PEUPLE NOTION DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des univers de sens

La première acception, celle de peuple-souverain, semble évidente aujourd'hui par l'effet de naturalisation progressive qu'a provoqué l'expansion de la démocratie. Pourtant, la conception du peuple comme fondateur et acteur principal de l'ordre politique vient pour l'essentiel du Moyen Âge, avant de connaître une première formalisation moderne avec Thomas Hobbes et Jean-Jacques Rousseau. C'est ainsi au Moyen Âge qu'apparaissent des caractéristiques qui vont s'attacher durablement à cette notion, comme l'idée de contrat fondateur de la communauté politique ou celle de souveraineté populaire. Le peuple est notamment le produit paradoxal de courants de pensée qui entendent affirmer et consacrer l'autonomie et la supériorité de l'Église, et qui vont poser le principe de la dualité des sphères spirituelles et temporelles. Au sein de cette sphère temporelle, le peuple est, pour la première fois, désigné comme l'objet légitime du pouvoir et ses liens avec le Prince sont soulignés, dès cette époque, comme l'une des conditions de la légitimité et de la permanence de l'ordre politique.

Plus tard, Hobbes établit le principe fondateur de la souveraineté, en faisant du peuple la fiction fondatrice et nécessaire de l'ordre politique. Tenant compte de la condition humaine, et notamment de l'impératif de conservation de la communauté par elle-même, l'organisation politique repose, selon lui, sur l'affirmation de la multitude en un corps souverain. Or le peuple est précisément cette multitude qui accède à l'existence politique, à la fois condition et vecteur du pouvoir et de l'ordre. Avec Hobbes, c'est donc la fiction d'une entité homogène comme socle de la communauté politique qui est posée.

Rousseau prolongea et magnifia cette fiction constitutive de l'ordre politique, en l'associant cette fois à l'idée de « volonté générale ». Pour lui, « l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, science politique, Sciences Po, Grenoble

Classification


Autres références

«  PEUPLE NOTION DE  » est également traité dans :

AUTODÉTERMINATION

  • Écrit par 
  • Élise FÉRON
  •  • 1 273 mots

Le mot « autodétermination » se réfère tant aux acquis de la philosophie qu'à ceux du droit international. En termes philosophiques, il désigne la possibilité pour un individu de choisir librement sa conduite et ses opinions, hors de toute pression extérieure. En droit international, ce terme renvoie par extension au principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, c'est-à-dire de choisir li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autodetermination/#i_45595

DÉMOCRATIE

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 10 277 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les critères de la démocratie »  : […] La formule d'Abraham Lincoln relève davantage de la légitimation des systèmes officiellement définis comme démocratiques que de leur analyse. Ainsi, si l'on en croit Joseph Schumpeter, il est difficile qu'un système politique agisse dans « l'intérêt du peuple ». Il faudrait pour cela postuler que tous les membres du « peuple » n'ont que des intérêts communs et que les décisions gouvernementales v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democratie/#i_45595

LA DÉMOCRATIE INACHEVÉE (P. Rosanvallon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 992 mots

Après Le Sacre du citoyen (1992) et Le Peuple introuvable (1998), c'est-à-dire après son histoire du suffrage universel et son histoire de la représentation démocratique, Pierre Rosanvallon aborde, dans La Démocratie inachevée (Gallimard, 2000), le problème de la souveraineté du peuple en France. S'interrog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-democratie-inachevee/#i_45595

RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BUSSIÈRE
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « La république et la représentation du peuple »  : […] Avant la Révolution française, la notion renvoie, chez les philosophes des Lumières, notamment dans l'œuvre de Jean-Jacques Rousseau ( Du contrat social , 1762), à une conception de la souveraineté qui exclut le principe dynastique et son corollaire, l'incarnation de la souveraineté dans le corps du roi, pour faire valoir une conception qui a pour origine le peuple, quel qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique/#i_45595

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves SUREL, « PEUPLE NOTION DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-peuple/