Norma, BELLINI (Vincenzo)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Esthétique

Bellini abandonne progressivement les conventions de l'opéra du XVIIIe siècle, opérant la synthèse du chant de la tragédie lyrique de Gluck et du chant orné rossinien, tout en délaissant presque complètement les fioritures du bel canto. Il annonce Verdi par son intégration des passions violentes et de la tendresse lyrique, par sa peinture des états d'âme, ceux des héroïnes en particulier. Sa morbidezza («délicatesse») exercera une influence profonde sur les compositeurs romantiques, au premier rang desquels Berlioz et Chopin (dans ses Nocturnes, notamment).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « Norma, BELLINI (Vincenzo) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/norma-bellini-vincenzo/