NON-ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Saper le fondement de l'ordre esthétique

Pour entrer dans la région du non-art, les œuvres doivent contester, bouleverser au moins partiellement l'art existant. Elles mettent en évidence, en les critiquant, certains des caractères qui (parfois sans qu'on le sache) définissent l'art reconnu et admiré, l'art civique, traditionnel, approuvé par la classe dominante. Le plus fréquemment ces œuvres ne sont qu'en partie subversives et se conforment par ailleurs aux valeurs établies.

La subversion, c'est d'abord de ne pas considérer l'activité artistique comme normale et naturelle. Subvertir signifie alors, curieusement, recentrer l'art sur lui-même. Il n'a plus pour alibi de chanter la gloire de Dieu, ou la beauté féminine, de célébrer la nature, de perpétuer le souvenir d'un personnage portraituré, de raconter une histoire. Il est confronté au problème de sa propre justification, de sa propre possibilité. Ben utilise l'humour pour montrer les contradictions de l'art. Dans un autre style, les artistes appelés « conceptuels » (en particulier Joseph Kosuth) affirment que l'art doit avoir pour public les seuls artistes et qu'il consiste en une « investigation de la fonction, de la signification et de l'usage de n'importe quelle et de toutes les propositions artistiques ». D'autres « arteurs » ne définissent pas avec autant de netteté cette fonction auto-analytique de l'œuvre, mais ne séparent pas davantage l'acte esthétique et l'interrogation sur lui.

Le privilège donné à la vision est aboli. Pour la tradition dominante en Occident, les arts non-musicaux sont une défense et une illustration de l'œil ; ils font de nous des regardeurs ; l'histoire de l'art est alors essentiellement une histoire de l'œil. Ces certitudes de l'ordre artistique sont interrogées, parfois bafouées par le non-art. Marcel Duchamp s'est opposé au « pur rétinien » ; l'élaboration mentale compte pour lui davantage que l'esthétique d'une forme ; comme il l'a dit, « le choix des ready-made est toujours basé sur l'indifférence visuelle en même temps que sur l'absence totale de bon ou de mauvais goût ». En 1971, Gérard Titus-Carmel revalorise l'odorat. Dans une salle noire du musée d'Art moderne de la Ville de Paris, il dispose trois appareils diffusant respectivement une note odorante boisée, une note d'eau croupie et de végétation pourrissante, une odeur de fleurs, et nomme cette manifestation : Forêt vierge/Amazone. D'autres œuvres revalorisent le toucher par rapport à la vision. Beaucoup (les happenings, par exemple) veulent briser la passivité des regardeurs, leur attitude de contemplateurs ; elles exigent une intervention des spectateurs.

Par là même, l'art n'est plus une activité séparée. Il tend (sans encore y arriver) à quitter le musée et les galeries, à être en continuité avec la vie quotidienne. Théoricien et praticien du happening, Allan Kaprow remarque : « La ligne de démarcation entre l'art et la vie doit être conservée aussi fluide que possible. » En 1969, à Berne, l'exposition Quand les attitudes deviennent formes offre des pavés, des grillages, une tranchée, etc. Le but recherché : d'abord amener les gens à regarder dans la vie quotidienne ce qu'en général ils ne regardent pas (des panneaux de signalisation, des affiches déchirées ou non, un pavé mouillé, des détritus) ; les amener à prendre donc conscience de ce qui inconsciemment les conditionne. D'autre part, leur créativité se libère ; comme le dit Harald Szeemann, alors directeur du musée de Berne : « À force de dire « j'aurais pu en faire autant », les gens finissent par le faire. » Les artistes proposent simplement des inventions pour agir dans la vie quotidienne.

Les matières traditionnellement méprisées sont réhabilitées. Dans cette absence de séparation, les matériaux employés cessent d'être uniquement des matières nobles : l'or, le marbre, etc. Dès 1954, J. Dubuffet créait ses Petites Statues de la vie précaire, avec des tampons Jex, des journaux froissés, des éponges invendables. Vers 1920 déjà, les collages Merz de Kurt Schwitters utilisaient les déchets, les détritus, tout ce qui « choit » de notre société et la révèle. Voitures compressées (César), charbon (Kounellis), feutre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art, écrivain

Classification

Autres références

«  NON-ART  » est également traité dans :

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'action contre l'œuvre »  : […] L'origine de cette situation réside peut-être dans l'enseignement du musicien John Cage au Black Mountain College, en Caroline du Nord. Dès 1952, il y organise simultanément des lectures de poésie, des concerts de musique, des conférences, des exercices de peinture et de danse ( concerted actions ) . En 1959, Allan Kaprow en développe la forme dans des actions collectives, qualifiées tout d'a […] Lire la suite

KIENHOLZ EDWARD (1927-1994)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 811 mots

Né à Fairfield, dans l'État de Washington, dans une famille de fermiers, Ed Kienholz s'est installé à Los Angeles en 1953. Avant de se consacrer à l'art, il avait mené la vie vagabonde des personnages de Steinbeck ou de Faulkner, exerçant les métiers les plus divers. Ses premiers reliefs peints de 1954 portent les traces de cette vie errante : objets trouvés, ferrailles, matériaux de récupération, […] Lire la suite

ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 918 mots

Dans le chapitre « La non-œuvre dans l'art contemporain »  : […] Ce qu'il y a de plus provocant dans l'art contemporain semble se rallier sous le drapeau du non-art. Non-art, cela ne signifie pas seulement refus d'accorder à l'art un statut particulier réservé à une élite, au sens où l'entendait Marx disant que dans une société communiste il n'y aura plus de peintres, mais seulement des hommes qui peignent ; cela signifie aussi refus de produire des œuvres, c […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

30 novembre - 3 décembre 1998 États-Unis. Conférence internationale sur la spoliation des juifs pendant la guerre

La France, où une mission d'étude sur la spoliation des juifs a été créée en octobre 1997, s'oppose à l'adoption d'une déclaration de principe sur les œuvres d'art confisquées pendant la guerre. La Russie crée la surprise à ce sujet en annonçant que les œuvres d'art prises à l'ennemi ne seraient plus considérées comme des « prises de guerre ». La conférence évoque également l'indemnisation du travail forcé imposé aux juifs, le dédommagement des confiscations foncières en Europe de l'Est et le remboursement des polices d'assurance souscrites avant la guerre par des juifs et tombées en déshérence. […] Lire la suite

2-24 avril 1991 Irak. Intervention des Alliés et de l'O.N.U. pour mettre fin à la répression et à l'exode des Kurdes

vote par dix voix contre trois (Cuba, Yémen, Zimbabwe) et deux abstentions (Chine, Inde) un texte, d'inspiration française et soutenu par les États-Unis et la Grande-Bretagne, qui rompt avec le principe de non-intervention dans les affaires intérieures d'un État membre (art. 2 de la Charte de l'O.N.U.) : la résolution « condamne la répression des populations civiles irakiennes », notamment kurdes, et demande à l'Irak de faciliter « un accès immédiat des organisations humanitaires internationales à tous ceux qui ont besoin d'assistance » en Irak. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert LASCAULT, « NON-ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/non-art/