PEUPLE NOTION DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères

La première caractéristique, souvent soulignée, du terme peuple est d'être une synecdoque, figure de rhétorique qui consiste à prendre la partie pour le tout, puisque le peuple désigne une communauté donnée ainsi qu'une fraction significative de celle-ci. De façon corollaire, la notion s'applique toujours à figurer un ensemble d'individus, dont les frontières sont plus ou moins explicites, avec l'idée que cet ensemble constitue une unité fondamentale capable de dépasser les intérêts particuliers et de conférer un « supplément d'âme » à cette agrégation d'individus. Par là même, le peuple fonctionne comme un double mécanisme symbolique d'inclusion et d'exclusion : inclusion d'une partie de la population d'un territoire ; exclusion des « autres », étrangers au sens propre comme étrangers « de l'intérieur », qui « ne sont pas » du peuple.

L'attachement à la modernité occidentale constitue le deuxième trait essentiel de cette notion. La notion de peuple n'a cessé de voir ses usages se multiplier et sa légitimité se renforcer depuis le xviiie siècle, lorsqu'il devint le « souverain » légitime des communautés politiques. La notion de peuple se trouve en effet au cœur des principales ruptures symboliques, politiques et institutionnelles de la période : désacralisation de l'autorité fondée sur la monarchie d'essence divine au profit d'un corps politique séculier ; affirmation d'un égalitarisme de principe, sinon de fait, à partir duquel toute organisation et toute forme de légitimité sont définies et garanties. Par là même, dès cette époque, le peuple devient le fondement d'une mystique de substitution, l'artefact populaire remplaçant la source divine du pouvoir.

Ces deux propriétés principales (caractère rhétorique, figure de la modernité) ne donnent cependant que des indications indirectes sur le contenu de la notion, qui dépend encore une fois pour l'essentiel des usages qui en sont faits. Car l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur des Universités, science politique, Sciences Po, Grenoble

Classification


Autres références

«  PEUPLE NOTION DE  » est également traité dans :

AUTODÉTERMINATION

  • Écrit par 
  • Élise FÉRON
  •  • 1 273 mots

Le mot « autodétermination » se réfère tant aux acquis de la philosophie qu'à ceux du droit international. En termes philosophiques, il désigne la possibilité pour un individu de choisir librement sa conduite et ses opinions, hors de toute pression extérieure. En droit international, ce terme renvoie par extension au principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, c'est-à-dire de choisir li […] Lire la suite

DÉMOCRATIE

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 10 277 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les critères de la démocratie »  : […] La formule d'Abraham Lincoln relève davantage de la légitimation des systèmes officiellement définis comme démocratiques que de leur analyse. Ainsi, si l'on en croit Joseph Schumpeter, il est difficile qu'un système politique agisse dans « l'intérêt du peuple ». Il faudrait pour cela postuler que tous les membres du « peuple » n'ont que des intérêts communs et que les décisions gouvernementales v […] Lire la suite

LA DÉMOCRATIE INACHEVÉE (P. Rosanvallon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 992 mots

Après Le Sacre du citoyen (1992) et Le Peuple introuvable (1998), c'est-à-dire après son histoire du suffrage universel et son histoire de la représentation démocratique, Pierre Rosanvallon aborde, dans La Démocratie inachevée (Gallimard, 2000), le problème de la souveraineté du peuple en France. S'interrogeant sur la façon dont cette souveraineté a été mise en œuvre et prenant acte des décept […] Lire la suite

RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BUSSIÈRE
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « La république et la représentation du peuple »  : […] Avant la Révolution française, la notion renvoie, chez les philosophes des Lumières, notamment dans l'œuvre de Jean-Jacques Rousseau ( Du contrat social , 1762), à une conception de la souveraineté qui exclut le principe dynastique et son corollaire, l'incarnation de la souveraineté dans le corps du roi, pour faire valoir une conception qui a pour origine le peuple, quel que soit le régime polit […] Lire la suite

Les derniers événements

3-27 mars 1996 • France • Poursuite de la lutte entre nationalistes corses et annonce de mesures gouvernementales.

Le 3, à l'issue du congrès du Mouvement pour l'autodétermination (M.P.A.), vitrine légale du F.L.N.C.-Canal habituel, ses dirigeants déclarent que « les violences politiques et les organisations clandestines doivent disparaître » dès que seront acquis la reconnaissance de la notion de « peuple [...] Lire la suite

12-17 janvier 1996 • France • Réserves sur la proposition de dialogue faite par le ministre de l'Intérieur en Corse.

du problème corse. Parmi celles-ci figure, en guise de préalable, la reconnaissance de la notion de peuple corse, déjà proposée par le « statut Joxe » de mai 1991 et rejetée par le Conseil constitutionnel. Sont également évoquées des réformes du système éducatif, des institutions et des structures [...] Lire la suite

31 octobre 1990 • France • Projet de loi réformant le statut de la Corse.

, inspirées du modèle polynésien, mais tout à fait originales dans le droit territorial français. De plus, l'article premier du texte évoque les droits du « peuple corse, composante du peuple français » : cette notion de « peuple corse » a soulevé des objections du Conseil d'État.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves SUREL, « PEUPLE NOTION DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-peuple/