HULOT NICOLAS (1955- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une entrée en politique avec le Pacte écologique

Lancé durant la campagne électorale de 2006-2007, le Pacte écologique marque une étape importante tant dans la vie de Nicolas Hulot, dans celle de la fondation, que dans la politique française. En menaçant de se présenter à l’élection présidentielle, Hulot entre de plain-pied dans la vie politique. Avec ce pacte, publié en novembre 2006, il appelle les candidats à l'élection présidentielle française de 2007 à intégrer les problèmes écologiques et climatiques au sein des débats politiques. La plupart d'entre eux le signent, le 31 janvier 2007, lors d'une cérémonie publique – fait sans précédent. Plus de 150 000 exemplaires du livre seront vendus. Cet ouvrage, plutôt austère (pas d'illustrations), est à la hauteur des enjeux du xxie siècle : ceux d'un développement réellement soutenable... et humain.

En signant ce pacte, les présidentiables ont dû s'engager par rapport aux dix objectifs qui y sont affichés et qui concernent notamment l'économie (« vers une logique de durabilité »), l'agriculture (« produire autrement »), la fiscalité (« établir le véritable prix des services rendus par la nature »), la biodiversité (« faire entrer la nature dans l'aménagement du territoire »). Mais, surtout, ils ont dû se prononcer sur cinq propositions concrètes : nommer un vice-Premier ministre chargé du développement durable ; instaurer une taxe carbone en croissance régulière ; réorienter les subventions agricoles vers une agriculture de qualité ; systématiser les procédures de démocratie participative ; mettre en place une grande politique de sensibilisation et d'éducation. Peu à peu, d’organe de sensibilisation de l’opinion publique à la cause environnementale, la FNH est devenue un laboratoire d’idées élaborant puis introduisant dans l’espace public des propositions destinées aux autorités publiques, allant d’instruments comme la contribution climat-énergie à des propositions institutionnelles plus lourdes, comme une troisième Chambre parlementaire dévolue à défendre les enjeux de long terme.

Nicolas Hulot

Photographie : Nicolas Hulot

Nicolas Hulot devant le « Pacte écologique » signé par la plupart des principaux candidats à l'élection présidentielle lors d'une cérémonie publique qui s'est tenue le 31 janvier 2007 à Paris, au musée du quai Branly. 

Crédits : Bertrand Guay/ AFP

Afficher

Avec la création d'un grand ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, le Grenelle de l'environnement – reprenant plusieurs objectifs et propositions du pacte –, la taxe carbone qui secoue l'Assemblée nationale avant d'être remise à plus tard, Nicolas Hulot pèse indiscutablement sur la politique du pays en exerçant, avec l'appui de ses experts et du monde associatif, un rôle de conseil au plus haut niveau. Et tout cela interpelle au-delà des frontières. Par exemple, en 2007, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, lui demande de rejoindre le comité consultatif d'experts mis en place pour le conseiller sur les questions relatives à l'énergie et au changement climatique. Ce nouveau rôle joué par Nicolas Hulot transforme l'image de cet animateur « écolo ». L'écologie sort de l'ère des bonnes intentions et du diagnostic pour entrer dans celle de la normalisation de l’action et de la dénonciation, beaucoup moins consensuelle. En témoignent les réactions parfois violentes à son film, sorti en octobre 2009, Le Syndrome du Titanic, qui montre les laissés-pour-compte de la mondialisation – images difficiles à soutenir s'il en est.

Dans le droit fil de cette évolution, le 13 avril 2011, Nicolas Hulot se porte candidat à l'élection présidentielle de 2012. L'écologie est devenue un véritable enjeu de société. Mais c'est Eva Joly qui remporte, en juillet 2011, au second tour, la primaire organisée par Europe Écologie-Les Verts et qui devient la candidate officielle de ce mouvement, Nicolas Hulot n'ayant recueilli que 41,43 p. 100 des suffrages.

En décembre 2012, le président de la République François Hollande le nomme envoyé spécial pour la protection de la nature. L’objectif est d’informer, de sensibiliser et de mobiliser la communauté internationale sur la crise écologique mondiale, et de préparer la COP 21 (Conference of the Parties), vingt et unième Conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) se tenant à Paris à la fin de 2015. Cette mission se termine en janvier 2016. Après un temps de réflexion, Nicolas Hulot décide de ne pas se présenter à l’élection présidentielle de 2017. Le 17 mai de cette même année, il intègre le pre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Nicolas Hulot

Nicolas Hulot
Crédits : France Inter

photographie

Nicolas Hulot

Nicolas Hulot
Crédits : Bertrand Guay/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du département écologie et gestion de la biodiversité, Muséum national d'histoire naturelle, Paris
  • : professeur à l'université de Lausanne

Classification

Autres références

«  HULOT NICOLAS (1955- )  » est également traité dans :

FRANCE - L'année politique 2018

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 5 496 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Train de réformes et premières difficultés du gouvernement »  : […] Dans le prolongement de son action de 2017, le gouvernement d’Édouard Philippe se consacre dès le début de l’année aux réformes annoncées dans le programme présidentiel d’Emmanuel Macron. Au-delà des crises sociales et politiques qui l’ont secouée, l’année 2018 est en effet marquée par un important travail de réformes, dont certaines sont encore en cours de discussion en fin d’année. C’est le cas […] Lire la suite

GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre LASCOUMES
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « Le contexte de réalisation du Grenelle Environnement  »  : […] Le caractère atypique du Grenelle Environnement s’explique par les particularités de son contexte. Comparée à la majorité des pays européens, la France avait du retard dans la définition de sa politique de développement durable. Ses dirigeants ont attendu le sommet de Johannesburg (2002) pour lancer ce programme. La campagne présidentielle de 2007 modifie la donne. Nicolas Hulot, un moment candid […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert BARBAULT, Dominique BOURG, « HULOT NICOLAS (1955- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-hulot/