NÉVROSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structures spécifiques des symptômes

Bien que répondant aux caractères généraux qui viennent d'être décrits, les symptômes des différentes névroses ont une organisation spécifique.

La conversion hystérique est caractérisée par la valorisation symbolique d'une partie ou de la totalité du corps (dans la crise névropathique). Elle s'accompagne d'un refoulement massif de tout affect pénible, tout en laissant le sujet dans un état de profonde dépendance vis-à-vis d'autrui, sans qu'il connaisse pour autant la nature de cette dépendance. Ce besoin de témoins, de spectateurs est généralement mal accepté par ceux qui ne reconnaissent pas la nature du désir sous-tendant ce théâtralisme et qui peuvent difficilement supporter la facilité avec laquelle ces malades se libèrent de leur angoisse.

Les symptômes phobiques ont une élaboration mentale plus compliquée, mais laissent ceux qui en sont atteints dans un état de dépendance vis-à-vis d'autrui tout aussi totale que dans les cas d'hystérie de conversion. D'une manière schématique, la phobie peut se caractériser par la projection des pulsions destructrices et par un clivage de l'objet d'amour. L'exemple du petit Hans cité plus haut peut servir ici d'illustration. L'enfant était en plein conflit œdipien et éprouvait à l'égard de son père des sentiments violemment contradictoires : il l'aimait tendrement et en même temps se sentait en rivalité avec lui. Les désirs agressifs à son égard étaient insupportables et ne pouvaient devenir conscients. Il s'en est suivi une projection et un déplacement. Le sentiment de haine à l'égard du père s'est transformé en peur d'une agression venue de l'extérieur et polarisée sur les chevaux qu'il risquait de rencontrer dans la rue. Par cette transformation, la relation de l'enfant avec son père s'est trouvée épurée de tout affect agressif ou dangereux, et le père n'a plus joué qu'un rôle affectueux et protecteur.

On retrouve une disposition analogue dans toutes les névroses de type agoraphobique. Elles sont ainsi caractérisées par une localisation de l'angoisse sur l'objet phobogène, ce qui représent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉVROSE  » est également traité dans :

ADLER ALFRED (1870-1937)

  • Écrit par 
  • Alfred MEYER
  •  • 2 593 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La signification des névroses »  : […] La disposition névrotique qui en résulte est en fait déjà une véritable névrose. Les symptômes proprement névrotiques : manifestations d'angoisse, troubles fonctionnels, insomnies, fatigue, obsessions, phobies, apparaissent avec plus de netteté et revêtent une allure pathologique seulement dans les circonstances où un besoin intime de légitimation exige l'instauration d'artifices d'intensificatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-adler/#i_1987

ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 2 615 mots

C'est seulement au cours de la seconde moitié du xix e siècle que le concept d' anxiété apparaît dans le domaine de la pathologie. Jusqu'alors, les peurs irraisonnées étaient considérées comme une expression, parmi d'autres, des passions tristes ou d'une erreur de jugement proche du délire. Morel, psychiatre parisien, décr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anxiete/#i_1987

COMPLEXE, psychanalyse et psychologie

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 097 mots
  •  • 1 média

Le terme « complexe » appartient au vocabulaire de la psychologie des profondeurs et de la psychanalyse. C'est le psychiatre suisse Carl Gustav Jung qui, en 1902-1903, dénomme ainsi les phénomènes qu'il découvre lorsqu'il réalise son expérience des associations de mots. En effet, Jung, soucieux d'établir les théories de la psychologie à partir de méthodes expérimentales, élabore la situation d'ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-psychanalyse-et-psychologie/#i_1987

CONFÉRENCES D'INTRODUCTION A LA PSYCHANALYSE (S. Freud)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 925 mots

Dans le chapitre « Névrose et transfert »  : […] La première conférence, intitulée « Introduction », donne cette définition de la psychanalyse en tant que théorie des processus psychiques et en tant que psychothérapie. « Dans le traitement analytique, il ne se passe rien d'autre qu'un échange de paroles entre l'analysé et le médecin [...] qui ne tolère pas d'auditeur. » Mais alors, comment « apprendre » la psychanalyse ? Les voies de la philosop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conferences-d-introduction-a-la-psychanalyse-s-freud/#i_1987

