NODOSITÉS, botanique

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Mutualisations entre êtres unicellulaires et multicellulaires »  : […] Des ensembles de micro-organismes étroitement associés à des hôtes animaux ou végétaux constituent des microbiotes. Ils bénéficient ainsi d’un milieu favorable et fournissent en échange à leur hôte de nombreux avantages. À l’heure de la génétique moléculaire à haut débit, on appelle microbiome l’ensemble des gènes du microbiote quelle que soit la diversité des organismes qui composent ce dernier. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-cellulaire/#i_94678

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 159 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Recherche de nouveaux systèmes symbiotiques fixateurs d'azote »  : […] Longtemps, les possibilités offertes par les symbioses entre les plantes et les micro-organismes symbiotiques ont été encore peu exploitées. C'est ainsi que sur les dix-huit mille espèces de légumineuses existant sur Terre, une centaine seulement sont utilisées. Progressivement, on développe la culture de nouvelles espèces, telles que le pois ailé ( Psophocarpus tetragonolobus ) en agriculture ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-microbiologie/#i_94678

SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Pierre CACHAN, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 5 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les nodosités des Légumineuses »  : […] J.-B. Boussingault a démontré, en 1838, que les Lotoïdées (trèfle, pois, etc.) peuvent se développer normalement sur des sols sans nitrates parce qu'elles utilisent comme aliment azoté l' azote libre de l'air. On a découvert plus tard (H. Helbriegel et H. Wilfarth, 1886-1889) que cet extraordinaire pouvoir, dont disposent non seulement les Lotoïdées (Papilionacées) mais toutes les Légumineuses, es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbiose/#i_94678

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 453 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Bactériocécidies »  : […] Les galles bactériennes sont moins abondantes que celles provoquées par les champignons ou les insectes. Elles atteignent le plus souvent des dicotylédones. Les bactériocécidies les plus connues sont les nodules des Légumineuses (Fabacées) dus à des bactéries Gram négatives du sol ( Rhizobium , Bradyrhizobium et Azorhizobium). Ces galles, localisées sur les racines, exceptionnellement sur les ti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-et-galles-vegetales/#i_94678