ORCIVAL NOTRE-DAME D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'église Notre-Dame d'Orcival appartient à une série d'édifices construits en basse Auvergne et groupés autour de Clermont-Ferrand : Notre-Dame-du-Port à Clermont, Saint-Paul à Issoire, Saint-Nectaire et Saint-Saturnin. Ces églises possèdent un certain nombre de traits semblables : nef bordée de collatéraux, déambulatoire, chapelles rayonnantes (généralement en nombre impair) et tribunes.

L'église d'Orcival, siège d'un important pèlerinage à la Vierge, fut reconstruite sur un plan très proche de celui de Notre-Dame-du-Port, vers le milieu du xiie siècle. Elle fut édifiée dans un paysage sévère, à un emplacement si étroit que l'architecte dut entamer les pentes de la montagne ; l'église, construite en pierre volcanique grise, est d'une grande austérité. L'extérieur est d'une merveilleuse ordonnance : les volumes arrondis et étagés de l'abside sont dominés par l'étonnante masse rectangulaire du transept, surmonté d'un clocher. L'exiguïté du terrain n'a permis à l'architecte ni de développer la nef qui n'a que quatre travées, ni de dresser une façade occidentale.

L'intérieur de l'église offre les mêmes caractères d'austérité, du moins dans la nef : l'élévation, à deux niveaux, comprend de hautes arcades, qui permettent de communiquer avec les collatéraux, et des tribunes. L'absence d'éclairage direct du vaisseau central laisse la nef dans une obscurité relative. Le chœur contraste singulièrement avec cette nef, par son ampleur, son décor et sa lumière. Huit splendides colonnes délimitent l'hémicycle, où la lumière pénètre grâce à des fenêtres percées entre l'extrados des grandes arcades et le cul-de-four. Le déambulatoire qui ceinture l'hémicycle est voûté, suivant une formule courante en Auvergne, d'un berceau annulaire. Toute la partie orientale de l'édifice repose sur une crypte où l'on retrouve les mêmes dispositions que dans la partie haute. La croisée du chœur et de la nef est couverte d'une coupole sur trompes.

—  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORCIVAL NOTRE-DAME D'  » est également traité dans :

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 510 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'Aquitaine »  : […] Une des régions les plus créatrices correspond à l'Aquitaine, ce vaste État féodal traversé par la frontière entre la langue d'oïl et la langue d'oc, et installé en quelque sorte au cœur même de la civilisation romane. Ses architectes se passionnèrent pour les problèmes de voûtement, auxquels ils apportèrent trois types de solutions. Il y eut d'abord la structure dite de l'«   église halle », cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-roman/#i_38306

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « ORCIVAL NOTRE-DAME D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/notre-dame-d-orcival/