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Le corps dans les troubles psychosomatiques, dans l'hypocondrie et dans la psychose »  : […] Parce que les symptômes hystériques se situent au plus près de cette articulation paradoxale du corps et du langage dans l'inconscient, on peut attendre que l'hystérie permette de penser, par différence, d'autres modes d'incidence du corps que la psychanalyse rencontre indirectement ou directement : les troubles psychosomatiques, l'hypocondrie, la désarticulation du corps dans la psychose. Si l'hy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-le-corps-et-la-psychanalyse/#i_1987

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'univers morbide de la faute »  : […] Si l'angoisse de culpabilité affleure à peine dans certaines civilisations, n'y prenant qu'une forme inchoative ou éludée, il se trouve aussi que, dans les cultures généralement marquées de son signe, elle se dissimule bien souvent, hors des limites de sa symptomatologie manifeste, sous le masque des névroses et psychoses les plus diverses. Dans le vivier clinique où il en guette les modalités, F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_1987

DÉFENSE MÉCANISMES DE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 663 mots
  •  • 1 média

Expression usitée en psychanalyse pour désigner plusieurs types d'opérations psychiques destinées à « protéger » le moi. La notion de défense est présente chez Freud dès le début de ses recherches ; ainsi, dans ses Études sur l'hystérie (1895) : « Une condition indispensable à l'apparition de l'hystérie est qu'il y ait incompatibilité entre le moi et la représentation qui le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanismes-de-defense/#i_1987

DÉFICIENCES MENTALES

  • Écrit par 
  • Bernard GIBELLO
  •  • 3 791 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inhibitions intellectuelles »  : […] Les inhibitions intellectuelles consistent en la non-utilisation par le sujet de compétences intellectuelles normalement développées. De telles inhibitions se produisent dans plusieurs circonstances. On peut les classer en quatre types différents. L'inhibition transitoire sous l'effet d'un état de panique – incendie, naufrage, action de guerre par exemple – au cours duquel le sujet agit sans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deficiences-mentales/#i_1987

DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES

  • Écrit par 
  • Jean GUYOTAT
  •  • 3 159 mots

Dans le chapitre « La dépression névrotique »  : […] La dépression névrotique est caractérisée d'une façon générale par la même symptomatologie. Cependant, la douleur morale y est moins intense, la culpabilité plus voilée. Les troubles somatiques ne sont pas constants ; les troubles du sommeil relèvent plutôt de l'hypersomnie ou de l'insomnie obsédante que de l'insomnie réelle. Il s'agit surtout d'un phénomène de décompensation d'une personnalité n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depressifs-depressions-nerveuses/#i_1987

ÉCHEC

  • Écrit par 
  • Eliane AMADO LEVY-VALENSI
  •  • 5 079 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fonction de l'échec »  : […] Toute immobilisation signifie pour l'homme une mort insidieuse. Le Talmud a particulièrement souligné que celui qui n'avance pas recule. Les « hommes arrivés » ont souvent trouvé sous leur façade quelque Panthéon anticipé. Janet soulignait à juste titre que la « réaction de triomphe » constitue un arrêt identique et définitif de l' action, très comparable à la réaction de l'échec. Le Capitole, rap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echec/#i_1987

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Dans le chapitre « Le « petit Hans » »  : […] L'exemple le plus simple et le plus connu, celui du « petit Hans », est exposé par Freud dans les Cinq Psychanalyses. Il faut préciser les circonstances dans lesquelles s'engagea cette analyse très particulière qui vit l'entrée d'un enfant sur la scène psychanalytique. C'est en 1905 que Freud publie à Vienne les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-enfant-et-psychanalyse/#i_1987

ÉTATS LIMITES ou BORDERLINE

  • Écrit par 
  • Rémi TEVISSEN
  •  • 1 357 mots

Dans le chapitre « Émergence d'un repérage des états limites »  : […] La notion d'états limites est née aux États-Unis au milieu du xx e  siècle lorsque des psychanalystes tentèrent de réunir sous une même catégorie des patients apparemment névrosés, mais dont les modes de fonctionnement psychique constatés lors des cures psychanalytiques s'avéraient proches de ceux rencontrés ordinairement en cas de psychose, malgr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-limites-borderline/#i_1987

