GAUTIER NICOLE (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art d'être directrice

Édifié en 1936, dirigé de 1968 à 1972 par André-Louis Perinetti, le Théâtre de la Cité internationale avait été, à l'instar du festival de Nancy ou de Sygma à Bordeaux, le haut lieu de l'avant-garde, présentant des spectacles de Victor Garcia, le Bread and Puppet Theatre, la Mamma de New York, l'Odin théâtre, le Grand Magic Circus... Perinetti parti, le théâtre prit peu à peu des allures de belle endormie. Jusqu'à ce que, à l'orée des années 1990, les responsables de la Cité internationale universitaire demandent à Nicole Gautier de lui donner un second souffle.

Après avoir ouvert sa toute première saison, en 1991, avec Didier-Georges Gabily et son diptyque Violences, elle va accueillir la fine fleur des « jeunes » créateurs français : Jean-François Sivadier, Serge Tranvouez, Hervé Lelardoux, Wladislav Znorko, Jacques Osinski, Christian Rizzo, Xavier Marchand, Bruno Meyssat, Hubert Colas, la bande de Sentimental Bourreau... Une liste à compléter par celle des artistes étrangers parallèlement invités : le Québécois Denis Marleau, le Russe Ivan Popovski, le Néerlandais Jan Lauwers, l'Américain Mark Tompkins, l'Anglais Dan Jemmett... Dans le même temps, secondée par une équipe passée de dix à dix-neuf permanents et s'accommodant bon gré mal gré d'un budget modeste, Nicole Gautier a entrepris, avec le soutien de la Cité internationale, la remise à neuf de ses trois salles, la Resserre (140 places), la Galerie (230 places) et le Grand Théâtre (440 places), achevée en 2004.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « GAUTIER NICOLE (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicole-gautier/