KARAMZINE NIKOLAÏ MIKHAÏLOVITCH (1766-1826)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'« Histoire de l'État russe »

L'historien

Du reste, Karamzine, insoucieux des polémiques, se tourne de plus en plus souvent vers l'histoire. « Républicain dans l'âme », il est, en fait, monarchiste convaincu, soucieux des droits et des devoirs de la noblesse, « âme du peuple », et lié d'amitié avec l'empereur Alexandre en qui il place de grands espoirs. Déçu par les excès de la Révolution, il croit dans les bienfaits de l'éducation. L'écrivain doit donner à ses compatriotes conscience d'eux-mêmes : l'histoire russe est aussi belle que l'histoire de France et peut inspirer artistes et citoyens. Dès 1792, Karamzine publie, outre Nathalie, fille de boïard, Marfa posadnica (1802, Marthe, la femme du posadnik), où un épisode historique sert de prétexte au portrait littéraire d'un caractère héroïque. Mais ces œuvres, et diverses dissertations historiques, ne sont qu'introductions à sa grande Istorija gosudarstva rossijskogo (Histoire de l'État russe), à laquelle il travaille de 1802 jusqu'à sa mort survenue à Saint-Pétersbourg (les huit premiers volumes parurent en 1816, le neuvième à titre posthume). Fruit d'un immense et difficile travail de documentation, cette histoire est essentiellement, selon les conceptions de l'auteur, celle de l'État centralisateur et de la noblesse. Elle abonde en épisodes admirables, comme celui consacré à Boris Godounov qui inspira Pouchkine. La langue, « gravée dans l'airain et dans le marbre », selon Biélinski, est proche des sources : chroniques, littérature populaire. L'œuvre eut un succès inouï en Russie et forma des générations de lecteurs (à commencer par les décembristes, en dépit de leurs divergences idéologiques). De l'avis de Pouchkine, elle doit être mise au rang des plus belles œuvres littéraires de l'époque.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KARAMZINE NIKOLAÏ MIKHAÏLOVITCH (1766-1826)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature européenne en Russie (1730-1825) »  : […] L'introduction en Russie de la culture laïque et cosmopolite de l'Europe des Lumières est l'un des objectifs des réformes de Pierre le Grand. Le développement de l'imprimerie, freiné au xvii e  siècle par les autorités religieuses qui en détiennent le monopole, s'accélère sous la direction de l'État et contribue, par la désacralisation du livre, à la laïcisation de la culture. L'instruction s'éman […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BONAMOUR, « KARAMZINE NIKOLAÏ MIKHAÏLOVITCH - (1766-1826) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-mikhailovitch-karamzine/