FÉTICHISME, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 690 mots

L'attention portée par Freud à ce phénomène « du plus haut intérêt » qu'est le fétichisme, et qu'attesteront les remaniements successifs apportés aux premiers développements des Trois Essais sur la théorie de la sexualité , trouverait son emblème dans la double orientation du génie de Léonard de Vinci, partagé entre l'exigence du décryptage scientifique et la culture artistiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fetichisme-psychanalyse/#i_1987

FOLIE

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La thérapeutique de la folie »  : […] En réalité, toute thérapeutique de la folie, et cela jusqu'au xix e siècle, se ramène à trois moments essentiels. Il faut d'abord réveiller le malade, le secouer, l'arracher à lui-même, à quoi s'emploient une foule de techniques plus ou moins brutales. On s'efforce aussi de transposer son délire dans le réel pour en faire éclater l'absurdité ou l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folie/#i_1987

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La technique des associations libres »  : […] Une fois devenue indépendante et établie comme règle exclusive de la cure, la technique dite des associations libres entraîna une à une toutes les découvertes que Freud mit ensuite des années à approfondir, en s'appuyant d'une part sur l'expérience clinique dont il avait reculé les bornes, d'autre part sur le raisonnement déductif, forme de pensée qui s'imposait d'elle-même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_1987

HORNEY KAREN (1885-1952)

  • Écrit par 
  • Yvon BRÈS
  •  • 881 mots

Née à Hambourg en 1885 d'un père d'origine norvégienne et d'une mère d'origine hollandaise, Karen Danielsen fait ses études de médecine à Berlin où elle épouse un avocat d'origine hongroise, Oscar Horney, dont elle divorce en 1937. Dès 1910, elle s'intéresse au freudisme et devient bientôt une des figures marquantes de la psychanalyse berlinoise. Elle joue un rôle important dans la création de l'I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karen-horney/#i_1987

HYPOCONDRIE

  • Écrit par 
  • Michel GOUREVITCH
  •  • 1 293 mots

Dans le chapitre « Hypocondrie névrotique et hypocondrie psychotique »  : […] Il est classique d'opposer une hypocondrie névrotique et une hypocondrie psychotique. Mais il convient, avant d'en énumérer les principaux aspects, d'insister sur une prédisposition, un « complexe hypocondriaque universel » (H. Ey) et, par conséquent, normal. Chaque fois qu'une perception fortuite, voire une simple idée, rapportée à notre corps, est in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypocondrie/#i_1987

HYSTÉRIE

  • Écrit par 
  • Thérèse LEMPÉRIÈRE
  •  • 7 597 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les manifestations de l'hystérie : un langage »  : […] L'hystérie est une névrose à manifestations polymorphes dont l'originalité réside en ce que les conflits psychiques inconscients s'y expriment symboliquement en des symptômes corporels variés, les uns paroxystiques comme les attaques (crises convulsives, crises pantomimiques), les autres plus durables (paralysies, contractures, grossesse nerveuse, cécité, etc.). Le symptôme somatique, c'est l'inc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hysterie/#i_1987

IMPUISSANCE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 634 mots

Le terme d'impuissance recouvre une très grande complexité de faits cliniques. E. Bergler définit ce trouble de la réaction sexuelle de l'homme comme « une inhibition centrale qui se manifeste localement au niveau du pénis, organe exécutif de la sexualité masculine ». On peut distinguer trois grandes formes d'impuissance : –  l'impuissance érective : c'est l'absence (rare) ou l'insuffisance de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impuissance/#i_1987

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Apport critique de la psychose »  : […] Portée par le commentaire du cas Schreber au cœur de la réflexion freudienne, l'analyse de la psychose a renouvelé l'analyse de l'intérêt, en la situant dans une perspective nouvelle, qui est celle de l'analyse du moi. Renouvellement profond dans la mesure où il affecte plusieurs aspects de l'intérêt – que laisserait dans l'ombre le legs de l'analyse de la névrose. Le problème est de comprendre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_1987

INTROJECTION

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 502 mots

Terme utilisé en psychanalyse et introduit en 1909 par Sandor Ferenczi (« Introjektion und Übertragung » — « Introjection et transfert » —, in Jahrbuch für Psychoanalyse , vol. I). Pour cet auteur, et en première approche, l'introjection caractérise d'abord les névrosés par opposition aux psychotiques (démence précoce, paranoïa). Le névrosé, en effet, « admet dans son moi une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/introjection/#i_1987

