FRYE NORTHROP (1912-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 17 juillet 1912 à Sherbrooke (Québec), Northrop Frye est un des critiques littéraires les plus influents de la seconde moitié du xxe siècle. Après des études de théologie dans son pays d'origine, il étudie la littérature à Oxford. De retour au Canada, il entame une carrière universitaire au Victoria College de l'université de Toronto, établissement auquel il restera fidèle sa vie durant. Il est l'auteur de nombreuses publications, dont des monographies consacrées à des auteurs tels que Blake (Fearful Symmetry, 1947), Shakespeare (A Natural Perspective : the Development of Shakespearian Comedy and Romance, 1965, et Fools of Time : Studies in Shakespearian Tragedy, 1967) ou Milton (The Return of Eden : Five Essays on Milton's Epics, 1965) ; à des œuvres (The Great Code, 1982) ; ses recueils d'essais (The Stubborn Structure : Essays on Criticism and Society, 1970), ses conférences (notamment The Educated Imagination, 1963) et son grand ouvrage théorique, Anatomy of Criticism (1957), sont à l'origine de son rayonnement international.

Dans sa première publication d'importance, Fearful Symmetry, Frye montre que l'univers imaginatif de Blake se rattache à une grande tradition poétique (dont font partie notamment Spenser et Milton) qui met en œuvre une même structure archétypale, d'origine biblique : le mythe cyclique de la chute et de la rédemption. Par l'importance centrale qu'il accorde à la Bible comme « Grand Code de l'art » (Blake), tout comme par son parti pris méthodologique qui voit dans la littérature non pas une simple suite chronologique d'œuvres, mais un système symbolique autonome, ce livre contient déjà en germe les deux préoccupations majeures de toute l'œuvre critique de Frye.

Dans Anatomie de la critique, Frye expose et fonde les principes théoriques fondamentaux de l'analyse littéraire telle qu'il la conçoit. Du point de vue méthodologique, il adopte deux options radicales. D'une part, les études littéraires poursuivent un but cognitif et non pas évaluatif : « Les jugements de valeur se fondent sur l'étude de la littérature, l'étude de la littérature ne doit jamais se fonder sur des jugements de valeur. » D'autre part, la critique littéraire doit se doter d'« un cadre conceptuel » qui lui soit propre, et, pour cela, elle doit considérer la littérature comme une totalité systématique, un « système d'expression verbale » c'est-à-dire une structure verbale autonome possédant sa cohérence propre. Northrop Frye subdivise la tâche du critique en quatre grandes orientations complémentaires. La critique historique étudie les « modes » littéraires, qui sont au nombre de trois : le mythe, le mimétique supérieur (la tragédie et l'épopée) et le mimétique inférieur (la comédie). La critique éthologique traite de la littérature comme « symbole » : il s'agit en fait d'une théorie de la signification littéraire. La critique des archétypes analyse les constantes imaginaires de la littérature. Frye distingue quatre types de mythos : la comédie, le romanesque, la tragédie, ainsi que l'ironie et la satire. La critique rhétorique, enfin, considère la littérature comme système de communication : elle est pour l'essentiel une théorie des genres. Selon Frye, ces quatre orientations ne sauraient être conçues séparément : Le Grand Code, qui propose une lecture littéraire de la Bible, fournit sans doute la meilleure démonstration en acte de cette interdépendance permanente de l'analyse thématique et formelle dans la démarche critique de Frye.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Marie SCHAEFFER, « FRYE NORTHROP - (1912-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/northrop-frye/