NICOLAS RÉGNIER, L'HOMME LIBRE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La leçon de Caravage

Régnier, qui retient de Caravage l’osmose de la réalité profane hic et nunc et du sacré à travers figures et sujets religieux ou classiques, portraits et scènes de taverne, est un peintre d’évidence marqué par l’exemple de Bartolomeo Manfredi (1588-1622) qui fut l’un des disciples et des principaux diffuseurs du caravagisme auprès des jeunes artistes, notamment ceux qui venaient de France et des Pays-Bas : clair-obscur soutenu, naturalisme des figures, sens de l’expression corporelle… Voilà pour ce qu’on a appelé la manfrediana methodus que l’on retrouve chez Régnier dans des tableaux comme Soldats jouant aux dés la tunique du Christ (vers 1620 ; Lille, palais des Beaux-Arts) ou encore Bacchus et un buveur (vers 1621-1622 ; Rome, Galerie nationale d’art ancien, palais Barberini). Mais « l’homme libre », surnom qui fait entrevoir un personnage anticonformiste, sait aussi affirmer sa dette directe à Caravage et se mesurer à lui en peignant un Saint Matthieu et l’Ange (vers 1617-1622 ; Sarasota, musée d’art John-and-Mable-Ringling), clairement inspiré du chef-d’œuvre peint pour la chapelle Contarelli de l'église Saint-Louis-des-Français, un tableau jugé scandaleux et refusé par les commanditaires, autrefois conservé au musée Kaiser-Friedrich de Berlin, et hélas aujourd’hui détruit.

Une élégance aristocratique se dégage très vite des œuvres romaines, même dans la farce (Le Camouflet, 1617-1620 ; Rouen, musée des Beaux-Arts) et la figure satirique. Dans le portrait (Autoportrait au chevalet, 1623-1625 ; Cambridge, Mass., musées d’art de Harvard-musée Fogg), Régnier atteint à une gravité majestueuse. La sensualité des anatomies (Saint Sébastien, vers 1625 ; Dresde, Gemäldegalerie), le satiné incomparable du métier, la subtilité du clair-obscur confèrent à son œuvre un charme qui n’est pas sans évoquer l’école de Parme et Guido Reni, tout en révélant qu’il a aussi regardé ses rivaux de la scène romaine, en particulier Valentin de Boulogne et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, « NICOLAS RÉGNIER, L'HOMME LIBRE (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-regnier-l-homme-libre/