NICIAS (2e moitié -IVe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plutarque considère le peintre Nicias comme un des maîtres les plus célèbres de la peinture athénienne (Moralia, 346 A, 1093 E). Pline place son akmé (sommet de son activité) dans la CXIIe Olympiade (~ 332-~ 329) (Histoire naturelle, XXXV, 130 sq.). Nicias serait le peintre qu'employa Praxitèle pour vernir à la cire ses marbres, ou les rehausser de couleurs. Il devait être plus jeune que le sculpteur puisqu'il rencontra Ptolémée Ier en ~ 315. Selon Pline (Histoire naturelle, XXX), Nicias utilisait la technique de l'encaustique ainsi que l'usage du fumet (cinabre brûlé), inventé lors d'un incendie.

Son style se distinguait par la mise en valeur des corps au moyen de contrastes de lumières et d'ombres : « Lumen et umbris custodit... », écrit Pline. Il affectionnait les grandes compositions et la peinture des corps féminins. L'œuvre de Nicias est entièrement perdue. On la connaît par la littérature antique (Pline, Pausanias, Plutarque, Démétrios) et par des transpositions d'époque romaine. Deux copies sont particulièrement intéressantes : la première, Persée délivrant Andromède, provient de la maison des Dioscures, à Pompéi ; elle date du ier siècle, d'après un original exécuté vers ~ 330 (musée national de Naples). La mer forme, avec les rochers, le cadre naturel de la scène. L'éclairage, à la fois brutal et diffus, met en valeur les reliefs des corps entourés d'ombres. La seconde, Io surveillée par Argos, d'une exécution parfaite, représente le moment où Hermès arrive pour libérer l'héroïne. Les deux œuvres offrent de nombreuses similitudes : composition de la scène, clarté des fonds et accentuation des ombres et des lumières. L'attribution de ces deux répliques à des copies de Nicias semble certaine ; d'après Pline, en effet, Nicias se préoccupait de faire ressortir nettement les figures sur le fond, et ce trait caractérise les deux œuvres.

—  Claudine LEDUC

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NICIAS (2 e moitié ~ IV e s.)  » est également traité dans :

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Antiquité : les données de l'archéologie »  : […] Cette démarche doit tenir compte évidemment des caractères, parfois exceptionnels, de la destination particulière de tel ou tel édifice, de telle ou telle sculpture. La vie des pharaons que révèlent les peintures et les reliefs de leurs tombes n'était pas celle de tous les Égyptiens. Les objets précieux, d'or, de bronze ou d'ivoire qui entouraient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gout-esthetique/#i_46907

Pour citer l’article

Claudine LEDUC, « NICIAS (2e moitié -IVe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicias-2e-moitie-ive-s/