BOBBIO NORBERTO (1909-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un « philosophe militant »

À partir de la fin des années 1960, Bobbio devient un « philosophe militant ». Il analyse les questions d'actualité, du mouvement estudiantin au terrorisme, de la crise du marxisme à l'involution du communisme, du retour de la droite à la guerre du Golfe, du pacifisme à l'écologie, des combats pour l'Europe à la crise de la société italienne. Il fuit les vérités absolues réputées meurtrières pour le dialogue et pour la valeur qui le rend possible, la tolérance. De ces années-là datent ses livres sur le socialisme et la démocratie, sur la liberté et la justice.

Dans Quale Socialismo ? (1976), Bobbio écrit que le xxe siècle a eu des États socialistes sans démocratie et des sociétés démocratiques sans socialisme. Il impute les raisons de cette situation au sous-développement de la théorie socialiste de l'État, incapable de concilier les principes de l'égalité avec ceux de la liberté, d'accommoder le centralisme dérivant de la politique de liquidation des inégalités avec les exigences de l'autonomie sociale et des droits individuels, d'assurer un lien permanent entre les groupes sociaux et l'alternance de ceux-ci au pouvoir. Bobbio reste néanmoins convaincu que la rencontre du socialisme avec la démocratie est une nécessité absolue pour la survie de notre civilisation, pour la consolidation de l'esprit démocratique, pour l'équilibre social. À ses yeux, le socialisme représente l'exigence d'égalité, le libéralisme les limites au pouvoir de l'État et la démocratie le pluralisme et la dissension. Il est indispensable que ces trois traditions se rencontrent et fusionnent dans les sociétés postindustrielles, où l'existence de valeurs unanimement partagées est pratiquement impossible et où pourtant les choix communs sont inéluctables. Dans l'impossibilité absolue de dépasser les antagonismes de classe, d'éliminer les divisions sociales, de constituer la société en unité, seule la démocratie peut assurer la paix et le changemen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur ordinaire de sociologie générale à l'université de Lausanne, directeur de l'Institut d'anthropologie et de sociologie

Classification


Autres références

«  BOBBIO NORBERTO (1909-2004)  » est également traité dans :

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme ordre de valeurs »  : […] La tentation est certes grande de s'en remettre à l'usage actuel où le mot semble inévitablement renvoyer à un document que chacun présuppose être normatif et contraignant. Il n'en a pas toujours été ainsi, et cela même à l'époque où l'on a commencé à rédiger des constitutions. Autrement dit, le concept de constitution a longtemps évolué entre l'idée d'ordre social et celui de norme juridique fond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution/#i_22636

POSITIVISME JURIDIQUE

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 1 370 mots

On classe volontiers les juristes en deux grandes catégories : les jusnaturalistes et les positivistes. Tous entendent rendre compte du droit positif, c'est-à-dire du droit voulu et énoncé ou posé par des hommes. Mais les premiers admettent qu'il existe, à côté ou au-dessus de ce droit positif, un autre droit, le droit naturel. Il existe de nombreuses doctrines jusnatural […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme-juridique/#i_22636

Voir aussi

Pour citer l’article

Giovanni BUSINO, « BOBBIO NORBERTO - (1909-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/norberto-bobbio/