NICIAS (-470 env.--413)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Général et homme politique athénien, fils de Nicératos, les antécédents de Nicias sont inconnus : la fortune acquise par son père a dû faire sortir la famille de l'obscurité. Sa richesse est proverbiale ; il a des intérêts dans l'exploitation des mines d'argent du Laurion. Elle lui vaut, lors de ses chorégies, de remporter toujours le prix et contribue, peut-être, à sa réussite politique. Souvent élu stratège entre ~ 429 et ~ 413, Nicias est, pendant la guerre du Péloponnèse, un personnage important, mais il est difficile de faire de lui un portrait précis. D'après Aristote et Plutarque, il est le chef de la tendance oligarchique modérée face, d'abord, au démagogue Cléon, puis à l'arriviste Alcibiade. Cette théorie est infirmée par Thucydide : Nicias est l'héritier de Périclès ; il adhère à sa politique impériale (l'archè a atteint son apogée ; il ne faut pas l'étendre ; il est impossible de l'abandonner) et ne met pas en question sa conception de la guerre fondée sur la prééminence de la flotte. Ainsi Nicias ne s'oppose-t-il à Cléon que sur l'opportunité de la guerre. Il prône une entente avec la ligue péloponnésienne — ce qui lui vaut la sympathie des possédants lésés par les hostilités — et parvient, après la mort de Cléon, à faire triompher son point de vue : c'est l'éphémère paix de Nicias (~ 421). Son opposition à Alcibiade est essentielle : ce dernier prétend étendre l'archè jusqu'à la Sicile. Après avoir essayé d'empêcher l'expédition contre Syracuse, Nicias accepte d'en partager le commandement (~ 415). Stratège velléitaire, paralysé par des scrupules religieux, il porte en partie la responsabilité du désastre (~ 413). Fait prisonnier, il est exécuté par les Syracusains.

—  Alain MAHUZIER

Écrit par :

  • : assistant des fouilles d'Eboli (Campanie), moniteur à la bibliothèque de l'Institut d'art et d'archéologie de Paris

Classification


Autres références

«  NICIAS (~470 env.-~413)  » est également traité dans :

ALCIBIADE (-450--404)

  • Écrit par 
  • Andrée POUGET
  •  • 2 010 mots

Dans le chapitre « Le champion de l'impérialisme athénien »  : […] De 420 à 415, Alcibiade apparaît comme le continuateur de Périclès et le champion de l'impérialisme athénien. Lorsqu'il entre dans la carrière politique, la guerre du Péloponnèse connaît une trêve et Athènes traverse une brillante période. Nicias a signé la paix avec Sparte en 421 : cette paix, Alcibiade ne l'accepte pas. Il prépare la revanche d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcibiade/#i_3460

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 752 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La guerre du Péloponnèse »  : […] La guerre du Péloponnèse marque un tournant essentiel dans l'histoire des cités grecques. Elle débuta par une série de conflits locaux qui mirent aux prises Athéniens et Corinthiens. Mais le jeu des alliances entraîna bientôt toutes les cités dans la lutte. Athènes se trouvait dans une position de force, elle avait un puissant empire, une armée con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-histoire-la-grece-antique-jusqu-a-constantin/#i_3460

Pour citer l’article

Alain MAHUZIER, « NICIAS (-470 env.--413) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicias-470-env-413/