BOBBIO NORBERTO (1909-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contrainte et persuasion

Bobbio a mis en évidence une autre transformation importante du droit, celle qui concerne ses fonctions. Les fonctions répressives, basées sur les sanctions, laissent de plus en plus de place aux fonctions promotionnelles, fondées sur des normes de nature technique. Le contrôle contraignant est remplacé peu à peu par le contrôle persuasif. L'efficacité de ce dernier dérive du conditionnement psychologique, donc de la prévision et de l'anticipation. La réaction sociale est déplacée : en effet, elle précède le comportement ou l'événement. Ainsi est-on en train de passer de l'intervention-remède à l'intervention-prémonition, de la répression à une prévention d'un type nouveau. La prévention ancienne est de nature intimidatrice, la nouvelle utilise les sciences psychosociologiques pour empêcher l'élaboration et l'émergence des comportements déviants. Est-ce qu'une société où toute forme de déviance est effacée avant même son surgissement, une société décourageant systématiquement les comportements déviants au profit des comportements souhaités peut encore se nommer société de droit ? Quelle est la place du droit comme organisation légitime de la force dans une société où l'ordre juridique fait tout d'abord de la promotion, en offrant ses services, en orientant la distribution des biens, en ne se bornant plus uniquement à protéger les individus et à garantir la circulation des hommes, des choses et des richesses ?

De cette transformation radicale de l'État libéral de droit en État-providence, de la crise de l'État fiscal et de l'ébranlement intellectuel que cette transformation a engendré, Bobbio a été l'observateur attentif. Avec une minutie inégalée, il a indiqué les mutations en cours : les moyens de contrainte effectivement à disposition se sont restreints et les possibilités de désobéissance accrues. Les normes de conduite cèdent la place aux normes d'organisation. Le droit ne peut plus assurer la stabilité et la continuité [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur ordinaire de sociologie générale à l'université de Lausanne, directeur de l'Institut d'anthropologie et de sociologie

Classification


Autres références

«  BOBBIO NORBERTO (1909-2004)  » est également traité dans :

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme ordre de valeurs »  : […] La tentation est certes grande de s'en remettre à l'usage actuel où le mot semble inévitablement renvoyer à un document que chacun présuppose être normatif et contraignant. Il n'en a pas toujours été ainsi, et cela même à l'époque où l'on a commencé à rédiger des constitutions. Autrement dit, le concept de constitution a longtemps évolué entre l'idée d'ordre social et celui de norme juridique fond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution/#i_22636

POSITIVISME JURIDIQUE

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 1 370 mots

On classe volontiers les juristes en deux grandes catégories : les jusnaturalistes et les positivistes. Tous entendent rendre compte du droit positif, c'est-à-dire du droit voulu et énoncé ou posé par des hommes. Mais les premiers admettent qu'il existe, à côté ou au-dessus de ce droit positif, un autre droit, le droit naturel. Il existe de nombreuses doctrines jusnatural […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme-juridique/#i_22636

Voir aussi

Pour citer l’article

Giovanni BUSINO, « BOBBIO NORBERTO - (1909-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/norberto-bobbio/