JANET PIERRE (1859-1947)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 868 mots

Philosophe et psychiatre français. Neveu du philosophe Paul Janet qui l'orienta vers la philosophie, Pierre Janet entra à l'École normale supérieure et fut reçu à l'agrégation en 1882. Professeur aux lycées de Châteauroux puis du Havre, il soutient, en 1889, sa thèse de doctorat en lettres ( L'Automatisme psychologique ). L'orientation psychopathologique de ce travail l'amène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-janet/#i_1987

JUNG CARL GUSTAV (1875-1961)

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 5 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La structure de la psyché »  : […] Les Types psychologiques composés au sortir de cette gestation (1921) décrivent une structure quaternaire de la psyché (le quatre, la croix traduisant une totalité). Mais les quatre fonctions psychologiques : pensée, intuition, sentiment et sensation, dont l'importance respective caractérise les différents types humains, forment un instrument que l'homme doit manier pour évo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-gustav-jung/#i_1987

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « L'analogie de l'intoxication »  : […] Notre accoutumance au langage psychanalytique est telle que l'on tend à oublier la rigueur méthodologique – d'un style très classique – avec laquelle s'est engagée la construction du concept de la libido. Intervenant sur le terrain clinique de la névrose d' angoisse, elle est préparée selon le témoignage de Freud (lettre 44 du 2 avril 1896) par l'analogie des affections avec une certaine forme d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_1987

MALADIES MENTALES

  • Écrit par 
  • Paul SIVADON
  • , Universalis
  •  • 5 762 mots

Dans le chapitre « Divers types de maladies mentales »  : […] On dit qu'il y a arriération mentale lorsque le développement des fonctions mentales est freiné par un trouble précoce du fonctionnement cérébral. Les causes en sont variées : héréditaires, métaboliques, infectieuses, traumatiques, etc. On distingue divers degrés d'arriération. La plus profonde, l' idiotie, correspond à l'incapacité d'apprentissage de la parole. L'imbécillit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-mentales/#i_1987

MÉDECINE - Relation malade-médecin

  • Écrit par 
  • Bernard GLORION, 
  • Lucien ISRAËL
  •  • 7 756 mots

Dans le chapitre « Rendre au malade une partie de son être »  : […] Ce n'est pas ici le lieu d'exposer ce qu'est la névrose et la structure névrotique, mais un bref rappel est indispensable si l'on veut comprendre les conditions d'une réforme de la pensée médicale. L'être humain naît dans des conditions de développement incomplet, qui font de lui un objet totalement dépendant du milieu, essentiellement parental, qui l'entoure à ses débuts dans la vie. D'un autre c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-relation-malade-medecin/#i_1987

MÉLANCOLIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 3 000 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Psychanalyse et philosophie »  : […] Freud classe la mélancolie, en 1896, parmi les psychonévroses de défense et plus précisément les névroses narcissiques. Liée à la série des névroses d'angoisse, particulièrement à la dépression périodique, elle se rattache au troisième mode de transformation de l'énergie non liquidée, celui de la transformation de l'affect ; mais, alors que la névrose d'angoisse provient d'une accumulation de ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melancolie/#i_1987

NARCO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 568 mots

Méthode de diagnostic et de traitement associant la prise d'un somnifère et l'analyse psychologique. L'idée de profiter de la sédation pour calmer l'angoisse et lever les défenses conscientes et inconscientes est ancienne, mais elle ne prit force qu'après l'utilisation médicale de l'hypnose ; on demanda aux somnifères de remplacer l'hypnose dans l'induction d'une dissolution de la conscience (en t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narco-analyse/#i_1987

NÉVROSE INFANTILE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 834 mots
  •  • 1 média

Les particularités spécifiques des névroses infantiles ont été isolées relativement tard dans l'évolution de la psychiatrie. Au début de la psychanalyse, la névrose infantile est considérée comme ayant la même symptomatologie que celle de l'adulte, mais aussi comme étant son prototype et son modèle ; elle est alors rétrospectivement analysée à travers la névrose de l'adulte. En fait, quand on se p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nevrose-infantile/#i_1987

