NEUROSÉCRÉTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept de neurosécrétion est accepté aujourd'hui par tous les biologistes. Il s'agit, comme l'a souligné en 1966 W. Bargmann, « de la production et de l'excrétion d'hormones par des cellules nerveuses qui ont aussi les caractères cytologiques de cellules sécrétoires ».

On savait depuis longtemps que, stimulées, les fibres nerveuses sympathiques libéraient une substance voisine de l'adrénaline (K. A. Eliot, 1904), que les fibres parasympathiques produisaient le même effet que l'acétylcholine (H. Dale, 1914) ; mais bien que la première démonstration expérimentale de la libération d'une substance vagale date de 1921 (O. Loewi) et l'identification de la « sympathine » (noradrénaline) de 1946 (H. von Euler), la naissance du concept de neurosécrétion (E. Scharrer et W. Bargmann, 1950) apparaît entourée d'une atmosphère de scandale.

Cette fois, en effet, il ne s'agissait plus d'admettre qu'un nerf pouvait agir sur un organe cible par l'intermédiaire d'un médiateur chimique ; il fallait admettre que certains neurones pouvaient élaborer, stocker, transporter et excréter de véritables hormones telles que les hormones « posthypophysaires », que l'on savait extraire de cette partie de l'hypophyse, mais que l'on croyait jusque-là synthétisées sur place.

Si la classification rigide séparant les propriétés de la cellule nerveuse de celles de la cellule glandulaire est ainsi devenue caduque, il faut cependant se demander si la tendance actuelle de minimiser les différences entre la cellule nerveuse de type classique et la cellule neuroglandulaire est justifiée. On constate bien que toutes les terminaisons nerveuses (que leurs axones appartiennent à des cellules nerveuses ordinaires ou à des cellules neuroglandulaires) renferment des vésicules dites synaptiques et que, d'ailleurs, les fonctions de conduction de tous ces neurones sont identiques. D'un autre côté, de nombreux neurones (par exemple noyau arqué) qui ne sont pas catalogués parmi les cellules neuroglandulaires contiennent, comme le montre la microscopie électronique, des granules élémentaires à cœur dense ; morphologiquement, rien ne les distingue vraiment des cellules neuroglandulaires, si ce n'est que leurs fibres se terminent sur d'autres formations nerveuses ou des cellules, c'est-à-dire que la substance libérée au niveau de ces terminaisons n'exerce qu'une action locale de transmission neurohumorale. Un tel mécanisme est différent d'une action hormonale qui agit à distance et par la voie sanguine, les deux cas relevant pourtant de « messages chimiques ».

—  F. STUTINSKY

Écrit par :

  • : professeur, directeur de l'Institut de physiologie et de chimie biologique, université Louis-Pasteur, Strasbourg

Classification


Autres références

«  NEUROSÉCRÉTION  » est également traité dans :

EXPÉRIENCES DE LOEWI : LA NEUROSÉCRÉTION

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 199 mots
  •  • 1 média

Le rôle de certains nerfs dans la régulation du rythme cardiaque avait été reconnu dès la seconde moitié du xixe siècle. Mais comment l'excitation des fibres nerveuses se transmettait-elle au cœur ? Le pharmacologue allemand Otto Loewi (1873-1961) aborde expérimentalement la question en 1921. Ayant observé qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experiences-de-loewi-la-neurosecretion/#i_7066

CYCLE MENSTRUEL

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 3 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Étage hypothalamo-hypophysaire »  : […] Les phénomènes hormonaux qui régissent le déroulement physiologique du cycle menstruel se trouvent sous l'influence de l'hypothalamus. Cette région minuscule, qui se trouve à la base du cerveau à proximité du III e  ventricule, fabrique des substances peptidiques qui stimulent et modulent l'activité hypophysaire. Leur particularité est liée à leur mode d'action. En effet, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-menstruel/#i_7066

ENDOCRINIEN SYSTÈME

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 252 mots
  •  • 7 médias

La coordination des activités au sein d'un organisme pluricellulaire nécessite l'existence de « dialogues » entre les différentes cellules qui le constituent. Cette communication peut se réaliser selon trois grandes modalités : communication directe, grâce à l'existence de jonctions communicantes par lesquelles les substances de petit poids moléculaire peuvent diffuser librement (de telles jonct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-endocrinien/#i_7066

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Relations neuroendocriniennes »  : […] Certaines glandes endocrines adaptent leur sécrétion aux besoins de l'organisme par un mécanisme purement humoral ; c'est ainsi que la sécrétion de l'insuline est réglée directement par les modifications du glucose sanguin, celle des parathyroïdes par les variations des ions calciques disponibles. Mais la plupart des activités endocriniennes sont sous la dépendance du système nerveux, présent de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_7066

HYPOTHALAMUS

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 696 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Éléments neurosécréteurs et neurosécrétion »  : […] C'est Scharrer, en 1933, qui introduisit la notion de neurosécrétion en montrant que certains neurones de l'hypothalamus des poissons paraissaient sécréter des gouttelettes d'une substance inconnue dont Bergman un peu plus tard allait faciliter la caractérisation par l'emploi d'une coloration histologique spéciale dite de Gomori. À l'époque, cette observation souleva des discussions passionnées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothalamus/#i_7066

Pour citer l’article

F. STUTINSKY, « NEUROSÉCRÉTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosecretion/