Il partage le prix avec l'Américain Edward C. Prescott, professeur à W.P. Carey School of Business (université de l'État d'Arizona) pour « leurs contributions à la macroéconomie dynamique : l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finn-e-kydland/#i_38998

LUCAS ROBERT EMERSON Jr. (1937- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 848 mots

La pensée libérale est très souvent mise à l'honneur par les cinq membres du jury de l'Académie royale des sciences de Suède. Après Friedrich August von Hayek (1974), Milton Friedman (1976), George Stigler (1982), James Buchanan Jr. (1986) et Gary Becker (1992), Robert E. Lucas Jr. , professeur à l'université de Chicago, a reçu en 1995 la récompense suprême dans le monde des économistes : le prix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-emerson-lucas/#i_38998

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] En Angleterre, à la fin du xvii e  siècle, William Petty prône l'usage du calcul pour rationaliser l'action publique. Il nomme « arithmétique politique » sa méthode, l'appliquant à ce que l'on appellerait aujourd'hui de l'économie, de la démographie et de la statistique descriptives ( Political Arithmetick , 1690). On doit à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_38998

PRESCOTT EDWARD C. (1940- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 122 mots

Le 11 octobre 2004, Edward C. Prescott est devenu le trente-sixième américain lauréat du prix Nobel d'économie. En attribuant la récompense à ce professeur de l'université de Tempe (Arizona), l'Académie royale des sciences de Suède confirmait la domination des États-Unis sur le prix qu'elle a créé en 1969. Elle confirmait également que le délai peut être long entre la publication d'une recherche e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-c-prescott/#i_38998

RATIONAL EXPECTATIONS AND ECONOMETRIC PRACTICE, Robert Lucas et Thomas Sargent - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marion GASPARD
  •  • 982 mots

La crise économique des années 1970, caractérisée notamment par la « stagflation » (situation durable de fort chômage et d'inflation élevée) met à mal les modèles macroéconomiques keynésiens, utilisés depuis la Seconde Guerre mondiale. Après les critiques des « monétaristes » (Milton Friedman), Robert Lucas (futur Prix Nobel d'économie, 1995) et Thomas Sargent radicalisent l'offensive en fondant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rational-expectations-and-econometric-practice/#i_38998

RULES RATHER THAN DISCRETION : THE INCONSISTENCY OF OPTIMAL PLANS, F. E. Kydland et E. C. Prescott - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Fabien TRIPIER
  •  • 1 231 mots

Finn E. Kydland, économiste norvégien né en 1943, et Edward C. Prescott, économiste américain né en 1940, ont entamé dans les années 1970 une fructueuse collaboration à la Carnegie-Mellon University de Pittsburgh (Pennsylvanie). Elle s'est notamment traduite par la publication de deux articles (dont « Rules rather than discretion : The Inconsistancy of optimal plans » en 1977 dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rules-rather-than-discretion-the-inconsistency-of-optimal-plans/#i_38998

Voir aussi

Pour citer l’article

François LANGOT, « NOUVELLE ÉCOLE CLASSIQUE (N.E.C.), économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-ecole-classique-n-e-c-economie/