GOGOL NICOLAS VASSILIÉVITCH (1809-1852)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La jeunesse

La biographie de Gogol est intérieure. Il n'a pas participé à de grands événements ; il s'en est même peut-être instinctivement préservé, pour mettre à l'abri un bien précieux : sa vision tout originale des hommes.

Nicolas Vassiliévitch Gogol est né le 19 mars 1809 (1er avril du calendrier grégorien) à Sorotchintsy, dans la province de Poltava. Ses parents étaient des petits hobereaux. Enfant maladif et choyé, il passa sa jeunesse dans le décor patriarcal de la riche Ukraine. Sa mère, fort pieuse, lui décrivit un jour le Jugement dernier et l'enfant fut bouleversé par ce récit, laissant voir, dès le jeune âge, son tourment. Ayant perdu son père à l'âge de seize ans, il devient le conseiller et l'appui de sa mère, rôle qu'il prend très au sérieux. Au lycée de Niéjine où il fait ses études, il divertit ses camarades par son extraordinaire aptitude à découvrir les ridicules de chacun. Très tôt, il a le sentiment d'être différent des autres, d'être appelé à une destinée exceptionnelle. Il ne peut donc végéter en province, il doit se rendre dans la capitale pour y « servir » l'État. En 1828, il part pour Saint-Pétersbourg dont il se fait une idée grandiose et exaltante. Et c'est le choc de la rencontre de la grande ville, qu'il sera l'un des premiers à dénoncer. Pétersbourg n'est pas si beau qu'il le croyait, on y trouve difficilement du travail (vue de près, la vie des petits fonctionnaires, perdus dans les échelons d'une hiérarchie impersonnelle, lui fait peur) et on y est seul. Une première œuvre, Hans Küchelgarten (1828), poème influencé par les romantiques allemands, passe à peu près inaperçue. Il la brûle et s'enfuit à l'étranger. Tout le rythme de sa vie est déjà dans cette première période : orgueil et défiance de soi, espoirs insensés, déceptions, abattement puis fuite hors de Russie pour se rassembler, se retrouver loin d'un nœud inextricable de contradictions.

Après quelques semaines passées à Lübeck, il rentre à Pétersbourg et y accepte, cette fois sans illusions, un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : diplômée des langues orientales, licenciée d'histoire, traductrice de russe

Classification


Autres références

«  GOGOL NICOLAS VASSILIÉVITCH (1809-1852)  » est également traité dans :

LES ÂMES MORTES, Nicolas Gogol - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel NIQUEUX
  •  • 1 037 mots

Après Le Révizor (représenté en 1836), histoire d'un quiproquo qui révèle les vices des fonctionnaires et de l'âme humaine, Nicolas Gogol (1809-1852) ressentit « plus que jamais le besoin d'écrire une œuvre complète qui contînt autre chose qu'un simple sujet de rire » : ce fut Les  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ames-mortes/#i_1018

LE RÉVIZOR et L'INSPECTEUR GÉNÉRAL (N. Gogol)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 012 mots

Rien de plus comique que le Révizor de Nicolas Gogol (1836), trônant au sommet du patrimoine théâtral russe. Mais aussi, rien de plus politique que cette fable de la corruption, en des temps où les classes dirigeantes doivent soutenir le siège de la suspicion généralisée. Rien de plus métaphysique, enfin, que cette ironique parabole où l'imposture démasque le mensonge et où les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-revizor-l-inspecteur-general/#i_1018

LE REVIZOR (mise en scène de Meyerhold)

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN
  •  • 279 mots

Le Revizor que Vsevolod Meyerhold (1874-1940) présente en 1926 à Moscou est emblématique : pour la première fois, le metteur en scène apparaît sur l'affiche comme « auteur du spectacle », à côté de l'auteur de la pièce, Nicolas Gogol. Il a fallu un an de répétitions, un travail approfondi sur les variantes pour recomposer la pièce en épisodes et s'approcher au maximum du projet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-revizor/#i_1018

BIÉLINSKI ou BELINSKI VISSARION GRIGORIEVITCH (1811-1848)

  • Écrit par 
  • José JOHANNET
  •  • 2 332 mots

Dans le chapitre « Une critique lancinante »  : […] Biélinski est d'abord un critique : on peut ne tenir compte ni de ses deux drames, médiocres, ni de sa Grammaire russe , qui passa inaperçue. Il n'a pas été le premier critique russe ni même le premier critique influent (les journalistes Polévoï et Nadejdine avaient déjà beaucoup fait), mais il inventa un nouveau type de critique et en accomplit la mission : orienter la littérature, diriger les es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bielinski-belinski/#i_1018

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'intelligentsia (1825-1890) »  : […] Soumise jusque-là à des canons littéraires étrangers, la littérature russe doit son émancipation à trois écrivains qui ont subi et dépassé, chacun à sa manière, l'influence du romantisme et dont l'œuvre constituera, pour les auteurs du xix e  siècle, un système de normes et de références nationales. Alexandre Pouchkine (Puškin, 1799-1837) crée, avec Evgenij Onegin (1823-1830), le prototype du hér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1018

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

Dans le chapitre « La difficile carrière d'Efros »  : […] La carrière d' Anatoli Efros (1925-1987) – pendant longtemps inconnu hors d'Union soviétique – a subi des hauts et des bas, et la qualité artistique de ses spectacles n'en était nullement responsable. Venu du théâtre central des Enfants, où il s'était fait remarquer, Efros a dirigé de 1963 à 1968 le théâtre des Komsomols léninistes de Moscou, qui depuis très longtemps déjà a perdu son caractère de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-le-theatre/#i_1018

Pour citer l’article

Sylvie LUNEAU, « GOGOL NICOLAS VASSILIÉVITCH - (1809-1852) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-vassilievitch-gogol/