OBSESSION ET NÉVROSE OBSESSIONNELLE

  • Écrit par 
  • Octave MANNONI
  •  • 3 236 mots

Dans la terminologie de la psychiatrie et de la psychologie, le mot « obsession » désigne une pensée (dans le sens le plus large : idée, désir, remords, scrupule, etc.) qui « assiège » le sujet, c'est-à-dire une pensée qu'il ne peut pas écarter, malgré ses efforts . C'est une caractéristique des obsessions d'être pénibles, qu'elles soient simplement agaçantes ou torturantes et insupportables. Des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obsession-et-nevrose-obsessionnelle/#i_1987

PERVERSIONS

  • Écrit par 
  • Jean CLAVREUL
  •  • 2 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Perversion et psychanalyse »  : […] La psychanalyse s'est intéressée très tôt aux perversions, au moins pour avoir retrouvé sous la forme de « fantasmes » pervers un équivalent imaginaire des pratiques perverses chez tous les sujets, normaux et névrosés. Une hypothèse génétique conduit ainsi à considérer l'enfant comme un «  pervers polymorphe », c'est-à-dire capable de s'adonner à toutes les perversions, lesquelles existent donc so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perversions/#i_1987

PHALLUS

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Maurice OLENDER, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 5 741 mots

Dans le chapitre « Le phallus dans la théorie psychanalytique »  : […] Se distinguant du terme «  pénis », qui désigne l'organe sexuel mâle dans sa réalité anatomique, le terme de phallus s'est imposé dans la théorie psychanalytique pour connoter une fonction symbolique dont la mise en place est essentielle à la juste position du sujet humain quant au désir et dont les avatars sont du ressort des différents types de névroses et de perversions. La fonction phallique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phallus/#i_1987

PHOBIE

  • Écrit par 
  • François PERRIER
  •  • 3 385 mots

Le terme de phobie est fréquemment utilisé, dans la langue courante, pour évoquer la fixité de peurs électives et irrationnelles, ou le caractère insistant du dégoût et de la répulsion envers certains objets qui déclenchent de l'anxiété et des réactions de fuite. Dans une perspective psychiatrique et surtout psychanalytique, le symptôme qu'est la phobie renvoie au problème des états mentaux et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phobie/#i_1987

PROJECTION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Le concept dans l'œuvre de Freud »  : […] Aux deux mécanismes de défense qu'il avait décrits en 1894, à savoir la conversion (transposition de l'affect désagréable sur le registre somatique, chez l'hystérique) et le déplacement (qui fait qu'une représentation intense, chez l'obsessionnel, est remplacée par une autre plus neutre, en vertu d'un lien associatif), Freud ajoute en 1896 la projection paranoïaque, par laquelle le sujet, au cour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/projection-psychanalyse/#i_1987

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des mythes transférentiels à la mythologie des pulsions »  : […] Un fait domine cette élaboration. L'expérience du transfert n'a pu recevoir son statut théorique avant que l'analyse des psychoses ne l'ait assurée, dans la régression, de sa dimension propre. Fait paradoxal au premier abord, s'il est vrai que la psychose, du point de vue de la praxis psychanalytique, se caractérise précisément par son incapacité à donner prise au transfert. Pourtant, c'est à des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_1987

PSYCHANALYSE DES ŒUVRES

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Matrice signifiante de l'œuvre »  : […] Évoquons, par exemple, la détresse des choses et leur fraternité dans la peinture de Van Gogh. L'intelligence d'une telle qualité d'expression resterait assurément très pauvre, si l'on se bornait à y relever l'influence de l'esprit de charité du pasteur Van Gogh. Mais la correspondance du peintre autorise une recherche d'un type tout différent. Van Gogh peint le monde tel que son père l'a dit. C' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-des-oeuvres/#i_1987

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « La polarité du jugement »  : […] À l'opposition des deux grands groupes de pulsion vient s'articuler, dans le texte sur « La Négation » (1925), la doctrine freudienne concernant l'« origine psychologique » de la fonction du jugement. La « polarité » du jugement, négatif et positif, trouverait sa racine génétique dans le couple pulsionnel de la destruction et de l'Éros. La négation serait un « successeur de l'expulsion », dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_1987

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « La psychiatrie moderne »  : […] La période de la psychiatrie moderne commence de façon conventionnelle avec le congrès de Genève-Lausanne, en 1926, où Eugen Bleuler expose en français sa conception de la schizophrénie, pour s'achever à la mort d'Henri Ey (1900-1977). Elle est marquée par certaines influences importantes qui vont réorienter la psychiatrie, par un développement de son champ, par des innovations institutionnelles e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_1987

