STAËL NICOLAS DE (1914-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le château du monde avec toute sa fragilité »

Nicolas de Staël von Holstein naît le 5 janvier 1914 (selon le calendrier grégorien, le 23 décembre 1913 selon le calendrier julien) à Saint-Pétersbourg. Issu d'une famille contrainte à l'exil par la Révolution de 1917 (son père, le général Vladimir de Staël ayant été mis à la retraite par le gouvernement provisoire), il devient orphelin en 1921. Il est recueilli en Belgique par un ami de la famille. En 1933, il entre à l'Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Il gagne Paris en 1943, où il vit tout d'abord dans une profonde misère avant d'obtenir le soutien d'amateurs : dès 1944, celui de la galeriste Jeanne Bucher, puis, en 1945, celui du collectionneur Jean Bauret. À partir de 1946, la peinture de Nicolas de Staël prend un aspect éminemment personnel et ses formats s'élargissent avec l'installation de l'artiste dans un immense atelier rue Gauguet dans le XIVe arrondissement en 1947. Des collaborations se mettent en place : avec le poète Pierre Lecuire, puis avec le galeriste Jacques Dubourg qui expose désormais son travail.

À partir de 1949, il reçoit l'appui de Bernard Dorival, conservateur en chef du Musée national d'art moderne de Paris. La consécration a lieu, en 1950, avec un article de Georges Duthuit dans la revue Cahiers d'art. Sa réputation s'étend jusqu'aux États-Unis, notamment grâce au marchand de tableaux Theodore Shempp, ainsi qu'à l'exposition « Young Painters from US and France » (1950) à la galerie Sidney Janis. Sa rencontre avec le poète René Char, en 1951, infléchit radicalement son travail en lui faisant redécouvrir le Midi. En 1953, le succès retentissant d'une exposition personnelle à la galerie Knoedler à New York est suivi par un contrat avec le grand marchand Paul Rosenberg. À la fin de cette même année, Staël acquiert en Provence un petit château situé à Ménerbes, Le Castellet, puis, à la fin de 1954, s'installe à Antibes. Malgré une production intense, le doute que ressent l'artiste vis-à-vis de lui-même est toujours plus violent. Il met fin à ses jours le 16 mars 1955.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : normalienne, auteur d'une thèse de doctorat sur le matiérisme dans l'art de l'après-guerre à Paris, critique d'art indépendant

Classification

Pour citer l’article

Anne MALHERBE, « STAËL NICOLAS DE - (1914-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-de-stael/