NICOLAS DE CUES NICOLAS KREBS ou CHRIPPFS dit (1401-1464)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De « La Docte Ignorance » à « La Paix de la foi »

Né à Cues, sur la Moselle, entre Trèves et Coblence, Nicolas Krebs (ou Chrippfs), fils de bourgeois aisés, probablement élève des frères de la Vie commune, étudie le droit, la philosophie et les mathématiques à Heidelberg, à Padoue et à Cologne. Avocat, puis prêtre, admis au Concile de Bâle pour y défendre la cause de son protecteur Ulric de Manderscheid, il y présente un projet de réforme du calendrier, et, surtout, un traité sur La Concordance catholique (1433), dans lequel il propose, pour l'Empire et pour l'Église, une restructuration établie sur la représentation élective et sur le consensus. Rappelant que l'évêque de Rome, président du collège apostolique, n'est patriarche que d'Occident, il ouvre ainsi la voie à des négociations avec les Églises d'Orient. Rallié à la cause du pape, il se trouve à Constantinople, en 1437, parmi les délégués latins qui doivent conduire en Italie les théologiens grecs au concile d'union de Florence. Sur le bateau qui le ramène en Italie, ayant reçu, dit-il, une sorte d'illumination intellectuelle, il conçoit sa méthode de la « coïncidence des opposés », fondée sur un dépassement de la logique aristotélicienne. On en trouve l'ébauche dans ses sermons de 1437, et le premier exposé systématique dans La Docte Ignorance ; l'ouvrage sera suivi des Conjectures (1441), d'un commentaire en allemand du Pater (1442), de plusieurs opuscules mystico-philosophiques sur Le Dieu caché (1444), La Quête de Dieu, La Filiation divine (1445), L'Annonciation (1446) et, en 1447, d'un Dialogue sur la Genèse qui s'attaque au problème fondamental de l'Un et du multiple.

Créé cardinal en 1448, il écrit l'année suivante une Apologie de la Docte Ignorance où il se défend contre l'accusation de panthéisme et marque en même temps sa parenté avec Maître Eckhart. Ses quatre dialogues de 1450, réunis sous le titre général d'Idiota, opposent à la culture livres [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NICOLAS DE CUES NICOLAS KREBS ou CHRIPPFS dit (1401-1464)  » est également traité dans :

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] La démarche apologétique classique du christianisme avait été formulée par saint Anselme dans son Proslogion (1078) : fides quaerens intellectum . La foi recherche les motifs qui, sans prétendre démontrer ce qui demeure mystérieux pour la raison, permettent de croire, et fondent un « jugement de crédibilité ». Mais les motifs de crédibilité ne sont pas la foi. Leur rapport à la foi restait à éluc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologetique/#i_3931

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

Dans le chapitre « De l'infinité cosmique à l'infinité divine »  : […] Cette refonte du concept d'univers déplace toutes les notions traditionnelles, en instaurant une nouvelle conception des rapports entre Dieu et l'Univers. Bruno risque ainsi de sombrer dans l'aporie de deux infinis qui menacent de se limiter mutuellement. Ce problème s'était déjà posé à Nicolas de Cues, qui non seulement avait introduit des distinctions nouvelles entre les différents ordres d'inf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giordano-bruno/#i_3931

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Redécouverte d'Archimède »  : […] Dans une perspective voisine, au xv e  siècle, le philosophe Nicolas de Cues mérite d'être mentionné, ne serait-ce que pour son influence lointaine sur Kepler, pour ses réflexions sur le principe de continuité et son affirmation de l'identité du cercle avec un polygone à un nombre infini de côtés. En fait, les œuvres d'Archimède et de ses disciples arabes, qu'ignorent les scolastiques, étaient di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_3931

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le divin infini »  : […] À l'époque hellénistique, à travers les spéculations gnostiques et la patristique chrétienne, s'établit un contact entre la spiritualité orientale et la philosophie : la notion d'infini s'identifie avec la perfection et la toute-puissance du Dieu biblique. L'Un de Plotin (205-270) est, par excès et non pas par défaut, au-delà de tout monde sensible ou intelligible. Il est infini, sans forme, au-d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_3931

MICROCOSME ET MACROCOSME

  • Écrit par 
  • Hélène VÉDRINE
  •  • 4 258 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dynamisme de l'homme-microcosme »  : […] Les philosophies antiques et médiévales en restaient au schéma de l'analogie et de la correspondance. Les philosophies de la Renaissance remplacent la notion d'image par celle de centre de forces. Et il s'agit alors pour l'homme-microcosme de conquérir la nature et l'immortalité, en s'imposant par ses œuvres et sa gloire. À la jonction du Moyen Âge et de la Renaissance, Nicolas de Cues (1401-1464 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcosme-et-macrocosme/#i_3931

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice de GANDILLAC, « NICOLAS DE CUES NICOLAS KREBS ou CHRIPPFS dit (1401-1464) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-de-cues/