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DE L'ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Alexandre HEEREN
  •  • 995 mots

Dans le chapitre « Peur et anxiété »  : […] Selon Barlow, la compréhension de ces troubles est étroitement liée aux émotions de peur et d’anxiété. La peur est une émotion primaire éprouvée par l’individu lors de la confrontation avec un danger immédiat, par exemple la confrontation avec un prédateur. Elle est toujours déclenchée par un objet déterminé et survient de manière circonscrite dans le temps. Elle peut être spontanée ou apprise, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-de-l-anxiete/#i_1987

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Le problème de la théorisation psychanalytique »  : […] L'exposé théorique de l'approche psychanalytique des psychoses exige au préalable une délimitation des conditions dont dépend la position de son problème : – Alors que la psychanalyse est souvent réputée dans son succès par la compréhension théorique et pratique qu'elle trouve dans le champ des névroses, elle est, du même coup, désignée dans ses limites face à l'obstacle que constituent une théor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_1987

RANK OTTO (1884-1939)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dissensions et rupture »  : […] Mobilisé en Pologne de 1916 à 1919 et coupé de la vie viennoise, il ne sera plus, si l'on en croit Ernest Jones, tout à fait le même homme lorsqu'il retrouvera celle-ci. En 1920, il s'installe comme analyste, avec des difficultés qui tiennent au fait qu'il n'est pas médecin, et il assiste au congrès de La Haye où s'affirme le caractère international du mouvement analytique et où se réorganise le « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-rank/#i_1987

RELIGION - Religion et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Antoine VERGOTE
  •  • 3 718 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Dieu-Père et le complexe d'Œdipe »  : […] Jusqu'à la fin, Freud reprend la thèse élaborée dans L'Avenir d'une illusion. À ses yeux, elle ne représente cependant qu'une explication partielle et superficielle de la religion, qu'il juxtapose à une interprétation psychanalytique de l'histoire culturelle centrée sur la formation et l'évolution du complexe nucléaire qu'est le complexe d'Œdipe. Il reconnaît que « tout ce qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-religion-et-psychanalyse/#i_1987

SCHIZOPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT, 
  • Gilles DELEUZE
  •  • 6 973 mots

Dans le chapitre « La psychanalyse et la famille « schizogène » »  : […] Le problème est à la fois celui de l'extension indéterminée de la schizophrénie et celui de la nature des symptômes qui en constituent l'ensemble. Car c'est en vertu de leur nature même que ces symptômes apparaissent émiettés, difficiles à totaliser, à unifier dans une entité cohérente et bien localisable : partout un syndrome discordant, toujours en fuite sur lui-même. E. Kraepelin avait formé so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizophrenie/#i_1987

SPALTUNG, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 717 mots

Traduit en français, suivant les usages qu'on en fait, par « séparation », « clivage » ou « dissociation », le terme allemand Spaltung n'est lui-même que la traduction par Freud d'une expression fréquente dans la psychiatrie française du xix e siècle, celle de « double conscience », utilisée en particulier par Pierre Janet. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spaltung-psychanalyse/#i_1987

TABOU

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 5 095 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les tabous et la Loi »  : […] Que les tabous s'organisent en systèmes et que ceux-ci renvoient à des classifications qui permettent de donner un sens à toutes choses, à tout événement, à toute pratique montre bien l'importance de l'action magique par rapport à l'action pratique. On a coutume de considérer la première comme subjective et la seconde comme objective. Pourtant, une des plus subtiles remarques de Lévi-Strauss jett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabou/#i_1987

TRAUMATISME PSYCHIQUE

  • Écrit par 
  • Hélène THOMAS
  •  • 1 217 mots

Dans le chapitre « De nouveaux champs d'études »  : […] Les observations des psychiatres faites pendant la Seconde Guerre mondiale vont bouleverser les conceptions, notamment à cause des troubles aigus immédiats. Le souci principal sera alors de deux ordres : préserver les effectifs pour l'armée (réduire au maximum les « pertes psychiatriques ») et élargir la question du trauma aux populations civiles. Les camps de concentration furent un tel traumati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traumatisme-psychique/#i_1987

Voir aussi

Pour citer l’article

René DIATKINE, « NÉVROSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nevrose/