NOSTROMO, Joseph ConradFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un roman d'aventures

En se fondant sur quelques lectures et sur un bref contact avec l'Amérique latine au cours de ses premières années de navigation, mais en s'aidant surtout de son imagination puissante et de son intelligence aiguë, Conrad a réussi à concevoir et à rendre crédible et vivante une vaste république sud-américaine, le Costaguana, ouvert sur deux océans, perturbé par de fréquentes révolutions, enrichi et fragilisé par la présence sur son territoire d'une importante mine d'argent.

Charles Gould, jeune ingénieur anglais, hérite de cette mine et décide, par fidélité à la mémoire de son père, d'en faire une entreprise prospère ; il s'installe avec sa femme Emilia, grande dame, belle, distinguée et sensible, à Sulaco, capitale de la province occidentale. La mine est remise en état, avec l'aide de capitaux nord-américains ; la production d'argent devient vite abondante et fructueuse. Gould se considère comme un idéaliste, mais se laisse absorber par son entreprise, au détriment de sa vie conjugale.

Quand éclate une rébellion armée, il réussit à faire embarquer une grande quantité de lingots à bord d'une gabare, pour que ce trésor ne tombe pas entre les mains des insurgés. Deux hommes ont la charge du petit bâtiment : le journaliste et dilettante Decoud, très influencé par ses origines et son long séjour en France, et le marin italien Gian' Battista Fidanza, surnommé Nostromo, qui donne au roman son titre. Hardi, hâbleur, bellâtre, Nostromo a déjà rendu de grands services aux autorités locales. Dans la circonstance, toutefois, il se permet de laisser Decoud garder seul les lingots débarqués sur un îlot après que la gabare a été endommagée et coulée. Decoud, vaincu par la solitude, se donne la mort : « L'aube, venant de derrière les montagnes, mit une lueur dans ses yeux qui ne cillaient pas. Après une aurore sans voile, le soleil parut dans toute sa gloire au-dessus des pics de la chaîne. Le golfe immense se mit soudain à scintiller de toutes parts à l'entour du bateau et, dans la splendeur de cette impitoyable solitude, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  NOSTROMO, Joseph Conrad  » est également traité dans :

CONRAD JOSEPH (1857-1924)

  • Écrit par 
  • André TOPIA
  •  • 1 778 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une réalité corrompue »  : […] Avec Nostromo (1904), on atteint un sommet de l'œuvre conradienne. Il s'agit là, selon F. R. Leavis, d'un des plus grands romans de la littérature anglaise. Sur fond de révolution et de conflit pour des mines d'argent dans une république sud-américaine, on assiste non seulement à l'entrecroisement de destins individuels comme celui de Charles Gould, le capitaliste philanthrope pris dans la spiral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-conrad/#i_24196

Pour citer l’article

Sylvère MONOD, « NOSTROMO, Joseph Conrad - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostromo/